Partagez | .
 

 Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   31.08.17 17:29


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Pendant que Spence était allé se changer, j'avais largement eu le temps de me traîner jusqu'au canapé, deux mètres, et enfiler ma veste. J'avais d'ailleurs utilisé ce temps pour lire en diagonale ce que le Tardis me donnait comme informations sur cette planète. J'avais déjà son nom, Ténetria, j'avais également une vague idée de ce que nous allions y voir en terme de paysage. Je vérifiais surtout les risques potentiels mais dans l'ensemble, cet endroit semblait assez sûr. Rien ne l'était jamais, mais jusque là, rien d'alarmant.

Lorsque Spencer était enfin revenu, je lui avais donné la première place et c'est lui qui avait ouvert la porte et mis le premier pied dehors, sur cette terre qu'il n'avait jamais foulé. Lui, d'autres humains, peut-être même personne d'autre en fait. Les mains dans les poches, j'avais tendu le cou pour observer moi aussi le paysage et c'était ce que j'avais imaginé: en cent fois mieux. Je m'attendais à une jungle, mais pas à quelque chose d'aussi vaste, lumineux et sauvage. Des étendues d'eaux, quelques colonnes massives de pierres dont je ne voyais pas le sommet, perdu dans les nuages. Nous nous trouvions à l'orée de la jungle, ou alors cette vaste zone claire n'était justement qu'une clairière perdu dans l'immense jungle. En fait cette option était plus logique vu ce que j'avais lu, et c'était en soit impressionnant.

Je posais ma main sur l'épaule de Spencer et faisais un pas en avant pour sortir du vaisseau avant de passer à côté de lui et inspirer. Nous étions encore dans la bulle d'oxygène du Tardis et pourtant je sentais l'humidité de l'air, le sol légèrement plus souple que sur Terre. Je sentais une légère fluctuation de force gravitationnelle, ce qui expliquait certainement comment ces colonnes rocheuses pouvaient culminer si haut sans s'effondrer. De là on pouvait voir de grands oiseaux mais également bon nombre d'insectes, assez similaires à certains insectes terrestres d'ailleurs, mais singulièrement différent quoi qu'il en soit. Tant qu'il n'y avait pas de moustiques...

Je me retournais vers Spencer, un sourire sur les lèvres. - Alors, qu'est-ce que tu en dis? - De quelques pas je revenais vers lui et en profitais pour fermer la porte du vaisseau avant de me placer à côté de lui. - Ça change, hein?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   01.09.17 22:03


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Rencontrer une nouvelle espèce sans réellement savoir comment interagir avec elle est en réalité le cadet de mes soucis bien que j'aie usé de la chose à titre argumentatif pour décourager le Professeur. Ce qui n'a évidemment pas fonctionné parce que forcément le Professeur a réponse à tout et c'est précisément ce qui m'inquiète en réalité. Cette façon qu'il a de toujours trouver une solution pour tout alors qu'à mon sens il appuie de façon constante sur cet énorme bouton rouge qu'on doit d'ordinaire éviter de toucher. Ça et tout ce qui entoure le fait de se trouver à un endroit je ne sais où et je ne sais à combien d'années de cet endroit sur lequel j'apprécie tant avoir les pieds posé. Le si rassurant du chez-moi que je n'aurai visiblement pas le choix de quitter à en juger par ses doigts sur la console. Je croise les bras en observant l'écran, laissant finalement mon regard glisser dans la direction de son visage en me mordant la joue pour ne pas hurler de bêtises. Est-ce qu'il vient vraiment de choisir un endroit où il n'est jamais allé où une espèce vivante totalement non identifiée se trouve? Parce qu'évidemment ça n'aurait pas été plus rassurant, du moins un minimum, de choisir un endroit où il aurait au moins pu m'expliquer comment agir. La théorie du bouton rouge qui se confirme... « Je... » Je m'apprêtais à lui répondre quelque chose d'un moindrement censé lorsque j'ai sentis le mouvement du TARDIS et que mes bras se sont brusquement décroisés pour me permettre d'agripper la console. Sans bouger davantage. C'est une blague tout ça. Il n'a pas vraiment...? Ok. Respire Spence. Tu es un Major. Lâche cette console.

« Vraiment super... » Je prends une grande inspiration et relâche la console pour mieux l'agripper à peine quelques secondes plus tard lorsqu'un coup secoue le vaisseau. Puis, le silence... Je relâche de nouveau la console, avec une once d'hésitation, avant de poser mon regard sur le Professeur. Mon visage affichant sans le moindre doute une once de panique tout comme de colère, à parts égales. « Mon uniforme? » Mes yeux se baissent sans comprendre la nature de ses propos sur le coup. Mon esprit encore un peu trop sonné par le voyage et la perspective que de l'autre côté de la porte du TARDIS se trouve autre chose. « Une fontaine de pierre? Vous êtes sérieux? » Bien sûr qu'il l'est. La question ne se pose même pas. Soupirant, je m'efforce de suivre la direction qu'il m'a donné en tâchant de me calmer et assimiler le fait qu'il a parfaitement raison concernant mon uniforme. Ne dit-on pas que les ennemis ressentent la terreur de leurs vis à vis? Si c'est le cas et que la forme de vie présente ici est un moindrement hostile il vaut mieux se barricader. Même si je sais arriver à sembler calme en apparence. Ça fait parti du travail après tout. Calme en toutes circonstances... ou presque.

C'est finalement vêtu d'un jean et un tee-shirt noir que je suis allé le rejoindre. Le tout complété d'un fin manteau de tissu kaki. Qui dit jungle dit chaleur et humidité, mais également possible présence de moustiques et je me sentais donc davantage à l'aise vêtu de long. Quitte à retirer le manteau plus tard. Mon arme était restée avec mon uniforme même si je ne me sentais pas nécessairement à l'aise avec ma décision. Il valait tout de même mieux ne pas me balader avec une arme bien en vue dans le cas où la population de l'endroit en vient à être croisée. Ce qui ne m'a pas empêché de garder ce petit couteau que j'ai toujours attaché à la jambe. On est jamais trop prudent et je me sais plus que largement en mesure de me défendre, nous défendre, à mains nues au besoin. On ne demandera pas à un soldat de penser autrement que comme un soldat dans un territoire inconnu et possiblement hostile. « Prêt ou non... maintenant que nous y sommes... » Raison pour laquelle j'ai ouvert la porte devant moi avec une grande précaution avant de me figer. Mes lèvres entrouvertes marquant assurément ma stupéfaction face au paysage se dessinant devant nous et la confirmation que j'étais bien loin de chez moi.

Je fis quelques pas vers l'avant pour sortir du TARDIS et observer plus amplement l'endroit, tout aussi magnifique que peut rassurant. La main du Professeur contre mon épaule ne me rassurant pas réellement. Je me suis plutôt crispé dès que la surprise fût passée, comme à mon habitude. Toujours sur la défensive pour ne pas me faire surprendre inutilement même si la chose ne porte pas toujours fruit. « C'est impressionnant. Je dois l'admettre. » Je pris une grande inspiration. « Et maintenant? Vous avez envoyé le message à Kate avant le départ ou il a simplement fait office de décoration sur votre écran? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   01.09.17 23:20


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


« C'est impressionnant. Je dois l'admettre. » - Je trouve aussi. - Je découvrais cet endroit en même temps que lui et même si mon attention était partagée entre le paysage et son visage, je parvenais très bien à suivre et à m'émerveiller. Parce que même à mon âge, la nouveauté existait encore. Et tant mieux. - « Et maintenant? Vous avez envoyé le message à Kate avant le départ ou il a simplement fait office de décoration sur votre écran? » - Tu le sauras quand on sera rentré. - Peut-être que je l'avais envoyé, peut-être pas. Je préférais garder cette information pour moi et je lui souhaitais bien du courage pour me l'extirper.

Allez viens! - Et je m'avançais d'un pas rapide et sûr. Dans notre dos la jungle s'étendait mais c'est dans le sens opposé que je me dirigeais, vers l'eau et les colonnes de roches. Je voulais les voir de plus prêt. C'était une structure qui m'intriguait et j'aurais continué ma marche si je n'avais pas entendu un bruit suspect, assez en tout cas pour me faire reculer et me rapprocher de Spencer. - Tu entends? - Il ne s'écoulait que quelques secondes avant que mon regard ne soit attiré vers le haut par une forme que je distinguais vite, la bouche entrouverte.

Il s'agissait d'une grosse sphère en métal flottante de la taille d'une voiture, affublée d'une multitude d'objectifs et de senseurs... Avec des tentacules en guise de propulseurs. Organiques les tentacules, comme si une énorme pieuvre violette avait été fusionnée avec une sonde d'exploration. Passé la surprise, j'étais impressionné. - Ça me plait ça. - Elle passait au-dessus de nous et je comprenais que le son que l'on entendait était le bruit des tentacules qui brassaient l'air. Elle nous avait observé, j'avais vu deux de ses capteurs se tourner vers nous, mais elle poursuivait son chemin. Ni inquiétée, ni hostile, ni suspicieuse. Et maintenant que j'avais vu celle-ci, je me rendais compte qu'elle n'était pas la seule à voler dans le coin. J'en repérais deux autres à quelques centaines de mètres, qui se dirigeaient dans la même direction.

Je tournais la tête vers Spencer, l'air sur mon visage lui étant  bien trop familier pour qu'il ait le moindre espoir. - Viens on les suit! - Je voulais voir où elles allaient. Ce qu'elles observaient. Ceux qui les avaient conçu. Bref, ma curiosité était piquée, comme souvent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   04.09.17 22:53


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Mes yeux se sont tout naturellement levés vers le ciel face à la réponse en rien satisfaisante qu'il servit à mon questionnement se voulant plus que sérieux. Peu m'importait le nombre de temps qui s'écoulerait dans le réel du monde que j'aurais apprécié ne pas quitter si brusquement. Le principe restait le même. Peut-être qu'il n'avait pas un devoir direct envers Kate, mais c'était mon cas et je faisais tout ce qui était en mon pouvoir depuis les deux dernières années pour ne pas bêtement y faillir. J'avais bien l'intention de faire perdurer la chose même si elle devait impliquer... tout ceci. Cet environnement que j'ai du mal à assimiler et dans lequel je ne me sens définitivement pas à l'aise de me mouvoir. Entrave qui ne semble pas s'appliquer au Professeur que je vois s'élancer rapidement en direction de la grande masse d'eau et les colonnes interminables tout sauf rassurantes. « Vous êtes certain que c'est une bonne idée? » Je sais que ce n'est pas une bonne idée. Je le sens en le suivant parce qu'il ne me laisse pas réellement le choix de le faire. Balayant systématiquement l'environnement du regard plus que je l'admire. Tout le contraire du Professeur donc. Sans doute l'aurais-je espéré plus prudent. Sans doute ai-je été naïf.

Je jète un regard suspicieux en direction d'une colonne tout près lorsque j'entends un bruit. Mes pas se figent tout comme ceux du Professeur qui a visiblement lui aussi entendu. « Oui j'entends... » Mon regard balaye les environs avec un peu plus d'attention, mais la source du bruit ne tarde pas à se manifester. Elle est même plus que difficile à rater. J'ai sans peine senti mes yeux s'arrondir dans mes orbites alors que je me rapprochais doucement du Professeur pour observer cette chose que j'aurais bien du mal à décrire. J'ai vu bien des choses depuis que le Professeur est entré dans ma vie, façon de parler, mais ça c'est nouveau. Surtout imposant et en rien rassurant au vu de notre situation actuelle. « Ça vous évoque quelque chose en particulier? » D'autant plus que cette chose n'était pas la seule à se balader dans les environs bien qu'elle fût la seule à passer si près de nous... pour le moment. Si j'espérais faire preuve d'un minimum de subtilité c'était raté, mais je ne pouvais être plus heureux de ma décision de ne pas avoir mon arme en ma possession qu'en ce moment. Surtout bien en vue. Qui sait à quoi ces choses peuvent servir.

Mon regard se pose sur le visage du Professeur que je vois se tourner dans ma direction et avant même que je n'aie pu signifier que ce n'est assurément pas une bonne idée il expose en mots ce que l'expression de son visage hurlait déjà. « Professeur... » Et je sais pertinemment que peu importe ce que je vais dire je ne pourrai pas l'empêcher. « Je suis derrière-vous... Soyez prudent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   05.09.17 19:47


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


« Professeur... » - Trop tard, j'étais déjà parti. Si Spencer avait du mal à se laisser aller, j'allais l'y forcer. Comment? Oh je pouvais bien penser à quelque chose. Me jeter dans l'inconnue était une bonne idée. Pour ça en tout cas. Parce que pour le reste... Justement, c'était l'inconnue. - « Je suis derrière-vous... Soyez prudent. » - Of course you are. - Mais prudent? La prudence tuait tout le fun de l'aventure. Même avec cette incarnation je le savais. Prudent? Non. Mais je nous éviterais de mourir ou de souffrir, ça paraissait évident.

Fallait sérieusement le dérider.

Détends toi, Spencer. Dis toi que... T'es en vacances à l'étranger. Observe, découvre, visite, apprend. - Je me retourner tout en marchant, un air victorieux sur mon visage. - Amuses toi-aah - La chute était lourde, courte, sans blessure mais désagréable tout de même. J’ébouriffais mes cheveux courts pour en retirer la poussière et les petites herbes et levais la tête. Ma tête était au niveau des pieds du militaire. - Salut, ça va? - Mon sérieux était à toute épreuve, à l'évidence. - Oh fais pas cette tête, c'est qu'un trou! - Et d'ailleurs je me retournais.

Le trou en question n'était pas qu'un trou. Une cavité d'environ un mètre cinquante de haut se creusait et descendait sensiblement. Et au bout? Une lueur. - N'allez pas vers la lumière... - Avais-je dis en rigolant et en allant, justement, vers la lumière. Forcé de me plier en deux, d'ailleurs, mais la cavité était assez large. - Allez descends! - Plus j'avançais et plus un brouhaha se faisait entendre et je réalisais que ce tunnel était plus long que je l'avais anticipé.

Je conservais une certaine avance, vu qu'on ne pouvait pas avancé bien vite dans cette position, mais lorsque la lumière se détaillait et que mes oreilles percevaient des sons que j'étais seul de nous deux à pouvoir reconnaître dans tout ce boucan... Au final c'est le bruit général que Spencer pourrait deviner. L'eau qui chutait: en quantité. Le reste je l'avais désormais sous les yeux depuis ce petit promontoire rocheux... Et j'en perdais mes mots. - Spencer, viens!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   08.09.17 3:47


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Me détendre? Il devrait pourtant savoir que je ne peux pas faire ça et encore moins prétendre à des vacances à me trouver dans cet endroit en sa compagnie. Aussi floue puisse s'avérer ma description de tâche en sa compagnie, elle implique pour ma part que je ne compte pas de nouveau laisser arriver un événement comme celui s'étant produit il y a deux ans. Je pose peu de questions sur son existence règle générale, mais après avoir vu je sais que je ne peux pas rester de marbre. Je peux encore moins me détendre en me faisant un devoir de le protéger. Même s'il niera sans doute avoir besoin de mon aide en ce sens. Comme il le hurle presque alors que je l'observe de façon totalement impuissante tomber dans ce trou à l'intérieur duquel il se relève sans trop de mal. « Un trou qui aurait pu être beaucoup plus profond. » Comme toujours là où il a une lacune de sérieux j'arrive à en avoir aisément pour nous deux. Je m'approche de la lisère du trou pour observer en quoi il consiste réellement. Outre être le repère de cette poussière ayant attaquée le Professeur. Un trou qui aurait pu sembler bien banal s'il n'y avait pas eu cette petite lumière peu banale. Une lumière contre laquelle j'allais évidemment le mettre en garde... mais il me devança sur le ton de la blague. Ce qui ne manqua pas de me faire serrer les dents. Davantage encore alors qu'il s'y enfonçait sans la moindre hésitation. Pourquoi devait-il toujours être si impulsif et imprévisible? Plutôt totalement prévisible dans sa façon d'agir totalement sans réfléchir. Il ne savait pas même ce qui pouvait se trouver au fond de ce trou et s'y enfonçait pourtant tête baissée. Un jour il aura ma perte.

Je ne tarde néanmoins pas à descendre dans le trou à mon tour pour ne pas le laisser me devancer et arriver à toujours garder un œil sur lui. Me braquant et avançant prudemment en entendant un bruit se faisant de plus en plus fort. Un bruit familier que je pris un moment à identifier. Ce n'est qu'à l'orée de ce petit tunnel dans lequel nous nous sommes engouffré que j'ai réalisé. Lorsque j'ai vu le paysage devant nous que le Professeur semblait visiblement emballé de découvrir. Terrifié est plutôt le terme approprié en ce qui me concerne. En rien rassuré par cet environnement inconnu au sein duquel nous sommes entrés comme des sauvages sans même nous annoncer d'une quelconque façon. Je ne pouvais que supposer que nous serions à un moment ou un autre repérés. Après tout, si les pauvres petits humains que nous sommes sont en mesure de réaliser des systèmes pour alerter d'une présence inconnue je ne doutais pas même qu'il en était de même pour eux. « Nous devrions peut-être faire demi-tour... » Évidemment qu'il va me dire non... « Je sais que vous êtes emballé à l'idée de découvrir tout ceci, mais ce n'est pas prudent. Nous ne connaissons absolument rien à leur sujet. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   10.09.17 18:10


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Lorsqu'il arrivait j'étais encore entrain de contempler cette immense cité, magnifique. Le promontoire se trouvait en hauteur dans la falaise, au niveau des zeppelins qui survolaient les immeubles, et de là on pouvait voir la cité toute entière. Je posais mon regard sur lui pour observer son visage. La pointe de peur que j'y trouvais ne m'étonnais pas outre mesure mais son manque d'excitation me déprimait un peu. - « Nous devrions peut-être faire demi-tour... » - Je lui offrais mon plus bel air du "professeur exaspéré" mais il poursuivait. - « Je sais que vous êtes emballé à l'idée de découvrir tout ceci, mais ce n'est pas prudent. Nous ne connaissons absolument rien à leur sujet. » - C'est précisément pour cette raison qu'on doit descendre.

Je regardais en bas pour aviser la chute, comprenant sans mal que sauter n'était pas une option, et cherchais un passage pour poursuivre notre avancée. - La découverte n'a jamais été sans risque que je sache. Ça fait parti du processus. - Je me penchais légèrement en longeant la paroi à gauche et souriais. - Et ça vaut le coup. Regarde, ici. - Une corniche, assez large pour qu'on puisse marcher dessus sans être totalement en équilibre, et qui descendait en pente douce vers une autre plateforme rocheuse. - Le premier homme à avoir marché sur la Lune, tu crois pas qu'il s'est dit que c'était pas risqué? Pourtant il y est allé.

Je m'avançais sur la corniche, sûr de moi dans mon choix, prudent dans ma démarche. Mes mains s'agrippaient aux reliefs de la falaise et je tournais la tête pour jeter un œil à Spencer. Qui suivait. Bien sûr. Je jouais sur une corde raide et sensible, je le savais. A tout moment elle pouvait lâcher mais d'un autre côté je savais qu'elle pouvait aussi se renforcer. Si je n'étais un imbécile béat de positivisme, j'avais tout de même un certain espoir. Et la foi, au moins ça.

« Ne bougez plus! » - Mon dos se raidissais et lorsque je regardais devant, je voyais la pointe d'une lance en métal. - Si on bouge plus, on tombe. - « Et? » - « Soldat, laissez-les descendre. On nous a demandé de ne pas leur faire de mal! » - « ... Oui Chef. » - Et la lance se retirait. Je finissais de traverser la corniche, Spencer sur mes talons, en me rendant compte que la créature qui me menaçait n'était pas seule à nous garder à l’œil. Deux se trouvaient sur la roche, deux mètre au-dessus, et une avait pris place sur le promontoire que l'on avait quitté. Depuis combien de temps nous observaient-il?

La voix était sifflante, le parlé discret. C'est seulement une fois les deux pieds sur la roche que je pouvais prendre le temps d'observer les locaux et constater que ce tunnel n'était pas petit pour rien.
Le corps fin, petit et reptilien, la tête en triangle et les yeux noirs. Ils marchaient sur deux pattes et leur peau verte était parsemée de tâches plus claires ou plus foncées selon l'individu. Ils étaient tous en armure, un torse de métal gris, sauf un qui portait une protection plus claire. C'était lui le Chef.

Sauf celui qui avait parlé et deux autres soldats, sans compter le Chef, ils semblaient tous méfiants. Presque apeurés. - Bonjour? - « Qui êtes-vous et que faites-vous ici?! » - « Silence! Escortez-les à la Muraille! » - Et nous étions parti pour une randonnée dans des galeries souterraines, comme le petit tunnel,
pressés par des lances un peu trop bien aiguisées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   16.09.17 23:58


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Jamais je ne vais prétendre que ses propos manquent de vérités. Après tout, cet être a vécu à lui seul plus d'années que je vais arriver à en voir passer au cours de la durée de mon existence toute entière. Ça ne m'empêche pas de rester septique et méfiant. Là où lui a sans doute vécu son existence dans l'imprévu et la découverte non planifiée comme en ce moment, j'ai vécu la mienne à assimiler des principes et méthodes de fonctionnement que j'ai décidé de mon plein gré de m'inculquer par le biais de l'armée. Des méthodes plus conventionnelles et méthodiques qui me hurlent en ce moment de faire demi tour pour ne pas laisser le Professeur se mettre en danger d'une quelconque façon. Des méthodes me hurlant également qu'en temps normal, ou du moins la majorité du temps, je connais le terrain sur lequel je vais avoir à évoluer et je sais comment m'en sortir même si l'être devant moi est tout sauf conventionnel. Ici je suis dans le néant et complètement déstabilisé sur tous les points formant le soldat que je suis et je n'aime pas ça. Pas du tout. L'expérience en terrain inconnu que j'ai pu avoir n'impliquait pas un Professeur impulsif fonçant tête baissée dans une ville bondée d'ont ne sait quoi et ça fait toute la différence. « Je ne dis pas que vous avez tord Professeur. Je dis simplement qu'il y a une méthodologie plus efficace pour mener à bien une découverte sans générer de problèmes. » Du moins, tenter d'amenuiser les possibles problèmes. Dans un cas ou dans l'autre, la méthode aventureuse et risquée comme celle plus furtive et calculée, le résultat reste de le même. Pour les personnes présentes ici nous seront hostiles et avec raison. Armé dans mon cas si on nous coince d'une quelconque façon pour nous fouiller. D'un couteau, ce qui reste moins dommageable qu'un fusil, mais tout de même armé.

J'observe la corniche sur laquelle il prévoit s'aventurer du coin de l'oeil avant de rouler des yeux en soupirant pour jeter un coup d'oeil rapide autour de nous. M'assurant surtout que personne ne nous suit malgré ma difficulté à me concentrer sur la chose, ma priorité restant de ne pas tomber en bas. Jusqu'à ce que j'entende cette voix devant et que je penche la tête pour voir au-delà du Professeur. Évidemment. À quel moment est-ce que je dois dire 'je vous l'avais dit'? Je me contente pour l'heure de suivre le Professeur en évitant de fixer les habitants de l'endroit dans les yeux même si j'ai bien pris le temps de les détailler sommairement. On ne se fait jamais réellement à voir des êtres d'un autre univers. Le cerveau humain a du mal à accepter cette évidence et ne cesse de nous le hurler comme si on pouvait y faire quoi que ce soit.

Par réflexe sans doute plus que par nécessité, j'ai levé les mains devant moins lorsque nous eurent terminé de traverser la corniche. Jetant un nouveau coup d'oeil autour de nous pour y remarquer les êtres que je n'avais pas remarqué. Maintenant quoi? S'ils approchent du Professeur je sais que je voudrai faire quelque chose, mais il ne le faut pas. Ce serait encore plus stupide de croire que je peux faire quoi que ce soit armé d'un couteau contre eux et leurs lances. La distance. D'autant plus que ce si cher Professeur si expérimenté en terrain méconnu et si sûr de lui a, je l'espère, une idée de la chose à faire. Je pourrais prétendre qu'il a su s'en tirer jusqu'à maintenant, mais contrairement à moi lui a la capacité de se régénérer. Le mieux reste sans doute d'attendre et observer. Je trouverai. Je trouve toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   18.09.17 9:56


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Je me penchais, position inconfortable pour marcher, en entrant dans le tunnel aussi petit que le premier. J'imaginais sans mal ce qui se tramait dans la tête de Spencer à cet instant, coincé entre deux lances, escorté par une race alien, sur une planète étrangère. Il devait attendre une opportunité pour nous sortir de là mais j'espérais qu'il n'en ferait rien. Nous n'étions pas là pour nous battre. Ces locaux étaient prudents et ils avaient raisons, même si leur prudence me semblait bien insuffisante au regard de ces simples lances. Heureusement pour eux, nous n'étions pas hostiles et encore moins venus avec de mauvaises intentions.

Quoi qu'il en soit nous suivions les ordres. Deux devant, un entre nous et deux derrière, formation efficace pour nous contenir même si le peu d'espace rendait toute tentative inutile. Lorsque finalement le tunnel s’agrandissait à nouveau, je me redressais et inspirais à plein poumon l'air empreint d'une odeur de roche humide dont il était bien aisé de deviner l'origine. Nous nous trouvions dans une cavité éclairée par la lumière du jour, provenant d'une ouverture en haut, comme une faille, mais tamisée par les arbres à la surface. La lumière se reflétait sur les parois rocheuses humides et on pouvait voir la petite porte au fond. Porte en pierre, presque similaire à la roche. Et lorsque l'un des soldats l'ouvrait, je remarquais le mécanisme hydraulique qui permettait de déplacer une tel poids pour un être si fin. - Ingénieux. Tu as vu, Spence?

Mais la pause était brève et on s'enfonçait dans un couloir cette fois. Rien à voir avec les galeries souterraine. Cette fois c'était un couloir creusé, détaillé, meublé. Il y avait de petites cavités sculptés avec des objets exposés, il y avait des lumières au plafond qui me semblaient organiques, comme un fluide luminescent qui d'ailleurs attirait assez mon attention pour que je manque de tomber.
A l'issue du couloir, d'où on ne voyait pas grand chose du reste d'ailleurs, le Chef nous faisait tous arrêter d'un signe de la main. Trois doigts seulement. - « Soldat, retirez-vous. » - Et chacun faisait demi-tour pour retourner de là où on était arrivé. Seul le chef restait et attendait que les autres aient disparu, même le soldat suspicieux qui avait d'ailleurs hésité à partir, avant de reprendre la parole. - « Sachez que cet endroit est particulièrement bien sécurisé, donc ne tentez rien de stupide. » - Laissez moi en douter, mais admettons. - « Suivez-moi. »

Je jetais un regard à Spencer en haussant les épaules. Sans tout ces soldats, je me rapprochais de lui tout en suivant notre guide. - Sois sage, tout va bien. Nous sommes étrangers, ils ont raison d'être suspicieux. - Je déviais mon regard vers le commandant en fronçant les sourcils. - Quoi que je me serais attendu à moins de liberté que ça... - J'avais déjà été emprisonné avant pour avoir été une curiosité étrangère. Torturé et testé, observé et analysé... Jamais invité sans raison. Il y en avait forcément une.

J'avais vu la ville d'en haut, je savais que nous n'y étions pas. - Qui allons-nous voir, commandant? - Il demeurait silencieux, la main serrée sur sa lance. - La Muraille n'est pas en ville, on s'en éloigne presque... Ou on la contourne? Je doute qu'on aille rendre visite à votre leader, pas aussi librement, même dans une installation sécurisée. - Je croisais les bras en voyant sa posture se raidir sensiblement. - Vous avez renvoyé les soldats, donc soit ils n'étaient pas nécessaires... Soit ils ne sont pas censés venir jusqu'ici, vu comme ils ne se sont pas fais prier. - Je levais les yeux vers les lumières du plafond en réfléchissant. - Donc un indésirable... Ou quelqu'un qui leur fait peur?

Le commandant se retournait et me fixait de ses yeux noirs. - « Vous allez rencontrer notre plus grand scientifique. » - Il soupirait avant de poursuivre. - « Comprenez ceci. Notre société est régie autant par la politique que par la science. Notre "leader" comme vous dites, vis en ville, oui. Mais notre autre leader est celui que vous allez rencontrer. » - J'acquiesçais en souriant pour le remercier pour ses informations et il se remettait en marche. - « Les soldats ne viennent pas plus loin parce qu'ils n'y sont pas autorisés pour des raisons de sécurité. A cause de ses recherches et de ses inventions. » - Le secret, c'est ça? - « Entre autre, oui. » - Et comment les blâmer, vu comment les choses se déroulaient sur Gallifrey lorsque j'y étais encore. Lorsque moi-même je conduisais mes propres recherches. - Et nous alors? N'a-t-il pas peur qu'on découvre quelque chose? - « Je n'en ai aucune idée à vrai dire. J'ai appris à ne pas questionner ses choix avec le temps. » - Je tournais le regard vers Spencer, un sourire sur les lèvres. Un message pour lui dire d'arrêter de m'obliger à répertorier tout ce que je faisais dans MON laboratoire? Tout à fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   30.09.17 1:48


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Cette situation ne me plait pas du tout et sans doute avec raison. Nous sommes coincés dans cet endroit et escortés par une race nous étant à l'un comme l'autre totalement inconnue sans avoir la moindre idée du sort nous étant réservé. Nous savons simplement pour l'heure que nous devons les suivre, divisés l'un de l'autre par celui marchant entre nous et tout aussi armés que ceux marchant devant et derrière la formation. Réellement rien pour me rassurer. Si seulement j'avais pu être à côté du Professeur, mais il ne fallait pas trop en demander à des êtres ne nous connaissant pas et nous voyant arriver dans leur demeure sans l'ombre d'un avertissement. Enfin, outre la visible joie démesurée du Professeur ou du moins ce qui semble s'y apparenter. Là où je suis observateur de l'environnement parce que mon cerveau en vient inévitablement à analyser tout ce que je vois pour y trouver une potentielle sortie, il se pâme devant l'ingénieux du mécanisme de leur porte. La seule chose qu'à réellement de bien le mécanisme de cette porte c'est qu'il pourra peut-être nous permettre de nous en tirer à un moment ou un autre. J'ai vu. Qui sait. Je ne suis tout de même pas bête au point de tenter un quelconque geste désespéré. Je me contente d'observer, de me rappeler et noter quelques petits détails au passage. Usant sans doute un peu trop de mon focus pour sentir la présence de mon couteau contre ma jambe. C'est rassurant. À chacun sa méthode. Je me sens malheureusement rassuré lorsque je suis armé même si j'arrive à me débrouiller avec à peu de chose près n'importe quoi. Je n'ai pas répondu au Professeur à ce moment-là. J'ai simplement continué de suivre le pas lorsque nous sommes entrés dans un couloir, raclant légèrement ma gorge grattant depuis qu'une bonne bouffée d'humidité s'y est engouffré dans la cavité précédent le couloir en question.

Un couloir... particulier. Comme tout de cet endroit en fait. Tout ici est aussi fascinant que perturbant et légèrement stressant. Bien que la peur presque chronique que je sentais me vriller les veines dans le Tardis se soit dissipée pour laisser place à cette pression tendant mes muscles. La même m'habitant en situation de crise. Celle-là même qui me hurle que j'aurai tout le temps d'avoir peur lorsque nous sortirons d'ici. Si nous sortons d'ici. D'ici-là, je ne lâcherai pas le Professeur que je compte bien raccompagner à notre point d'origine en un seul morceau.  

J'ai bien malgré moi serré légèrement le poing lorsque nous nous sommes finalement stoppés, observant à tour de rôle le Professeur et celui demandant aux autres soldats de se retirer en fronçant les sourcils. Ça augure mal ou trop bien tout ça. Un juste milieu peut-être à juger de la façon dont il semble décrire leur sécurité. Chose dont je ne peux pas réellement douter sans connaître la nature de 'l'ennemi'. Je souffle tout de même un peu en voyant le Professeur s'approcher de moi, l'écoutant parler avec attention. « Ne vous en faites pas. Je ne suis pas de ceux qui font des stupidités. » Du moins, j'essaie de ne pas l'être. Je ne suis visiblement pas le seul non plus à avoir remarqué cette pseudo liberté que je ne sais pas encore réellement comment qualifier. Lui par contre... À trop poser de questions comme il le fait ensuite il n'aidera à tout coup pas notre cause. Je lui lance un regard exprimant justement cette pensée avant de reporter mon attention sur celui nous guidant. On ne sait jamais ce qu'il pourrait tenter de faire, mais lorsqu'il se retourne pour parler et mentionner le mot scientifique... J'ai sentis tous les muscles de mon corps se tendre encore davantage, un frisson me parcourant l'échine et mes dents se serrant au passage du malaise palpable de ma personne. Recherches, inventions, … tant de termes rassurants. Forcément, le Professeur sourit. Décidément je ne le comprendrai jamais. Je me contente de secouer la tête avant de reporter mon attention devant nous, de moins en moins rassurer par tout ceci. Ne pas faire quelque chose de stupide risque de devenir une tâche plus ardue que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   02.01.18 16:56


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Non, bien sur, Spencer n'était pas du genre à foncer tête baissée. J'en ai connu des comme ça et ils n'ont jamais duré bien longtemps. Dans la vie en général je veux dire.
Notre escorte nous menait plus avant une fois sa parenthèse fermée et j'assimilais ces informations en les compilant au reste. La cité, cette race, cette technologie. Dans ce couloir je voyais autant d'objet antiques que futuristes, des objets qui n'avaient aucune cohérence dans un endroit pareil fonctionnant à l'eau et aux énergies naturelles.

Je décroisais finalement mes bras en approchant d'une lumière plus vive au détour du couloir, puis une arche et finalement le plafond qui s'élevait au dessus d'une grande salle lumineuse et chaude aux structures courbes et ouvragées, et aux grandes ouvertures donnant sur la ville et les chutes d'eaux dont le son et la fraicheur envahissaient la salle. Qui avait pensé à construire ça comme ça? Aucune idée, mais j'aimais ce que je voyais. En haut de quelques marches face à nous je voyais se dessiner la silhouette de l'une de ces créatures, couvert d'un tissus clair qui aurait pu être blanc s'il n'avait pas été un peu transparent. Un équivalent à la blouse blanche terrestre? Possible.

« Bienvenue, bienvenue à vous deux! » - J'esquissais un sourire, surpris par cet accueil presque jovial et croisais mes bras dans mon dos tout en laissant mon regard observer la quantité de matériel scientifiques et de liquides étranges dans des fioles un peu partout. Nous nous trouvions dans un laboratoire, ça crevait les yeux. - « Voici l'Humain et le Seigneur du Temps, Trézien. » - Pardon? - « Merci, soldat. Vous pouvez disposer. Tout ira bien. » - Mon sourire s'était fané à la seconde où j'avais entendu le nom de mon peuple. Comment pouvaient-ils savoir? Un humain, je veux bien, mais moi? D'où tenaient-ils cette information? Je lançais un regard à Spencer qui pouvait y lire ma perplexité et je revenais à notre hôte en m'avançant d'un pas pour prendre la place de notre escorte qui se retirait par le couloirs qu'on venait de quitter.

Je suis le Professeur, et voici Spencer. - Disais-je en désignant mon soldat de compagnie. Le visage amphibien de notre hôte se déformait légèrement en ce que je reconnaissais comme un sourire et j’enchaînais. - Je suis étonné, comment connaissez-vous ma race? - « Nous connaissons votre race depuis l'aube de notre temps. » - Il descendait les quelques marches pour se rapprocher et je remarquais qu'il était légèrement plus petit que les autres. - « C'est grâce à un Seigneur du Temps que nous avons pu nous construire. J'avoue que la raison nous est inconnu, mais avant la visite d'un membre de votre peuple, nous n'étions que de simples "lézards". » - Je remarquais la pointe de dédain dans sa voix lorsqu'il prononçait ce mot. Peut-être une insulte dans leur culture? - « Votre odeur est empreinte dans notre mémoire génétique. »

Un sourire traversait mes lèvres, impressionnés par ce que j'apprenais et curieux de savoir ce qui avait poussé à créer cette race. Je n'étais pas étonné, pas le moins du monde, mais curieux ça oui. - « S'il vous plait, suivez-moi. » - Je comprenais mieux la méfiance des gardes mais également pourquoi on nous avait conduis ici, avec l'un de leurs dirigeants. Ma race était pour eux l'entité créatrice. Pas que j'attendais des prières et louanges mais ils avaient certainement un profond respect pour les Seigneur du temps. Ou alors c'était juste eux. Je le suivais jusqu'aux immenses ouvertures sans vitres et approchais pour observer la ville. - « Eïlot a prospéré en mille sept cents ans d'existences. » - Si peu? - La technologie, les dirigeables... J'aurais jugé cette civilisation à presque deux milles ans de vie. - « Nous sommes essentiellement des scientifiques. L'armée n'est là que pour nous protéger des prédateurs. Il n'y a pas de dissension au sein du peuple... » - Une explosion retentissait alors et je sentais la vibration secouer le sol sous mes pieds.

La main posée sur le rebord de la fenêtre, je me penchais pour observer une épaisse fumée grise s'élever du cercle central de la cité. Un des plus gros bâtiments venait de sauter sous nos yeux, au pire moment de son discours. - Pas de dissension, hein...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   13.01.18 20:28


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Spectaculaire est le seul terme me venant en tête lorsque du couloir nous arrivons à cette grande salle au design particulier. Si grande et chargée malgré la splendeur des détails que j'aurais bien du mal à nier sa beauté même si je m'efforce de ne pas m'y attarder trop longtemps. Toujours si stricte et douloureusement tendu, observateur de l'endroit plus que le spectateur que je devrais sans doute être. Je ne le peux pas. Même toute la bonne volonté du monde n'arriverais pas à me faire changer d'attitude alors que je m'efforce d'encaisser le choc de tant de nouveautés tout en ne perdant pas mon objectif de vu. Comme à mon habitude. Une habitude que je ne croyais pas me mener je ne sais où dans cette boîte que j'aurais continué de fuir comme la peste si ça n'avait pas été de lui. Lui dont je m'approche lorsqu'une silhouette se dessine non loin de nous, au haut des escaliers nous faisant face. Une créature tout comme celui qui nous a mené jusqu'ici, ce qui en soit ne m'étonne pas vraiment puisque nous semblons nous trouver sur leur planète. Créature un peu trop joviale dans les salutations dont elle nous accueil tandis que je pose mon regard à la fois curieux et suspicieux sur le matériel scientifique que je viens tout juste de remarquer. Bien trop de fioles et liquides pour réellement me conforter sur la raison de notre présence dans cet endroit. Davantage encore lorsque le garde nous ayant accompagné mentionne le plus normalement du monde mon humanité et la nature du Professeur. Il a bien dit ne jamais être venu ici non? Mes yeux suivent le garde quittant la pièce avant de se poser sur le Professeur qui ne semble visiblement pas comprendre comment ils ont pu avoir accès à une telle information. Bien malgré moi, j'imagine qu'un dispositif quelconque nous a analysé d'une façon ou une autre à notre insu. Pourquoi pas?

Je fais un bref signe de tête à l'inconnu devant nous lorsque le Professeur mentionne nos noms, glissant mes mains dans mon dos en les croisants l'une dans l'autre. Laissant le loisir à mon compagnon de parler pour éviter un quelconque malentendu. Après tout je ne suis pas un orateur. Je suis un soldat. Un soldat réprimant un mouvement de recul en voyant la créature s'approcher. Je tâche de ne pas le fixer avec insistance pour ne pas donner l'impression de le dévisager bien que je ne sois pas réellement encore totalement accoutumé à son apparence peu orthodoxe. Écoutant les paroles qu'il prononce avec une grande attention néanmoins. Odeur? Je ne suis pas réellement certain de vouloir savoir quelle est l'odeur si caractéristique des humains, mais voilà qui me permet d'écarter toute autre théorie étrange concernant la raison de cette connaissance de nos appartenances respectives.

Toujours sans un mot, je les suis à distance d'un mètre environ lorsqu'ils se déplacent en direction des ouvertures. Ne voulant pas paraître envahissant, mais pas non plus agressif en restant à trop grande distance pouvant sembler suspecte. Distance que je ne conserve néanmoins que bien peu de temps en entendant le bruit de l'explosion, sentant le sol trembler sous mes pieds. Je m'approche précipitamment de l'ouverture pour observer à l'extérieur, admirant l'épaisse fumée grise avant de poser le regard sur le Professeur. Ne pouvant empêcher mon esprit de supposer que cette dissension est peut-être précisément causée par sa présence en ce lieu. Si un autre Seigneur du temps a réellement construit cet endroit... peut-être que tout ne s'est pas terminé aussi bien qu'il l'a laissé présumer. « Pardonnez ma question, mais vous avez mentionné des prédateurs dont l'armée vous protège. Leurs attaques sont-elles fréquentes? Et qu'entendez-vous par prédateurs? Si vous me permettez le questionnement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   15.01.18 13:13


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Le Trézien se faisait bizarrement silencieux et c'est autrement plus bizarrement que j'entendais la voix de Spencer s'élever dans mon dos. Avait-il retrouvé sa langue? - « Pardonnez ma question, mais vous avez mentionné des prédateurs dont l'armée vous protège. Leurs attaques sont-elles fréquentes? Et qu'entendez-vous par prédateurs? Si vous me permettez le questionnement. » - La raison m'échappait, mais il semblait aussi surpris que moi de recevoir des questions de la part de Spence mais mon regard lui intimait de répondre, aussi il ouvrait la bouche. - « Des créatures sauvages, des animaux. Nous sommes protégés à l'abris de ces murs tant que nos soldats les tiennent à l'extérieur.  - Il finissait toujours sa phrase que je le voyais s'éloigner pour rejoindre un mur tapissé d'écrans fait de plaque de verre. Au regard, je notais la différence, concluant qu'il ne s'agissait pas réellement de verre, mais ça n'importait pas vraiment.

Ces écrans affichaient les images de ce qui se passait là-bas. On pouvait alors observer des dizaines d'habitants partir en courant, fuir les tirs d'armes à projectiles tenues par d'autres locaux, accompagnés de deux créatures semblables à des gros chiens mais sans poils mais à la pigmentation de peau noire. Je levais un doigt vers ces créatures, lançant un regard vers Spencer. - Prédateurs. - En tout cas je supposais. L'esprit militaire du brun devait déjà fumer et je me rapprochais, désignant cette fois les francs-tireurs. - Dissension? Que se passe-t-il? - « Il existe un petit groupe rebelle dans notre société. Ils ne sont pas significatifs... » - A ce que je vois ils le sont assez pour avoir tué au moins une vingtaine de personnes en quelques minutes, sans parler de l'explosion. Arrêtez donc de perdre du temps en mensonge. - « Ces personnes tentent de destituer le pouvoir en place, ils considèrent que nous devrions utiliser notre savoir à des fins plus militaire. Ils ont perverti les mots de notre créateur pour lancer leurs fidèles sur une voie plus violente et conquérante. »

Les sourcils froncés, je lançais un regard aux écrans, constatant la violence gratuite et les morts inutiles provoqué par cet attentat. Je remarquais également ce que Spencer avait déjà dû voir: les choses ressemblant à des brancards, les vêtements clairs de la majorité des victimes... C'était un hôpital, et un gros, qui venait d'être attaqué. - Est-ce que les écrits donnent le nom de votre créateur? Un nom, ou un titre? N'importe quoi pour le désigner. - Le Trézien tournait alors ses yeux noirs vers nous et prononçait ce mot comme un souffle, sur un ton presque sacré. - « L'Architecte. » - Je croisais les bras. - « C'est le seul titre qui revient. Nous n'avons jamais connu son véritable nom, seulement cette métaphore. » - Ce n'est pas une métaphore... - Je me tournais vers Spencer, l'air pensif, loin dans mes souvenirs, jusqu'à poser mon regard sur lui. - Ces gens n'ont pas l'entrainement militaire suffisant pour faire face à cette attaque. Ils vont avoir besoin de toi. - Et compte tenu de la différence d'armement entre eux et les soldats qui nous avaient guidé jusqu'ici, je soupçonnais qu'ils avaient probablement inventé leur équipement en secret. Je revenais à notre hôte, les bras toujours croisés. - Nous devons nous rendre dans cet hôpital, autorisez-nous le passage et menez-nous là-bas. - « Je ne comrpend pas, en quoi n'est-ce pas une métaphore? » - Plus tard le cours d'Histoire, Trézien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   31.01.18 2:01


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Mon esprit fulminait dans cette masse d'informations que je tentais d'analyser, celle-là même que j'essayais de trier pour y trouver un semblant de familiarité dans le chaos. C'était plus fort que moi de toute façon. Je sentais mes instincts militaire lentement s'éveiller en fixant les écrans vers lesquels notre hôte improvisé s'est déplacé dès lors qu'il eut répondu à ma question. Malgré la visible réticence qu'il avait à le faire, ce qui est sans doute compréhensible dans l'état des choses. Si le Professeur semblait s'avérer être d'une espèce respectable pour eux en raison de son semblable ayant créé cet endroit, je ne pouvais pas prétendre qu'il semblait en être de même pour l'humain que je suis. Je pourrais être la représentation même d'une sous-espèce notable que je ne pourrais pas le savoir à moins que les habitants de cette planète me le mentionne et si j'avais usé d'une certaine retenue jusqu'à maintenant, ce que je voyais sur les écrans changeait drastiquement la donne. D'abord parce que je n'imaginais pas le Professeur rester ici les bras croisés dans l'attente que tout ceci se calme et ensuite parce que malgré le massif des colosses qu'il me pointa ce n'est pas ce qui attira mon attention. Ce n'est pas ce qui me fit approcher des écrans pour jeter un regard plus attentif à la foule fuyant désespérément la scène de l'explosion où les coups de feu se succédaient toujours. Plutôt les habits des victimes et victimes en devenir qui, même en provenance d'une autre planète, n'éveillaient qu'une seule chose en moi. Un hôpital. Je dus faire preuve d'une nouvelle retenue pour ne pas simplement porter la main à la présence si réconfortante de mon couteau contre ma jambe, me maudissant d'avoir laissé mon arme dans le Tardis. J'étais bien au fait de mon titre et de ma tâche, mais s'il y a bien une chose que je n'ai jamais supporté c'est qu'on s'attaque ainsi à des innocents sous prétexte d'une idéologie quelconque. Être militaire ne faisait pas systématiquement de moi quelqu'un prompt à prendre mon arme pour régler le moindre conflit, je savais être patient et laisser les diplomates parler, mais pas le sang se déverser.

Aussi quand le Professeur mentionna qu'ils auraient besoin de moi, je ne pu qu'acquiescer de la tête en cherchant comment aborder cette situation. Ne cillant pas même en l'entendant mentionner que 'nous' devions nous rendre sur place. Je le connaissais trop bien depuis le temps pour savoir que je n'irais pas seul, mais aussi que cette intervention me demanderais une concentration démesurée pour garder un œil sur lui tout en essayant d'aider cette espèce nouvellement rencontrée. « À quelle distance arrivez-vous à nous sentir? » Information qui, bien que perturbante jusqu'à un certain point, s'avérait nécessaire pour le bien de l'intervention. Mes pensées et actions devraient s'adapter en fonction de leur faciliter à nous repérer à l'odeur ou non, ce qui n'était pas mon cas. Je ne poussais pas le vice à demander une quelconque forme d'armement, tout comme j'attendais avant de prendre mon couteau pour ne pas effrayer notre hôte d'une quelconque façon. Après tout nous restions des étrangers, des intrus dans leur univers. Il y avait plus d'une façon de m'approprier l'une de leurs armes, même si je ne savais pas savoir m'en servir ou non. Il me suffisait juste de m'approcher suffisamment et laisser mes pulsions naturelles faire le reste. « Nous devons faire vite si vous ne voulez pas continuer de voir le compte de victimes augmenter. » Je posais ensuite mon regard sur le Professeur que je comptais au moins suivre jusqu'en dehors d'ici, à titre de ce qui s'apparente bien plus que moi à une figure d'une quelconque autorité. Une fois dehors, je ferai ce que j'ai à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   06.02.18 21:30


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


À quelle distance arrivez-vous à nous sentir? - Je me redressais et posais mon regard sur Spence avant de venir observer le Trézien. - « Des kilomètres. Nous avons senti votre présence au moment où vous avez posés les pieds sur notre sol. Enfin, nous avons sentis le Créateur. Je ne vous ai personnellement senti que lorsque vous êtes entré dans la salle, comme pour n'importe qui. » - Disait-il à Spencer. C'était plus qu'une simple odeur, à l'évidence. Ils ne faisaient pas que me sentir, il ressentait également ma présence. Peut-être une sensibilité aux radiations temporelles? Je camouflait même peut-être la présence de Spencer. - « Et vous avez l'autorisation, mais je n'ai rien de plus rapide pour vous envoyer sur palce que l'un des transporteurs aériens. » - Ce n'est rien, j'ai repéré un beau Départiculateur en entrant. - Les regards que j'obtenais n'étaient pas étonnant vu que ni l'un ni l'autre n'avait surement entendu ce mot. Spencer n'avait jamais vu l'objet et le Trézien travaillait dessus sans même le savoir.

Je me rapprochais de Spencer en retirant le bracelet sonique de mon poignet, attrapais son bras gauche et refermais le bracelet sur le sien. Tout en parlant, je calibrais les paramétrages. - Pense que tu veux tirer et vise bien, c'est pas plus compliqué. Il tire des charges soniques, rien d'assez puissant pour blesser ou tuer mais largement suffisant pour désorienter et te laisser faire ce que tu as à faire. - Je laissais Spencer à son nouveau, temporaire, jouet et me dirigeais vers le couloir qu'on avait emprunté pour entrer mais tournais avant. J'avais repéré ce truc là en entrant. On aurait dit une poire de douche, large, pendue au plafond par un câble en métal, relié par plusieurs câbles à un ordinateur, ou en tout cas un ordinateur de ce peuple-là. - Spence, vient là-dessous. - Je lançais le programme et corrigeais les erreurs et équations oubliées, avançant son travail d'années en avant pour gagner du temps, finissant par entrer les coordonnées géographiques. - « Mais comment... Oui... Comment ai-je pu rater ça... » - Quand on a la tête sur quelque chose, on a parfois besoin d'un peu de recul. Vous auriez trouvé la solution, j'en suis certain, mais nous manquons de temps.

J'attendais que Spencer soit en place et levais la tête. - Tu vas fermer les yeux, avoir froid, puis quand tu entendras du bruit, tu pourras rouvrir les yeux. Pas avant. - Pas que ça puisse être dangereux mais personne n'aime voir le néant de ses yeux. Surtout quand on a pas d'yeux. Ni de corps. Bref. - Je serais juste derrière toi. - Un regard vers les écrans et je revenais à lui. - J'ai compté une quinzaine d'hostiles, mais je pense qu'il y en a plus. Fais attention à mon bracelet, j'y tiens. - « Prenez ceci, les soldats sur place reconnaîtront votre autorité. » - Il s'agissait d'un insigne en forme de triangle inversé, gris, avec un symbole de l'infini dessiné en jaune dessus. Et peu importe sa signification, il en aurait surement besoin.

J'attendais qu'il ferme les yeux et appuyais sur le bouton de lancement. La poire de douche alien balançait des dizaines de rayons de lumière brute et le corps de Spencer se dissipait à vu d’œil, comme un mirage qui s'efface. Départiculateur, un mot compliqué pour dire que le corps venait d'être converti en photons, pour réapparaître en bas de l’hôpital, à l'abri. Enfin j'espérais. Je me tournais vers le Trézien. - Même chose pour moi, vous n'avez qu'à appuyer là. - Disais-je en me plaçant dans le cercle de téléportation. - Vous devriez envoyer des médecins sur place, ceux de l’hôpital ont autre chose à faire... Enfin s'ils sont toujours en vie. - Il acquiesçait et appuyait. Et je fermais les yeux, sentant le froid mordre ma peau, comme si on m'avait propulsé dans une chambre froide l'espace de quelques secondes avant que je sente le picotement d'une chaleur douce et humide titiller ma peau et le bruit des cris étranges et des tirs hurler à mes oreilles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   19.02.18 13:44


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Voilà qui n'est que partiellement aidant comme réponse concernant la capacité de cette espèce à sentir notre présence, en ce sens où si je semble moins aisé à repérer il n'en est pas de même pour le Professeur. Ce qui pourrait faire office d'une certaine distraction une fois sur place à n'en point douter même si je ne suis pas des plus enclin à m'engager d'emblée dans cette voie au vue de notre niveau d'armement et le leur. Sans parler des bêtes. Sauf si bien évidemment ils cherchent à obtenir une certaine confirmation de ce qu'ils avancent concernant les mots du dit créateur sur ce chemin plus violent qu'ils poussent leurs apparent fidèles à emprunter. Dans ce cas, peut-être que oui la diversion sera adéquate ou du moins pourrait l'être jusqu'à ce que le Professeur dise une bêtise. Avec lui il faut s'attendre au meilleur comme au pire et pendant que je réfléchis à une possible tactique sur place je l'entends prononcer le mot 'départiculateur'. Le regard que je lui lance exprime sans doute le point d'interrogation en mon esprit tout autant que cette chose que je ne souhaite pas réellement tenter si le nom est totalement révélateur du but de l'appareil. Séparer les particules. En bref rien de bien rassurant pour tout humain ayant à l'occasion été le spectateur de films ou séries télé de nature spatiale. Tout comme ce bracelet qu'il en vient à poser à mon poignet en expliquant brièvement le fonctionnement de la chose. « Bien. » Et si je comprends le but de cette arme bien peu orthodoxe, j'espère que toute chose à laquelle je penserai n'aura pas d'impact sur son fonctionnement. Je l'observe quelques instants en l'effleurant avec précaution du bout des doigts, fasciné par la taille et forme de l'arme d'une subtilité assurément plus appréciable que les armes à feu dont j'ai habitude. Me disant également que s'il m'en avait parlé avant je me serais probablement senti plus à l'aise de laisser mon arme dans le Tardis. Toujours pas de gaité de cœur, mais en sachant qu'il n'en reste pas non protégé pour autant.

Ma curiosité partiellement comblée, je le suis en direction de ce que je suppose être le 'départiculateur' devant lequel je reste un peu patois. Davantage encore lorsqu'il me dit de me placer sous cette... douche. Il est sérieux? Évidemment qu'il est sérieux. Des vies sont en jeu alors il ne peut qu'être cruellement sérieux et je me dois d'être convaincu un minimum de ses capacités. C'est l'un des siens qui a créé cet endroit après tout. Je lui jète tout de même un regard bien peu convaincu alors que je me place sous la douche improvisée, écoutant avec attention les explications qu'il me donne. « J'y ferai attention Professeur. » Et de votre côté assurez-vous que j'arrive où je dois arriver en un seul morceau. Je prends également l'insigne que me tend l'extraterrestre au passage, ne pouvant cracher sur un petit coup de main supplémentaire. Surtout en ayant la tête d'un étranger. « Bien. Merci à vous. » Ceci en main, je lance un dernier regard en direction du Professeur avant de finalement fermer les yeux et attendre. Surtout tâcher de les garder fermer en sentant la morsure glacée contre ma chaire puis cette soudaine chaleur et enfin les bruits de tirs. Les bruits, c'est bien ce qu'il a dit que je devais attendre non?

Lorsque j'ouvre les yeux, je me trouve coincé derrière un éboulis que je suppose avoir été causés par l'explosion perçue plus tôt sur les écrans. Supposant donc que l'hôpital se trouve dans mon dos tout en observant brièvement mon corps pour m'assurer qu'il ne me manque aucun morceau. Je porte ensuite ma bouche au creux de mon bras pour masquer un toussotement sans doute dû à la légère fumée planant dans l'air, m'appliquant ensuite à sortir de cet endroit avec grande précaution pour m'approcher du coin du mur et observer la scène se déroulant tout près à en juger par les voix et tirs. Je note cinq hostiles en plus d'une dizaine de corps au sol avant d'appuyer de nouveau mon dos au mur pour réfléchir tout en observant l'endroit où je suis arrivé en espérant y voir le Professeur pour rapidement lui signifier de se taire le cas échéant. Apercevant du même coup l'un des habitants m'observant de grands yeux ronds. Je sors de ma poche l'insigne qui m'a été donné pour la lui montrer en lui indiquant de venir me rejoindre en silence. Ce qu'il fait après avoir hésité et je ne peux pas lui en vouloir. « Votre dirigeant me l'a donné. Ne vous en faites pas, je suis là pour aider. » Et si le scepticisme se lit toujours sur son visage après que je lui ai faiblement murmuré de rester contre le mur, il le fait néanmoins sans broncher. L'air toujours paniqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   22.02.18 1:05


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Le froid qui avait saisit mon corps n'était rien, absolument rien du tout à côté de la sensation d'un passage dans le Void, alors la téléportation ne me filait pas le moindre frisson et lorsque j'apparaissais et trouvais Spencer et un lézard contre le mur, je les regardais d'un air parfaitement naturel. Comme si je venais de passer la porte même si je tournais le dos à quelques gravas, conséquences de l'explosion. Et vu le visage de Spencer, je ne parlais pas bien fort, me rapprochant en toute discrétion. - Comment ça se présente? - Créateur... - Je posais mon regard sur l'indigène complètement absorbé par ma simple présence mais revenais à Spencer sans un mot à son attention. Finalement, ça risquait de poser un problème, d'une façon ou d'une autre. Une diversion oui, une totale attention en revanche c'était pas idéal. Alors quitte à être ressenti par la moitié de la planète, autant se montrer.

Je m'occupe des molosses, je te fais confiance pour neutraliser les terroristes. - Jusqu'à preuve du contraire, ils étaient ça à mes yeux. On ne fait pas exploser les hôpitaux. Et les autres pensées qui me venaient étaient trop répugnantes pour être prononcées donc ça suffirait. Je faisais un pas de côté pour jeter un œil à la salle, repérant un molosse sur les cinq hostiles. A mains nues? Par l'esprit? J'avais mieux. Un challenger. Je m'éloignais du mur de quelques pas, me plaçant dans un espace libre et me concentrais. Un peu rouillé, je parvenais néanmoins à ressentir ce frisson glacial qui secouait mon corps tout entier avant qu'une ombre se forme. Une faille de pure noirceur, déchirant l'espace et le temps, aspirant la lumière et la chaleur autour d'elle. Spence et l'indigène étaient assez loin pour ne pas avoir à le ressentir, mais moi je n'avais pas le choix. Moi je le ressentais comme le vieux souvenir d'une mémoire enfouie et presque oubliée. - Vient, mon beau... - La respiration forte, les griffes acérées, lorsque la faille était assez grande c'est une créature sombre qui s'en échappait. La peur de cuir noir, les excroissances longues et souples, parsemées de points lumineux, les pattes larges et la musculature épaisse et puissante. Deux yeux blancs qui observaient ce nouvel environnement et s'habituaient à la lumière naturelle de cet univers.

Je refermais la faille et m'accroupissais, passant ma main sur sa tête comme on caresse un chien. - Bonjour toi. - La créature appréciait le contact, passant et repassant la tête pour en avoir plus. Après tout, dans le void, elle ne pouvait ressentir le moindre contact physique, la moindre chaleur ni lueur, alors je prenais le temps de faire ça avant. Parce que je savais comment c'était. - Il y a une bête à côté... Neutralises-la. - C'est tout ce dont elle avait besoin pour filer. Le pas léger et discret, la froideur suivant son passage comme un halo de néant avant un son guttural étrange lorsqu'elle attaquait le molosse qui se mettait à dangereusement grogner. Le combat était engagé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   12.03.18 1:14


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Comment ça se présente? À cinq contre deux on a toutes nos chances assurément, si on arrive à appliquer un plan un moindrement structuré pour les prendre par surprise. Ce qui s’annonce difficile à en juger par la tête de l’homme lézard que j’ai fait s’approcher de moi. C’est d’ailleurs ce qui m’a prestement stoppé de répondre au Professeur dans l’immédiat suite à son questionnement. Cette lueur brillant au fond du regard de l’extraterrestre murmurant un ‘créateur’ si fasciné que je ne peux qu’hausser un sourcil. Surtout que s’il a pu si facilement et rapidement l’identifier je ne doute pas que nous aurons sous peu plus de compagnie. Ce à quoi je m’attendais puisque la chose semble généralisée chez son espèce. Une diversion non appréciable pour sa sécurité, mais nécessaire pour celle des autres. Étant donc le centre d’attention de la situation, j’attendis de savoir ce qu’il comptait faire exactement avant de faire quoique ce soit. Acquiesçant de la tête lorsqu’il mentionna s’occuper de la bête le temps que je m’occupe des autres. Contourner l’endroit pour les prendre de dos devrait être suffisant, si j’arrive à tirer comme il se doit avec cette chose. Ce qui n’est pas encore une certitude. Il ne manquait qu’à savoir ce qu’il comptait faire exactement pour maîtriser une bête de cette taille. Chose que j’aurais préféré ne pas savoir.

C’est avec des grands yeux surpris que je dévisage la scène se déroulant devant mon regard. Comment… Je ne m’y ferai réellement jamais et si j’aimerais pouvoir passer plus de temps à observer la créature qu’il a invoqué de je ne sais où, j’ai beaucoup plus important à faire. Cette discussion nous pourrons l’avoir plus tard. Les vies perdues nous ne pourrons pas les rattraper. « Vous devez vous mettre à l’abri. » Je murmure à l’homme lézard avant de jeter un dernier regard au Professeur et cette chose sinuant sur le côté du bâtiment en direction des ennemis. Les bruits de combats ne tardant à se faire entendre alors que je m’applique à contourner la scène pour tenter de les prendre par surprise. J’avance à pas prudents en observant les corps et débris au sol, tâchant de ne pas me faire repérer par les terroristes comme le Professeur les a nommé. Le fait qu’il attire tant l’attention aidant ma cause à n’en point douter. Les craquements de débris sous mes pieds me font rapidement revoir ma vitesse. Avançant plus lentement même si je sais qu'il n'y a pas de temps à perdre. Il y a parfois des compromis qui doivent être fait pour la bonne cause. Arriver à réaliser cette action dans le cas présent.

C'est sans doute ce qui me permis d'arriver en position sans me faire repérer par d'autres hostiles, le poignet étrangement coincé au creux de ma main si j'ai besoin de tirer du bracelet. Ce qui est tout aussi étrange à penser il faut l'admettre. Du coin de l'oeil j'observe la scène brièvement, m'assurant que les ennemis sont toujours présents. Ils semblent surtout obnubilés par cette chose que le Professeur a fait apparaître de nul part et j'en profite donc pour user de cette arme improvisé qu'il m'a prêté pour tenter d'aider à les maîtriser. J'essaie donc de viser, pense, et tire. Bien loin de ma cible évidemment. Il faut croire que ce n'est pas si simple que je le croyais, mais si mes réflexes ne sont pas exemplaires avec le bracelet j'arrive néanmoins à me recaler contre le mur pour éviter une blessure potentielle. Du moins pour le moment. Voilà qui promet comme petit affrontement. En espérant que le Professeur aura davantage de chance avec sa... créature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   17.03.18 21:27


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Freddy filait droit sur sa cible. Oui, c'était son nom. Enfin, celui que je lui avais donné, à cet instant, sans même réellement y penser. Bref, Freddy filait droit, rapide et pourtant silencieux, avant de bondir sur le molosse pour entamer le combat. J'avais perdu Spencer de vu mais je me doutais qu'il appliquait un plan quelconque. Le mien était simple, et il l'avait compris sans un mot: j'étais la diversion. Trop grosse, mais c'était mon rôle. Alors je sortais de l'ombre à la suite de Freddy, me montrant à leurs yeux ébahis. Je voyais quelque chose d'étrange dans leur regard, comme si j'étais entouré d'un halo divin, mais c'était trop tard pour les flatteries. Ils n'osaient pas me tirer dessus. Certains visaient, mais hésitaient, d'autres avaient perdu toute volonté à ma simple apparition et si Freddy s'en sortait très bien tout seul, la salve verte transparente que je venais de voir passer me disait que Spencer avait un peu de mal.

Le soucis n'était pas de viser avec son bras, je connaissais ses compétences de tir. Le soucis était de viser avec ses pensées. De réussir à formuler une force de volonté nette et précise, assez pour que le tir suivent une course voulue et atteigne une cible déterminée. Bien plus compliqué que simplement viser avec une arme mais je lui faisais confiance. A la suite de son premier tir, deux des quatre hostiles avaient commencé à tirer dans sa direction et mes sourcils s'étaient froncés. - HEY! - J'avais tendu le bras par réflexe et leurs armes s'étaient envolées pour venir percuter leur crâne, les assommant sur le coup. Enfin, un sur les deux. Le second j'avais dû m'y reprendre à trois fois. On touche pas mon spency-chou. Mais ce faisant, j'avais attiré leur hostilité et les dernières hésitations s'étaient estompées, assez en tout cas pour qu'ils dirigent leurs tirs sur moi, me forçant à rouler sur le côté pour me mettre à l'abri. Freddy ne risquait rien, il était imperméable aux tirs énergétiques, mais pas moi. Et sans le bracelet, je ne pouvais pas perturber les tirs pour me protéger, donc je roulais.

Couvert par un pan de plafond écroulé, je soupirais. Oui mes cœurs battaient vite, pas mon truc de me faire tirer dessus, mais je ne paniquais pas non plus. Pour autant, ma voix traversait le vide. - Un coup de main?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   04.04.18 11:35


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Je fixais mon poignet en serrant les dents devant cette chose qui ne voulait pas m'écouter. J'en étais presqu'au point où je lui parlerais comme on parle à un enfant qu'on essaie de faire obéir lorsque j'entendis la voix du Professeur raisonner en un 'Hey' sonore qui stoppa les coups de feu dans ma direction. Me poussant à me pencher pour observer la scène et admirer les deux corps au sol ainsi que les bêtes toujours à s'attaquer l'une l'autre. Il ne restait donc que deux ennemis à maîtriser à cet endroit pour arriver à continuer à avancer. Sans même avoir la certitude de réussir cette fois, je me suis de nouveau penché en tentant de viser dans leur direction. Ratant encore une fois ma cible et jurant entre mes dents en me recalant rapidement contre le mur. Leurs tirs passant du Professeur à ma cachette à intervalle presque régulier. « J'essaie! » Énervé? Peut-être un peu. Parce que si je m'étais écouté ces deux ennemis seraient déjà tombés depuis longtemps, ce qui n'était pas le cas en ce moment et ça avait un don pour m'embêter au plus haut point. J'étais entraîné en bien des choses, mais malheureusement pas en maniement d'armement extraterrestre. Chose à laquelle il faudra remédier lorsque nous serons de retour sur Terre dans le cas où une situation de ce genre en viendrait à arriver de nouveau. Ce dont je ne doute pas du tout. Aller, un dernier essai et sinon on va devoir user de la méthode corps à corps. Encore une fois, je me concentre au mieux, vise et tire dans le néant comme lors des deux tentatives précédentes. Inspirant un grand coup, je pose la main à ma jambe pour en décrocher le couteau que j'y ai laissé accroché et qui devra suffire. Au moins, je n'étais pas blessé ce qui assurerait une certaine efficacité si j'arrivais à les atteindre sans trop d'encombres. Il fallait simplement que je retrouve la maîtrise de mes émotions. Chose qui ne m'échappait que rarement, mais la situation n'aidait en rien il faut l'avouer. Je savais tout au fond de moi que j'avais bien fait de ne pas apporter mon pistolet avec moi, mais je le regrettais tout aussi amèrement.

Observant leur emplacement une dernière fois, j'attendis que la salve de coup de feu en ma direction soit passée pour m'élancer. Courant, je me laisse finalement glisser au sol pour planter ma lame avec force dans la jambe de l'un des ennemis, me redressant rapidement pour lui donner un coup de pied à la tête lorsqu'il flancha. Me dirigeant ensuite vers le second pour l'attraper par le cou avant qu'il n'arrive à me tirer et le serrer de toute ma force tout en maintenant une main contre son visage, à défaut de savoir si le cou suffirait dans son cas. Quelques tirs fous furent lancés de sa main sans qu'il n'arrive à les viser et j'espérais simplement qu'ils n'auraient touchés personne, finalement partiellement rassuré lorsque je sentis la force avec laquelle il se débattait diminuer. Je ne voulais pas le tuer, simplement le sonner suffisamment pour qu'il s'écroule finalement inconscient à mes pieds. Essuyant mon front perlé de sueur du revers de ma manche, je me penche pour reprendre mon couteau puis me dirige rapidement en direction du Professeur. « Tout va bien? Vous n'êtes pas blessé? » Il valait mieux demander que présumé. La question posée, je me place à ses côtés tout en observant les terroristes qui ne resteront pas inconscient indéfiniment. « Qu'est-ce qu'on fait d'eux? Vous avez de quoi les attacher? » On ne sait jamais avec lui. Et la bête? Cette discussion peut encore attendre. Il y a d'autres ennemis à maîtriser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   05.04.18 22:32


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Plus de salves vertes, seulement quelques tirs, le son de quelque chose qui glisse. Lorsque j'entendais un couteau se planter, je sortais la tête de ma planque, précisément pour voir Spencer saisir la gorge de l'un des lézards, les tirs hasardeux filant sans précision, me forçant à retomber au sol, la main plaquée sur le bras. En quelques secondes je n'entendais plus que les sons sauvages des deux bêtes qui se battaient, puis les pas de Spencer et enfin sa voix lorsqu'il était à mon niveau. - Tout va bien? Vous n'êtes pas blessé? - Je survivrais. - C'était rien. Le vêtement était troué, la peau brunie par la chaleur du tir, mais ça n'allait pas plus loin. Une simple brûlure. J'attrapais la main de Spencer qui m'aidait à me relever avant d'observer nos victimes inconscientes. - Qu'est-ce qu'on fait d'eux? Vous avez de quoi les attacher? - J'avais l'air de me balader avec une corde? - Pas besoin. - Est-ce que je m'étais retenu? Probablement. Mais on avait pas assez de temps pour s'amuser avec les vilains lézards, alors autant ne pas en perdre plus.

Je me concentrais à nouveau, sentant la froideur glaciale impossible se répandre alors qu'une nouvelle faille sombre se formait, recrachant à côté de nous deux autres créatures. Et cette fois, Spencer avait pu sentir le froid du vide. - Bobby, va aider Freddy et gardez cet endroit. Timmy, avec nous. - L'une des créatures filait aider son compère avec le molosse qui semblait être plus difficile à battre que prévu, et l'autre se rapprochait de moi, se collant comme un chat en recherche d'attention. En vérité j'étais pas sur d'être obligé de leur parler pour qu'ils obéissent, mais c'était un réflexe. - Regarde, des escaliers. Avec un peu de chance on pourra atteindre l'étage où le leader se trouve. - Probablement avec quelques obstacles sur le chemin, mais la sécurité de cet hôpital était plus importante.

Je me rapprochais de l'ouverture, ignorant au mieux la douleur chaude de mon bras. - Tu vas y arriver, avec le bracelet. C'est juste un coup à prendre. Tu te focalises sur ton bras, c'est normal, tu as été entraîné pour ça. Mais là il faut que tu vois au-delà. Visualise le tir et sa trajectoire dans ta tête. Avec ce truc-là, tu peux tendre le bras devant toi et envoyer un tir dans ton dos sans avoir à bouger, c'est vraiment pas une question de direction à ce stade. - Expliquais-je en tendant le cou par l'ouverture pour regarder l'état des escaliers, bons malgré les apparences, assez pour soutenir deux tireurs qui ouvrent le feu à la seconde où ils me voient. - Déjà, eux, ils vont descendre. - Je repassais la tête mais cette fois en me concentrant, soulevant les deux lézards par la pensée avant de les laisser tomber, en chute libre jusqu'au sol. J'étais honnêtement pas certains qu'ils soient encore vivant, mais en tout cas ils étaient au moins inconscients. - Tu ouvres la marche ou j'y vais? - Ma galanterie n'avait pas de limites, à l'évidence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   16.04.18 3:08


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


J'observe la blessure au bras du Professeur en me mordant la joue pour ne pas mentionner quelque chose que je pourrais regretter, m'en voulant simplement qu'il se soit sans doute fait toucher par ma faute. Dommage collatérale dirons-nous, d'autant plus que la blessure aurait pu être bien moins superficielle. Je me contente donc de lui demander s'il a quelque chose pour attacher les ennemis du moment après qu'il m'eut assuré survivre à sa blessure. Ce que j'espérais être le cas des suites d'une simple brûlure, même sans connaître tout l'étendu des effets potentiels des armes extraterrestres. Lui tendant la main pour l'aider à se relever au passage tout en observant d'un coin de l'oeil les bêtes se battant toujours en me demandant s'il deviendrait nécessaire de leur donner un coup de main à un moment ou un autre. « Si vous le dites. » Fût ma réponse lorsqu'il mentionna la non nécessité d'immobiliser les terroristes avant qu'ils ne retrouvent leurs esprits. Le trouvant sans doute un peu trop confident pour le coup en ayant bien vu que créateur ou non ils n'hésitaient que très brièvement à l'attaquer alors leurs semblables... Je n'ai néanmoins pas poussé davantage ma réponse à se sujet, perturbé par cette fraîcheur déroutante s'éprenant de mon être dans les secondes suivant la fin de ma phrase. Glaciale. Comme si la mort tentant de me caresser la peau. Je ne pu retenir un frisson tout en observant les nouvelles créatures se matérialisant de je ne sais où pour apparaître près de nous, en rien rassuré par tout ceci. Autant les créatures que cette sensation désagréable s'étant éprise de mon être juste avant leur arrivée. De moins en moins certain de vouloir connaître les détails de tout ceci et me contentant de faire confiance au Professeur, encore une fois. La pensée qu'il était bon de nous savoir du même côté effleurant aussi très vaguement mon esprit.

Je plisse le nez en voyant la... chose se frotter au Professeur comme un chat en manque d'affection, reportant rapidement mon attention sur la situation nécessitant encore notre intervention et les escaliers qu'il ne tarde à mentionner. Ça et mon absence de compétences pour le tir au poignet. « Ce que vous me dites c'est que je serais plus efficace les yeux fermés c'est bien ça? » Puisque je ne vois pas de meilleure façon de ne pas me focaliser sur la direction dans laquelle mon bras est pointé pour atteindre ma cible. Me sentant de retour aux tous premiers cours de tirs que j'ai pu avoir il y a une dizaine d'années, les entraîneurs ne cessant de nous mentionner qu'il est important de visualiser le tir bien plus que viser. Ce qui n'a jamais réellement fonctionné dans mon cas. Je devais viser, précisément. Pas me contenter de cette vision utopique de réussite pour viser dans le mille. À chacun son fonctionnement sans doute. Toute chose s'apprend bien souvent d'une même base pour tous, mais c'est l'expérience qui en forgera réellement la structure. Je pose le regard à mon poignet avant de le reporter sur lui, retenant un mouvement pour le tirer dans ma direction en entendant des coups de feu. Ses réflexes étant visiblement suffisant pour l'empêcher de se faire toucher de nouveau et se débarrasser des éléments perturbateurs. « L'effet de surprise de votre présence étant visiblement passé et mes compétence avec le bracelet devant être améliorées, je vais ouvrir la marche si ça ne vous dérange pas. »

J'inspire brièvement avant de m'engouffrer dans la cage d'escaliers à pas prudent et léger même si je ne doute pas que notre présence est déjà plus que découverte. D'autant plus s'ils ressentent sa présence et ma nature à partir d'un certain point. Ce qui n'aide en rien notre tâche il faut l'avouer. Nous arrivons rapidement à un premier niveau, une porte en fermant l'accès. Je me retourne vers le Professeur pour l'interroger à savoir s'il veut poursuivre son ascension lorsque j'entends cette dernière grincer, tendant rapidement le bras dans sa direction avant de le prendre fortement contre mon torse même s'il a dit que la direction n'a pas d'importance. Observant la créature couverte de poussière et ce qui semble être un enfant poser un regard complètement paniqué sur moi. « Tout va bien. » Je sors l'insigne qu'on m'a donné plus tôt pour la leur montrer en leur faisant signe de passer, passant la tête par la porte une fois qu'ils ont dégagé l'entrée pour observer à l'intérieur en tendant l'oreille. N'entendant rien de bien malveillant. « Ça me semble trop calme pour être ce niveau. Trop facile d'accès pour y dissimuler un leader. D'autant plus si eux ont pu passer sans se faire toucher. On continue? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   18.04.18 19:22


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


Spencer prend alors les devants, je le suis de prêt et Timmy ferme la marche, son pas lent et presque gracieux d'un silence dérangeant. Arrivé au premier étage, une porter fermée attire l'attention de Spence qui tend le bras au premier grincement. Je ne suis pas moins sur mes gardes et lorsque l'enfant passe l'encadrement de la porte, il repli son bras. - Tout va bien. - Pendant qu'il fait passer l'enfant, je jette un œil à l'intérieur sans voir bien plus loin que les quelques rescapés complètement perdus. Ils ne sont pas une menace et les loups ne leur feraient pas de mal. - Ça me semble trop calme pour être ce niveau. Trop facile d'accès pour y dissimuler un leader. D'autant plus si eux ont pu passer sans se faire toucher. On continue? - Spencer vient de regarder à l'intérieur et je suis d'accord, cet étage n'est pas un soucis. - Ils devaient être coincés par les deux de l'escaliers. Il faut qu'on monte.

Et ce qu'on fait. On gravit les marches et les étages. Plusieurs vides, d'autres occupés. On déloge les terroristes avec une efficacité relative à celle de Spencer au tir de bracelet sonique. Je ne peux pas avoir les yeux partout, il doit faire sa peur. Mais je suppose que si on est toujours entier, c'est que ça va. Je n'ai pas été blessé depuis le tir du rez-de-chausser et lorsqu'on atteindre le cinquième étage, le dernier avant le toit, je m'approche lentement de la porte, Timmy sur mes talons. - Le toit n'est pas une position stratégique, ils sont forcément là. Ils pensent être intouchables et dans leur droit, alors ils seront dispersés et arrogants. Ils n'auront pas l'approche logique de s'éloigner des fenêtres pour éviter les tirs extérieurs vu la passivité des forces militaires du coin. J'ouvre les portes et je fournis l'abri, Timmy entres et fais ton boulot, Spence tu tires. Et si tu dois fermer les yeux pour atteindre ta cible, fais le. Ce truc-là ne fonctionne pas à la vue.

J'inspire, pose une main sur l'épaule de Spencer juste quelques secondes, puis me concentre sur la double porte qui donne sur l'étage. Ça me prend quelques secondes de plus avant qu'une déflagration télékinétique ne fasse voler la porte et une partie des murs vers l'intérieur de l'étage. Si les débris des murs font des dégâts, les ports en métal restent en suspensions devant nous, comme un bouclier flottant que je maintenais juste là. Timmy entre comme une furie et passe à l'attaque, pas le moins du monde dérangé par les tirs d'énergies qui ne font que ricocher sur sa peau. - Vas-y!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 68
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   01.06.18 22:38


Poke something with a stick.
Ft. Le Professeur


Le Professeur en accord avec mon raisonnement concernant le niveau que nous venons de passer, nous poursuivons notre ascension dans le building. Un niveau à la fois que nous nettoyons au besoin, ou du moins du mieux que j'arrive à le faire pour l'aider en peaufinant par le fait même ma technique. Tâchant de faire confiance à mon instinct primaire plutôt qu'à mes réflexes lorsque vient le moment de titrer. Quitte à fermer les yeux après avoir visualisé la scène et enregistré la position des ennemis à atteindre, ce qui semble fonctionner de façon plutôt raisonnable. Ma capacité d'adaptation rapide y étant sans doute pour quelque chose même si ce n'est pas forcément la première impression que j'ai pu donner. Comme tout le monde, je nécessite tout de même un léger temps d'adaptation, mais l'entrainement ne peut qu'aider dans ce cas. Du moins, en ce qui concerne ma capacité à faire confiance à mon instinct plus qu'à tout le reste. Ne doutant pas de ceux du Professeur et cette... chose pour compenser mes quelques bévues et tirs mal placés. Le nettoyage va bon train, il faut l'admettre. D'autant plus en présence de quelques niveaux vides sur le chemin pour compenser ceux où l'action bat son plein. Dans tous les cas, il est évident que ceux que nous tentons d'atteindre seront au fait de notre arrivée et que la théorie du Professeur concernant leur localisation fait énormément de sens.

C'est donc à ce niveau que nous stoppons nos pas. Le dernier niveau avant le toit qu'il aurait été bien imprudent d'occuper pour un leader en présence de vaisseaux volant. Pure logique. Je prends une grande inspiration pour calmer mon cœur battant toujours de l'adrénaline du dernier niveau, écoutant avec attention la stratégie du Professeur comme a une époque j'ai pu écouter celle de mon supérieur. Je me sens bien trop dans mon élément pour que quoi que ce soit ne se déroule pas parfaitement, malgré la nature extraterrestre de beaucoup d'éléments il faut l'avouer. La guerre et le combat restent mon élément, là où je me sens bien et en confiance. Ce qui est presque devenue une drogue dont j'ai besoin d'aveuglément me nourrir pour me sentir vivant en ce moment, mais surtout d'une aide quelconque pour toute personne dans le besoin. Ce que j'espère que nous serons en mesure d'accomplir. Ces gens comptent sur nous, sur le Professeur dont je sens la main se poser sur mon épaule un bref instant.

J'acquiesce de la tête pour lui signifier que j'ai bien compris et je suis prêt puis attend son signal avant de me lancer et tirer sur les différents ennemis que je vois. Tâchant de ne pas porter attention à la créature qui en fait tout autant et profitant de la protection que le Professeur nous offre. Je peux affirmer sans peine que l'amélioration au maniement de bracelet se fait sentir et rapidement les terroristes semblent maîtrisés, si ce n'est pour quel ques éléments. Le Leader? Difficile de le distinguer dans le flot des coups de feu et tout le reste, la poussière des murs abîmés par le tout se soulevant pour masquer partiellement nos visions. « Vous voyez le leader? » Que je demande au Professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 252
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   13.06.18 17:08


Poke something with a stick.
Ft. Spencer O'Donney


La techniquement de Spencer s'est considérablement améliorée depuis que nous avons commencé notre ascension vers le sommet de cet hôpital. Je ne peux pas vraiment dire être surpris, c'était une variable à laquelle je m'attendais, mais je suis tout de même satisfait et fier de mon petit humain qui apprend des choses. S'en remettre uniquement à son instinct est quelque chose de particulièrement compliqué, même avec un entrainement important. Alors forcément lorsqu'on déboule dans le dernier niveau, les tirs fusent et Timmy se fait une joie d'aller sauter dans le tas. Spencer tire à tout va, les yeux fermés la plupart du temps pendant que je le protège au mieux grâce au bouclier que forment les portes volantes et finalement, le silence retombe. Mais pas la poussière. - Vous voyez le leader? - Je vois rien du tout avec ce brouillard.

Nous avançons doucement, aussi invisibles que nos potentiels adversaires. Timmy toujours en liberté continue de faucher, on entend que lui d'ailleurs avec les cris de ses victimes. C'est seulement lorsque j’entraperçois quelques silhouettes que mon cerveau établie un schéma logique de leur position. Six silhouettes et deux juste derrière: classique organisation de protection du chef de meute. Les deux portes se séparent alors pour aller faucher les six protecteurs, trois chacune, et j'éloigne d'un geste du bras l'une des deux personnes restantes, l'envoyant directement à la portée de Timmy avant de voir le dernier debout lever le bras. Le tir de Spencer est immédiat et parfait, le bras du leader brûlé, le forçant à lâcher son blaster avant que ma télékinésie ne le saisisse pour le plaquer contre l'une des vitres. - C'est terminé. - Ne soyez pas si sûr de vous, Créateur. - Je fronce les sourcils mais le nuage de poussière m'empêche de percevoir l'infime mouvement qu'il fait. Il m'empêche de voir les aiguillons voler dans notre direction et si Timmy a la peau dure, Spencer et moi nous retrouvons piqués d'une multitude de traits et je sens immédiatement le poison se rependre dans mes veines alors que Spencer s'effondre sur le coup.



Lorsque Spencer rouvre enfin les yeux, le décor a fondamentalement changé. Plus de vaste foret exotique, plus de cascades majestueuses ni de dirigeables improbables. Plus de lézards, d'ailleurs. La musique électronique est partout. Le bruit des voix et de la ville est partout. Il a l'air de faire nuit, l'air est tiède et les bâtiments de ciment et de métal s'élèvent jusqu'à un immense plafond à une centaine de mètres au-dessus. Les rues sont bondées, le sol sale et les hologrammes dansants de toutes couleurs animent l'environnement vides au-dessus de nous. - Spencer? Tu m'entends? - Quand je réalise qu'il est revenu à lui, je m'arrête de marcher et le laisse reposer les pieds sur le sol, le faisant jusque là flotter quelques centimètres dans les airs. J'observe ses rétines, avise l'état des lignes verdâtres qui s'échappent des quelques plaies par aiguillons et reviens à lui. - On est sur Calypsia. Tu as été empoisonné par une drogue agressive. Ça va aller, je sais où te trouver l'antidote. - Le regard vague du soldat me rappelle que sous l'effet de la drogue, son esprit est bien plus mou et sa réactivité amoindrie aussi je claque des doigts proche de son oreille pour attirer son attention. - Suis-moi et ne t'éloigne pas.

Calypsia est une planète à la surface aride et rocheuse, froide, parfois même glaciale. Son étoile encore jeune, la vie s'y est construite sous la surface à partir d'une colonie puis s'est étendue sur des centaines de petites agglomération souterraines. Elle accueille tout une ribambelle de races alien diverses et variées, mais peu d'humain. Si vous ne travaillez pas pour les sociétés de minage qui permettent d’agrandir l'espace vivable en creusant, soit vous travaillez pour les établissements de divertissement, soit vous êtes là en tant que touriste. Outre les mines, la planète est équipée de milliers de clubs en tout genre: musique, strip-tease, prostitution... Absolument tout ce qui plait à un oiseau de nuit est là et c'est dans l'un de ces clubs que nous entrons. Il s'agit d'un club de strip-tease avec une option prostitution pour ceux qui payent bien, plusieurs races aliens représentées sur les quelques promontoires. - Reste plus qu'à trouver mon contact...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]   

Revenir en haut Aller en bas

Poke something with a stick. || Ft. Spencer [Année 3178]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTOR WHO :: through time and space :: the omniverse-