Partagez | .
 

 I am alone – No more ◎ Solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
TEAM MENDAX
• • •
some kinda suicide squad



PSEUDO : Mendax
MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 05/04/2017

MULTICOMPTES : Alex Wright

MessageSujet: I am alone – No more ◎ Solo   15.08.17 1:13


I am alone – No more


solo
Les poings serrés et le pas lent, alors qu’il quittait la console du TARDIS pour se laisser lentement glisser le long d’un couloir pour y retrouver une autre pièce, Mendax serra la mâchoire en retenant son souffle. Les yeux clos l’espace d’un long instant alors qu’il se laissait tomber sur le côté, l’épaule appuyée contre la paroi du mur à sa gauche et reprenait son souffle. Se redressant en grognant de douleur, la main appuyée contre le mur pour se forcer à rester debout, Mendax continua d’avancer le long du couloir en silence. Les vibrations produites par la console et le reste du vaisseau plus faibles, distantes et presque inaudibles à mesure qu’il progressait le long du couloir. Le pas fragile et la respiration tremblante, il continua sans s’arrêter, sans espérer. « Pas tout de suite... » marmonnait-il en soufflant bruyamment les excès de douleur qui lui traversaient le corps tout entier. « Pas tout de suite... » répétait-il avec difficulté, le temps lui paressant beaucoup plus long et beaucoup plus lent qu’à l’ordinaire. Le bruit de ses pas se répercutant autour de lui dans un écho désagréable, un sifflement venant accompagner chacun de ses gestes et lui envahissant les oreilles avec douleur et insistance. « Pas tout de suite... » continuait-il en se laissant tomber contre le mur une nouvelle fois, après n’avoir progressé que de quelques centimètres dans le couloir.

« Pas comme ça… » avait-il marmonné en se laissant glisser le long du mur, pour s’écraser par terre en silence. Son corps brûlant et ses yeux se fermant d’eux-mêmes. Plongé dans une noirceur qu’il ne connaissait que trop bien, une sensation l’envahissant douloureusement et lui traversant le corps à toute vitesse. Une sensation trop familière, « Non... » laissait-il brièvement s’échapper d’entre ses lèvres alors qu’il perdait conscience pendant plusieurs secondes, avant de se réveiller à nouveau et d’essayer de se redresser avec la plus horrible des difficultés, ses mains tremblantes et sa poigne fragile alors qu’il cherchait à s’agripper à quelque chose pour se redresser. « Non, pas… Pas tout de suite... » avait-il grogné en parvenant finalement à se redresser sur ses genoux, le poids de son corps devenu trop lourd et s’écroulant à nouveau, la tête la première contre le sol froid et métallique du TARDIS. « Pas… Pas comme... » sans finir sa phrase, son regard s’étouffa une nouvelle fois dans la noirceur. La chaleur brûlante dans ses entrailles le faisant perdre à nouveau conscience.



« Ton entêtement te perdra, tu le sais. avait soupiré Zahira en se redressant, ses robes rouges et orangées virevoltant derrière elle tandis qu’elle s’éloignait, ne laissant pas de trace derrière elle dans le désert blanc qui les encerclait. Tu peux continuer à essayer, mais tu ne pourras pas la repousser éternellement. —Je peux toujours essayer. avait rapidement répondu Mendax en la suivant, ses pas lourds et saccadés dans le sable. —Le Temps est peut-être ton allié, mais l’Éternité ne t’appartient pas. Tôt ou tard, tu devras l’accepter. »


Arraché soudainement à la noirceur alors qu’il rouvrait les yeux, Mendax s’arracha du sol, forçant sur tout ce qu’il avait encore et se redressa non sans difficulté, le dos écrasé contre la surface froide du mur. « Pas comme ça. » grognait-il entre des dents serrées, les sourcils froncés de colère et de rage. Prenant une grande inspiration, il sentait la chaleur dans ses entrailles devenir plus forte, plus grande et plus dévorante ; il leva une main devant lui, observa l’or qui s’en échappait et serra le poing avant de l’écraser contre son torse avec violence. « Pas maintenant. » avait-il grogné un peu plus fort, se redressant et trouvant la force de continuer à marcher. Ses pas étaient lents, lourds et difficiles, son corps tout entier semblait lutter et souffrir de se tenir debout, mais la détermination de Mendax ne le quitta pas un seul instant à mesure qu’il progressait dans l’étendue interminable de ce long couloir métallique et vide de tout. Le sifflement de ses oreilles ne cessant jamais, et plus il avançait, plus le silence du reste du vaisseau commençait à l’envelopper, ne laissant plus que le bruit de ses grognements douloureux envahir l’air autour de lui.

Convaincu malgré tout, Mendax ne s’arrêta pas. Sa douleur plus lourde et plus intense un peu plus à chaque pas, comme si son corps le lâchait et commençait à ne plus pouvoir fonctionner, ses os devenus trop lourds et sa chair devenant trop étroite pour qu’il puisse respirer. Il tomba par terre encore une fois, mais garda malgré tout la force de continuer, se traînant par terre jusqu’à la porte fermée d’une pièce et l’ouvrant à force de frapper dessus et de communiquer avec le TARDIS par la pensée pour l’y forcer, malgré la réticence de celle-ci. Il y avait quelque chose comme un sentiment de colère et de frustration qui émanait du vaisseau, elle refusait de le voir continuer à souffrir ainsi, et même si elle finissait par céder à son insistance, il était clair qu’elle n’approuvait pas ce qu’il faisait, fermant sèchement les portes automatiques derrière lui une fois qu’il eut parvenu à se traîner jusque dans la baie médicale. Un vrombissement agacé se dégagea des moteurs, traversant le TARDIS tout entier pour bien signifier à Mendax ce que le vaisseau pensait, mais le seigneur du temps l’ignora, s’agrippant à l’une des tables d’examen pour se relever avec difficulté. S’appuyant sur celle-ci pour faire quelques pas en avant, mais la douleur était trop importante, et Mendax s’écroula par terre encore une fois.

Les poings se serrant contre le sol et envahi de douleur, il sentait ses mains s’enflammer encore une fois, d’or et de lumière qui dansaient comme des flammes sur sa chair. « Pas tout seul... » mais le processus avait déjà commencé, « Pas comme ça ! » avait-il trouvé la force de crier, se redressant de toute ses forces et poussant un autre long cri de furie, envahi par la douleur d’une mort qu’il ne faisait que repousser. L’énergie qui l’avait envahie se dissipa finalement, s’évaporant dans l’air et disparaissant comme de la fumée, et Mendax retrouva la force de se tenir debout. Son regard cherchant une surface sur laquelle il aurait pu observer son reflet, malgré tout, parce qu’une vague d’incertitude le frappa soudainement, Mendax laissa échapper un soupir rassuré en réalisant qu’il avait, encore une fois, repoussé sa régénération. Son corps était âgé, fatigué et poussé à ses extrêmes, il fallait qu’il change. Mendax le savait. Mais il refusait de le laisser faire. Pas comme ça, pas tout de suite. Pas seul, sans personne. Il n’accepterait de changer qu’auprès de Mark. Avec lui, à ses côtés. Pour tout lui expliquer, et se faire pardonner d’absolument tout. Zahira lui devait, au moins, bien ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t44-mendax-hollow-heart#88

I am alone – No more ◎ Solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTOR WHO :: through time and space :: the time vortex :: les tardis-