Partagez | .
 

 [EVENT 1] Smoke of the burning tree.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Time And Relative
Dimensions In Space




MESSAGES : 152
INSCRIPTION : 04/04/2017


MessageSujet: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   03.09.17 18:16

Events


Le son déchirant de l'air qui s'engouffre. Le bruit du tonnerre mais il n'y a ni lumière ni choc. Ni nuage, ni pluie. Le ciel au dessus de Londres est particulièrement clair ce jour-là et pourtant les vitres explosent et les alarmes des voitures garées dans le coin se mettent toutes à hurler.

Le week-end a vidé les couloirs de cette école et pourtant du mouvement s'y fais sentir. Des pas. Des sons et des claquements. Les vitres de l'établissement ont volé en éclats et les casiers du large couloir sont presque tous étalés sur le sol, arrachés des murs, emportant avec eux des morceaux de ciment et de plâtre.

Une vague d'énergie suit le le tonnerre invisible mais cette fois ce sont les portes de l'école qui s'envolent pour venir se fracasser contre une voiture de la rue en face, à cinquante mètres de là. Les quelques témoins pensant profiter du soleil sont confrontés à quelque chose de bien plus proche et bien plus dangereux qu'une simple insolation: la lueur cendrée d'une arme à impulsion dans les mains d'un alien grand au visage émacié et au nez écrasé.

Dans son cillage un autre suit, plus petit, la peau orangée et affublé de quatre bras et d'yeux jaunes. Dans trois de ses mains, il tient des armes semblables à des pistolets humains, sauf qu'il s'agit en réalité de blasters.

Tout deux portent ce qui ressemble à un uniforme dans les tons gris, salis par ce qui semble être un liquide verdatre et dans leur dos, une série de huit symboles est visible, différente pour chacun même si le premier semble identique.

L'un comme l'autre parlent, fort, et tirent sur tout ce qui bouge. Littéralement. Chaque passant, chaque témoin tentant de s'enfuir se fait tirer dans le dos et un arbre agité par un léger vent se prend une série de rafales de l'arme à impulsion qui le carbonise sur place. Autant dire qu'en quelques minutes, il n'y a plus âme qui vive dans la rue et ils continuent leur avancée.

A croire qu'ils ne vont jamais s'arrêter...


Explications

Bienvenue dans ce premier évent.
Sans plus attendre, voici quelques informations et instructions à prendre en compte dans vos rp.

- Le premier alien utilise une arme à impulsion qui tire des salves particulièrement brûlantes mais qui manquent de précision. Il est également plus rapide et plus agile qu'un humain.
- Le second alien utilise trois blasters qui tirent du plasma, ou pour simplifier, de l'énergie que vous pouvez sentir comme de type électrique. Il est également plus fort qu'un humain.

- Privilégiez des rp courts pour gagner en fluidité et en rapidité de post. L'usage du dé est bien sur très vivement conseillé.
- Le MJ n'interviendra que si nécessaire. Tout est possible mais n'hésitez pas à mp le staff si vous avez une question ou manquez de détails.
- Il n'y a pas d'ordre de passage alors postez comme vous voulez, à vous de vous gérer.

Bon jeu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   06.09.17 23:50


Smoke of the burning tree.


« Et c'est quoi ce papier si important que tu dois récupérer le weekend. » Il me sourit et même sans parler davantage je comprends la nature de son propos silencieux. Je le connais depuis des années après tout. « Tu sais que ça va... » Nous sursautons de concert en entendant ce grand fracas quelques mètres plus loin et mon bras se tend pour le pousser à mes côtés contre le mur d'un bâtiment tout près. Je lui fais signe de se taire et il acquiesce de la tête en respirant fortement. Il n'a pas rapidement quitté l'armée sans raisons quand nous étions toujours des gamins après tout. Il ne supportait pas le stresse et l'adrénaline de l'action. Je me penche légèrement pour tenter de voir ce qui a pu occasionner un tel fracas et ne tarde pas à trouver la source du problème. Un problème de taille éliminant sans la moindre hésitation toute chose se mouvant devant son regard. On va avoir un problème... Mon dos trouve de nouveau le mur sur lequel je prends appui en tournant le regard en direction de mon ami. Ce dernier minant une forme de fusil avec ses doigts et je lui fais signe que non je ne l'ai pas. Il fallait évidemment que la seule journée où je ne suis pas de service et sort sans mon arme les problèmes se présentent à moi sans même que je n'aie eu besoin de suivre le Professeur dans ses aventures. J'ai bien mon couteau, mais contre ça il ne me sera assurément d'aucune utilité sans une chance démesurée que je ne prendrai pas le risque de tester avoir ou non. Ma main se glisse dans ma poche et j'en sors mon téléphone que je m'assure être en mode silencieux avant de taper un message à l'attention de mon ami lui signifiant qu'il vaut mieux pour lui quitter. Il ne semble pas des plus enclin à me laisser seul ici avec ce qu'il n'a heureusement pas vu, mais je ne lui laisse pas le choix. Nous savons tous les deux que j'ai davantage de chance de m'en tirer que lui. Mes lèvres articulent silencieusement que ça va aller avant de lui faire un signe de la main.

Je l'observe partir en sens inverse et tape un sms à l'attention de Kate lui indiquant où je suis, qu'il y a une menace, mais surtout que nous allons avoir besoin d'armes... et du Professeur. Ceci fait je range de nouveau mon téléphone dans ma poche avant de risquer un nouveau coup d'oeil en direction des envahisseurs indésirables en espérant ne pas me faire remarquer. Risqué alors que quelques minutes se sont écoulées et qu'ils ont visiblement décidés de se diriger en direction de mon abri de fortune. Leurs regards bien rivés sur ma personne une seconde de trop suffisant à les faire lever leurs armes de nouveau.  Les coups de feu furent évités de justesse et j'expire pour garder mon calme en fixant ma montre et tâchant de rapidement réfléchir à un plan d'attaque. Je ne peux pas simplement les laisser continuer leur carnage. Seul ou non. Réfléchis... réfléchis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   07.09.17 18:25


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


Téléphone rouge qui sonne. Une téléphone. Rouge. Qui sonne. M'avait-on pris pour un demeuré pour avoir l'idée de me donner un téléphone rouge en me disant que ce téléphone là était pour les urgences? Sans parler du fait que je répondais seulement si j'en avais envie, généralement s'il y avait une urgence j'était le premier au courant. Parfois parce que c'était ma faute. Enfin, avant. Plus maintenant. Toujours est-il que ça sonnait, que j'avais répondu, que mon visage s'était durci quelques secondes seulement avant qu'une alarme ne se mette à retentir partout dans la base.

Fuck, fuck, fuck, fuck... - J'avais tout lâché pour fourrer mon nez dans un gros conteneur en métal capitonné. Le TARDIS? Non, pas ici. Pas pour ça. Je ne voulais pas l'exposer, le montrer. Pas de honte mais de la prudence. J'avais encore mes vieux réflexes de toutes ces longues années où être un Seigneur du Temps c'était être le membre d'une espèce à deux ou trois éléments d'être éteinte. Utiliser le TARDIS pour me rendre sur place n'était pas une option, mais attendre les militaires et partir en voiture était trop long. En à peine une minute, mon cerveau avait eu le temps d'imaginer une petite centaine de scénario dans lesquels Spencer ne survivait pas, jamais, ce qui poussait mes mouvements à devenir plus rapides et maladroits.

Je vidais presque le conteneur avant de trouver mon bonheur. - HA! - Je sortais de la, les cheveux poussiéreux et la main tenant un disque épais en métal fin avec trois attaches en caoutchouc. Enfin, ce qui ressemblait à du caoutchouc, parce que ce matériaux alien n'avait rien à voir avec ça. Effectuant de tête des calcules qui auraient pris des jours à un ordinateur humain, j'entrais des données chiffrés dans le disque et le posais sur mon torse alors que les attaches se fixaient naturellement autour de mon torse, bien serrées. Je jetais un regard à une carte au mur et soufflais. Pas un soupir, non, un souffle. Lourd. - Quand faut y aller...

Je pressais ma main sur le disque en inspirant, l'air piégé dans mes poumons alors que la distorsion faisait disparaitre mon corps dans un effet visuel des plus esthétique. Comme si je me transformais à un reflet dans des fragments de verre, et puis plus rien. Ça ne prenait même pas une seconde en fait, et lorsque j'expirais je me trouvais dans une ruelle, à des kilomètres de la base. Mes mains palpaient jambes et bras, torses et tête. - Ok, j'suis entier, tout va bien, super. Idiot.

Je décrochais le disque de mon torse et suivais le son dérangeant des tirs de plasma avant d'apercevoir Spencer, calé contre un mur, un type se barrant à pas rapide de sa position. Et les deux aliens armés qui tiraient vers lui. J'observais les troubles-fêtes en fronçant les sourcils: comment étaient-ils arrivés là?
Peu importe, hors de question qu'ils atteignent Spencer.

Je me mettais en marche, longeant rapidement un muret en me baissant, et manipulais le disque de métal tout en avançant. A peine dans le champ de vision de tout ce petit monde que je lançais le disque vers les aliens tout en attirant Spencer avec ma télékinésie. - Bouge! - De toute façon, il avait pas le choix.

Dans son dos, le disque s'activait et "téléportait" les deux aliens un peu pus loin dans la rue qu'ils avaient déjà arpenté pendant que Spencer réussissait une réception acrobatiquement approximative sur moi-même. Au moins j'étais confortable, non?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   14.09.17 1:51


Smoke of the burning tree.


Réfléchis... Réfléchis... Bouger risque de les attirer vers davantage de victimes que je ne pourrai pas protéger en l'absence d'une arme descente. Nous nous trouvons dans un quartier résidentiel après tout. Tâcher de contourner l'école leur laisse le temps de faire bien des ravages. Attirer leur attention me vaudra ma perte si j'ai bien compté le nombre de bras armés qu'ils comptent à eux seuls, aussi étrange cela puisse-il être à soulever. Risquer un autre coup d'oeil me vaudra peut-être une blessure qui ne m'aidera pas jusqu'à ce que les renforts se présentent. J'ai été chanceux une fois, mais à pousser ma chance je risque de le regretter. D'autant plus que le temps de réponse est plutôt incertain alors il vaut mieux m'armer de patience et surtout être prudent. Je connais la tendance du Professeur à ne pas décrocher le téléphone rouge. Ce pourquoi j'ai prévu de lui en acheter un nouveau, éventuellement. Surtout parce que lorsqu'une situation telle que celle-ci se présente il n'y aura personne d'autre pour réellement nous prêter main forte à moi et au reste de l'organisation. C'est ce pour quoi il est avec nous après tout.

J'observe mon ami s'éloigner d'un pas rapide sans se retourner. Il sait que ça ne sert à rien de toute façon. Je compte plutôt les secondes. Réfléchis. Quelques secondes pour réfléchir et analyser avant que je ne tourne la tête pour observer plus amplement l'environnement et remarque cette présence qui n'y était pas. Le Professeur tenant entre ses mains cette chose que je n'arrive pas à identifier. Je l'observe en fronçant les sourcils et me prépare à l'aviser de ne pas faire un pas de plus pour ne pas se faire stupidement tirer dessus par les envahisseur lorsque je le vois lancer le disque et me retrouve je ne sais comment couché sur lui...

Je l'observe comme on observe un enfant qu'on se retient de gronder avant de me relever et m'éloigner rapidement pour jeter un coup d'oeil et constater que les ennemis sont plus loin dans la rue. Sans doute la chose que le Professeur a lancé dans leur direction est-elle en cause. « Dite-moi qu'ils ne sauront pas utiliser cette chose... et que vous avez apporté une arme. » Je me retourner dans sa direction pour l'observer de nouveau en espérant qu'il pourra palier d'une façon ou d'une autre à mon impuissance du moment, me sentant presque nu sans mon arme. Presque. « Vous les connaissez? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   14.09.17 9:17


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


Le poids de Spencer bloquait temporairement ma respiration, le temps qu'il s'écarte en fait. Il se retournait, incapable de deviner ce que j'avais bien pu faire du disque avant de voir de ses yeux les deux aliens qui réalisaient tout juste ne plus être là où ils étaient à peine une seconde plus tôt. - « Dite-moi qu'ils ne sauront pas utiliser cette chose... et que vous avez apporté une arme. » - Je détournais le regard pour le poser sur lui. - Comment tu veux que je puisse savoir ça? - Je connaissais bien des choses, mais pas chaque individu de l'univers. Ils avaient le disque en main et pouvaient bien savoir s'en servir, comment pouvais-je le deviner? Néanmoins je me redressais et passais la main dans mon dos pour en sortir une arme à feu que je lui tendais. - Tiens, je me suis dis que tu allais te sentir tout nu sans ça. - Et accessoirement, ç'aurait été bien imprudent avec ces six bras armés en face.

« Vous les connaissez? » - Ils avaient repris leurs esprits et venaient de nous repérer, encore. - Non, mais je reconnais leur uniforme. - Je me levais, époussetant mes vêtements sans grande attention, mon regard tourné vers la menace imminente. - Prison subaquatique d'Etis'kra. Et outre le fait que je n'ai aucune idée de comment ils ont atterri ici... Ce qui m'inquiète le plus ce sont leurs armes. - Oui, ça paraissait évident, mais mon inquiétude était autre. - S'ils viennent de cette prison: comment ils ont pu mettre la main dessus? - Il y avait forcément un problème là-bas et je savais de mémoire que si cette prison était instable, il était nécessaire de régler ça. Ces deux-là n'étaient pas un vrai danger en comparaison de certains détenus...

Spencer avait déjà pensé à ça, ça semblait évident, mais déclarer les évidences semblait être une habitude. - Il faut les sortir de la rue. Les attirer dans l'école. - Il n'y avait personne dans l'établissement, autant en profiter. Ça éviterait les victimes collatérales. - Si on peut récupérer le disque, je peux les envoyer dans l'école. - J'avais sacrifier l'objet nécessaire pour sauver Spencer. Je ne regrettais pas mon geste, mais il allait falloir le leur reprendre avant toute chose.

Un tir de semonce filait vers nous mais je le déviais d'une simple pulsion télékinétique. Ce n'était pas un tir létal, seulement une annonce: ils arrivaient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   17.09.17 1:23


Smoke of the burning tree.


Ce qu'il me dit, c'est qu'il vient de donner aux envahisseur un appareil qui permet visiblement de se téléporter sur une certaine distance. Du moins, c'est ce que cette chose me semble être en mesure de faire à en juger par le fait qu'ils sont plus loin dans la rue qu'il ne l'était. S'ils savent utiliser cette chose l'arme qu'il me tend et que je prends avec une joie intérieure à peine maîtrisée ne me sera absolument pas utile. « Merci. » À croire qu'il arrive à lire dans mes pensées lorsque je l'entends dire des choses comme ça. Ça ou il me connait un peu trop bien au vu du temps passé ensemble et ce n'est pas forcément une bonne chose, même si ça se limite au plan professionnel. Il faut dire que je ne suis pas de ceux qui vont raconter leur existence au reste des soldats et autres de la base, mon ami fort heureusement désormais loin d'ici pouvant se vanter d'être l'un des rares à en savoir un peu plus à mon sujet. Toute personne normalement constituée à besoin d'évacuer certaines choses à un moment ou un autre et je ne fais pas exception à la règle. Même si j'arrive plutôt bien à dissocier ma vie professionnelle et privée.

Gardant un œil sur l'ennemi, je m'efforce de tenter de soutirer des informations au Professeur à leur sujet et ce qu'il m'apprend est tout sauf rassurant. « S'ils viennent de cette prison armés ils ne sont peut-être pas les seuls non plus. » Et qui dit prisonnier dit d'ordinaire tout sauf des enfants de cœur et je ne peux que supposer que ce n'est pas quelque chose qui varie énormément d'un univers à l'autre. « Ils arrivent de l'école donc s'ils ne sont pas seuls peut-être qu'il y en a d'autres à l'intérieur. Il faudra faire attention. » Je m'assure que l'arme qu'il m'a donné est en état de fonctionner et chargée avant de poser le regard sur lui au moment où je le vois dévier le tire fait dans notre direction. Ça a passé près. Trop près. « Refaite ça. Je vais aller chercher le disque. Et ne me dites pas que c'est une mauvaise idée ou que c'est dangereux et que je peux me blesser. Je le sais. Ça fait parti du boulot et vous venez de le dire vous même. Nous avons besoin de récupérer le disque. Faite au mieux. »

Prenant une grande inspiration, je fais signe au Professeur que je me lancer et je tâche de me dépêcher un minimum en tirant dans leur direction. Je n'espère pas tant arriver à les blesser qu'arriver à détourner un moindrement leurs tirs de ma personne puisque je ne connais pas réellement la limite des capacités du Professeur. Si quelques coups sont passé bien près sans me toucher, l'un d'eux a réussi à glisser contre ma jambe alors que je posais la main contre le disque. Me soutirant au passage un grondement sourd et un frisson de douleur que je tente de contenir pour tenter de retourner auprès de mon allié avec le disque. Presque. J'y étais presque lorsque j'ai senti la douleur irradier l'arrière de ma cuisse, me forçant à ramper presque davantage que marcher pour finalement me mettre à l'abri en tendant le disque. « Faite ce que vous avez à faire. » Je me suis appuyé contre le mur en serrant les dents et tâchant de garder ma respiration calme. Ça ira. Ça ne peux qu'aller. Ça doit aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   18.09.17 10:51


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


Il avait raison, ils étaient peut-être plus nombreux que ça là-bas, mais je n'arrivais pas à comprendre comment ils avaient pu atterrir ici. Depuis une prison sous-marine. D'une autre galaxie. Du futur.
Pas le temps de lui sauver la vie qu'il voulait la remettre en jeu. - « Refaite ça. Je vais aller chercher le disque. » - Et pas le temps d'argumenter qu'il m'exposait à quel point il ne voulait rien entendre avant de partir. Je concentrais ma télékinésie sur lui, ou plutôt un mètre devant lui. J'y générais une sorte de bouclier constitué de pulsions. Des balles? Facile. Mais des salves d'énergie, moins évident. Je parvenais à en dévier une grosse partie mais l'un des tirs passait au travers et je voyais Spencer fléchir.

La transpiration sur mon front trahissait ma concentration et je tentais de couvrir son retour, mais là encore, un tir passait. - Spence! - Il tombait et je sortais de mon abris, redirigeant ma télékinésie vers une voiture garée là. La voiture se mettait à trembler avant de se soulever, comme si une explosion l'avait propulsé, et elle faisait un tonneau approximatif en direction des deux aliens qui ne voyaient rien venir.
La voiture leur tombait dessus et si le grand prenait un sale coup à la tête, le petit se retrouvait avec deux bras cassés.

Je réceptionnais Spencer et ignorais le disque qu'il me tendait pour regarder sa jambe et observer de plus prêt les blessures. - Tu vois ce qui arrive quand t'écoutes rien? - Je soulevais méticuleusement le tissus brûlé de son pantalon pour observer la plaie rouge, la brûlure à vif. Si le premier tir n'avait occasionné qu'une blessure superficielle, l'autre, à l'arrière de la cuisse, semblait bien plus importante. - Tu vas pouvoir marcher? - Je lui prenais le disque des mains, y concentrant mon attention. Je pouvais m'occuper de ça et de lui en même temps, les deux aliens n'étaient pas encore hors course.

Cette fois je prenais plus de temps, profitant que les deux affreux soient sous la voiture pour paramétrer plus précisément l'engin. Les grandes distances étaient bien plus simple... Je me laissais tomber à côté de Spencer, à l'angle du mur qui nous protégeait. - Temps de savoir si je sais compter. - J'inspirais, soufflais, inspirais encore et me penchais sur le côté. Une salve de tirs m’accueillait mais je propulsais le disque avec ma télékinésie jusqu'aux deux tarés qui disparaissaient, la voiture avec eux, en tout cas partiellement. Et vu le bruit que j'entendais, ils étaient arrivés dans l'école. - Un... - Sur les cinq ou six tirs, un seul avait atteint sa cible et je rejoignais Spencer sur le banc des brûlés. Une brûlure vive trônait sur mon flanc, mes vêtements éventrés, la douleur me faisant serrer les dents alors que mon visage avait blêmi. Un sourire usé étirait mes lèvres - On va se faire faire des t-shirts, ça te va? - Rire me faisait mal et je grimaçais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   25.09.17 3:21


Smoke of the burning tree.


Ça ira. J'ai besoin de me le dire et me le répéter encore et encore en tendant le disque au Professeur qui n'en fait évidemment qu'à sa tête. Tout comme moi, comme il me le reproche si bien. Est-ce une douloureuse punition pour mon action de soulever le tissu incrusté dans ma chaire horriblement souffrante ou un geste visant simplement à voir l'état dans lequel se trouve l'arrière de ma cuisse? Je suppose que nous ne le saurons jamais. « Je vais pouvoir marcher. » Du moins, je l'espère grandement. Si ma jambe semble toujours être en état, façon de parler, je sais que la douleur n'ira assurément pas en s'améliorant si je dois bouger. Le choix pourtant je ne l'ai pas. Je l'ai dit moi-même en pleine connaissance de cause. La chose fait parti du boulot et ma blessure n'est rien de comparable aux vies qui pourraient être fauchées si nous ne faisons pas ce que nous avons à faire. Ce qui ne m'empêche pas de gronder légèrement à chaque mouvement qui ne manque pas de me rappeler la présence de la plaie. Je souffle un bon coup et observe le Professeur finalement prendre le disque dans ses mains sans réellement savoir ce qu'il compte en faire tout compte fait. Chose que je ne sais pas réellement dans sa totalité même si le bruit qui raisonna non loin quelque instant après qu'il l'eut lancé laissait peut de place à l'imagination. Quelque chose de lourd venait de tomber à distance semblant être celle de l'école... chose qu'il m'a dit vouloir faire. Je suis mal si je commence à omettre des détails sous prétexte que je souffre un peu. Aller, il faut que je me concentre. Surtout que je n'arrive pas à comprendre pourquoi il mentionne le chiffre un. Jusqu'à ce que je la vois, cette plaie à son flanc. « Des tee-shirts? »

Je soupire en amorçant un mouvement pour me lever, les dents serrées et les gémissements de douleur m'échappant sans que je ne tente vraiment de les dissimuler. J'ai mal, pourquoi le cacher? « Vous allez arriver à marcher? » J'appui mon dos contre le mur et évite de mettre trop de poids inutile sur ma jambe en observant mon arme pour compter le nombre de balles qu'il me reste. Trop peu pour ce que nous avons à faire. « Vous n'avez pas par le plus grand des hasards apporté un chargeur avec vous n'est-ce pas? » Sans les renforts et sans balles, je voyais nos options réduire à vue d'oeil et si les renvoyer dans l'école a pu nous sauver un peu de temps ça ne pourra pas durer. S'ils sont plusieurs nous allons avoir un soucis. Même contre ces deux-là nous allons avoir un soucis. « Il y a une entrée secondaire à l'arrière de l'école que nous pouvons tenter de rejoindre. Je sais que la porte est toujours déverrouillée. Il faut traverser une bonne partie de la cours pour y arriver par contre. Vous vous sentez capable de le faire? » Tout en parlant, j'ai glissé la main dans ma poche pour très brièvement expliquer à Kate la situation d'un trop bref message pour ne pas perdre de temps. Il vaut mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   25.09.17 14:08


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


« Vous allez arriver à marcher ?» - Je grimaçais faute de réussir à sourire convenablement avant de me lever en grognant. J'avisais la rue pendant qu'il vérifiait son arme. - « Vous n'avez pas par le plus grand des hasards apporté un chargeur avec vous n'est-ce pas? » - Je posais mon regard sur lui, excédé. - Tu me prends pour qui? Un amateur? - Je sortais de ma poche un chargeur plein ainsi qu'un second. La douleur me rendait irritable, à l'évidence. - « ... Vous vous sentez capable de le faire? » - Inquiètes toi quand mes tripes tomberont par terre. Pour le moment c'est toi qui est blessé à la jambe. - J'avais rien de grave, je le taquinais. Non c'était pas drôle, on débattrait de ça plus tard. Mais pour le moment c'était sa jambe qui était brûlée. Mais s'il disait qu'il pourrait marcher...

J'attendais qu'il ait fini avec son arme et je sortais de derrière le mur qui nous avait servi d'abri, avisant les marques de brûlure, trace des tirs qui auraient dû nous atteindre. La rue était déserte, les témoins ayant fuis ou ayant été vaporisés par les deux affreux. - Allez Spence, avant qu'ils sortent. - Ils ne devaient pas ressortir et on réussissait à traverser la cours sans être repéré avant de se retrouver à la porte secondaire qu'il avait décris, porte que j'entrouvrais doucement avant de revenir à lui. - Ça va? - Mais j'entendais le bruit de pas et mon attention était détournée. Oh ils n'étaient pas là, mais ils retournaient vers la sortie qu'ils avaient déjà fais exploser. - Non! - J'attirais leur attention et leurs tirs en entrant et en roulant vers un mur du couloir, offrant à Spencer plus de liberté de mouvement.

J'utilisais ma télékinésie faute d'arme pour les occuper, détournant les tirs et faisant bouger les casiers et autres mobiliers. Au moins ils ne partaient plus mais bien vite les tirs cesseraient. Ils étaient psychopathe, pas débiles...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   07.10.17 20:39


Smoke of the burning tree.


Je prends les deux chargeurs qu'il me tend en soulevant à peine ce ton de voix irritable dont il use. Ce qui n'est pas dans les habitudes de ce jovial maladif, incorruptible enfant appréciant embêter si ce n'est jovial, et je ne peux que supposer que la douleur est à l'origine de ce changement si brusque. Je suis bien placé pour comprendre que la douleur n'est pas l'alliée des mots justement choisis tout comme du ton employé que j'arrive à somme toute garder relativement stable et neutre de mon côté. L'habitude sans doute. « Merci. » C'est donc la seule chose que je prends sur moi de prononcer en me sentant un peu plus rassuré de savoir que j'ai encore quelques munitions même si ça ne me semble pas de la plus grande utilité. Ce qui ne m'empêche pas de l'observer en fronçant les sourcils lorsqu'il enchaîna en mentionnant que je devrais m'inquiéter quand ce seront ses tripes qui toucheront terre. J'ai toujours un peu de mal à savoir quand il blague et quand il est sérieux. Surtout en ne sachant pas réellement le niveau de gravité de sa blessure et ce que les armes ennemies peuvent réellement faire. Si la blessure se limite à une brûlure tout devrait relativement bien se passer. Pour le reste, j'espère simplement que Kate et les autres ne tarderont pas.

Je m'assure que mon arme est chargée et la glisse à l'arrière de mon pantalon tandis que le chargeur trouve ma poche, observant le Professeur qui se met en mouvement dès que j'ai terminé de ranger le tout. Inspirant, je serre les dents avant de m'aventurer à sa suite en essayant de ne pas trop tarder malgré la douleur lancinante qui se répand dans toute ma jambe. Heureusement pour nous, les envahisseurs ne semblent pas vouloir sortir de l'établissement ou du moins pas de ce côté. Ce qui nous permet de nous rendre à la porte sans trop de problèmes outre nos blessures respectives. J'espérais simplement que rien de pire n'entraverait nos mouvement pour la suite. L'optimisme est la clé apparemment. J'entends vaguement le Professeur me demander si ça d'ailleurs, mais avant même que je ne puisse lui répondre quoi que ce soit il crie et entre à l'intérieur. Me laissant dehors, la bouche béante et un juron au bord des lèvres.

Je sors mon arme de mon pantalon et ouvre doucement la porte, profitant de la distraction engendrée par mon acolyte pour le rejoindre de mon pas peu assuré. « Savez-vous si leurs armes peuvent détruire un mur? Si on arrive à les enfermer dans une pièce ou pourra peut-être gagner un peu de temps. Ça ou arriver à les distraire suffisamment pour que je puisse me glisser derrière eux sans me faire voir. C'est vous l'expert en extraterrestres, qu'est-ce qui vous semble le plus réalisable? » Pas que je doute de lui, mais je ne voulais pas poursuivre l'échange de coups de feu et déviations qu'il réalise en le sachant blessé et souffrant même si les tirs ne tardèrent pas à cesser de leur côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   10.10.17 15:41


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


Spencer me rejoignait assez rapidement mais je ne pouvais pas manquer sa claudication. Il avait mal, je le savais, mais sauf s'il en perdait sa jambe il y avait plus urgent. Le mur là encore nous donnait un abris efficace mais temporaire et lorsque Spencer posait ses questions j'évaluais les données tout en continuant de les occuper avec les casiers. - Les blasters du type à quatre bras non, l'autre en revanche oui. Mais Ce sont des tirs de plasma, le ciment les ralentira. Les portes non, donc il faut trouver une pièce avec une seule porte et pas de fenêtre... et les enfermer dedans. - Je tournais la tête vers lui, perplexe. - T'as une solution pour ça? - Parce que je doutais qu'ils se laissent enfermer gentiment. - Parce qu'à moins que quelqu'un se fasse enfer...

Je coupais court en plein milieu de ma phrase, perturbé. Par autre chose que les tirs. J'humais l'air. - Tu sens ça? - Bien sur que non, j'étais seul à pouvoir le sentir. J'ouvrais la bouche, tel un serpent, et sentais le gout métallique sur ma langue avant de sourire. - Faille. - Je me levais et m'éloignais dans l'autre sens, oubliant totalement les deux autres aliens. - Viens, on a pas besoin de les piéger où que ce soit! - S'il y avait une faille, on avait même pas besoin de les toucher.

Je me dirigeais à l'odorat tel un chien traqueur, un grand et beau chien supra-intelligent, et c'est lorsque je trouvais une porte éventrée que je bifurquais. J'entrais dans une salle de classe dévastée et en son centre je pouvais observer un halo de lumière dorée. - Got it. - Je retroussais ma manche pour révéler le bracelet large qui tronait à mon poignet. - Ils vont venir ici dans quelques secondes, il va falloir me couvrir, je ne pourrais rien faire. - Je tournais la tête vers lui alors que les tirs avaient cessé dans le couloirs. Ils avaient peut-être quitté l'école mais ça n'avait aucune importance.

Je vais refermer cette faille, en inversant le flux de rejet, ce qui va les attirer dedans et les renvoyer d'où ils viennent. Leur corps va être attiré, comme sous le coup de l'instinct et du besoin, mais pas leur esprit donc ils vont surement essayer de nous tuer pour rester ici. - J'appuyais sur un bouton et fixais Spencer. - Ne les laisse pas me buter, j'aime bien ce corps. - Toujours le mot... Mais aussitôt dit je pressais un dernier bouton et une lueur bleutée se formait au creux de mes mains que je dirigeais vers la faille qui s'ouvrait sous nos yeux, nous révélant le monde de l'autre côté: la prison sous-marine que j'avais cité un peu plus tôt. Déjà on sentait l'air se diriger vers la faille en un courant d'air de plus en plus fort et les deux aliens ne tarderaient pas à suivre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   15.10.17 2:48


Smoke of the burning tree.


Une pièce sans fenêtre et avec une seule porte... Il y aurait bien la sale des fournaises pouvant faire office de pièce de ce type, mais c'était un très gros risque à prendre tout dépendant ce qui se trouvait dans la dite pièce. L'école en soit était déjà partiellement en un bien piteux état, mais je n'aspirais pas faire exploser le quartier en entier simplement pour être en mesure de nous débarrasser d'eux. Même s'il fallait trouver une solution ou une autre pour y arriver. Il n'était pas même question de notre sécurité déjà plus que compromise, mais celle de toute personne pouvant se trouver dans les environs. Kate y compris si elle arrivait au mauvais moment avec le reste de l'équipe qui, je l'espérais, ne tarderait pas à nous fournir le soutient adéquat pour au minimum évacuer le quartier en cas de besoin. Je m’apprêtais à faire part de ma piste de solution au Professeur lorsqu'il se stoppa net dans sa phrase. « Sentir quoi Professeur? » Une odeur? Une sensation? J'avais un peu de mal à mettre le doigt sur ce que je devais sentir exactement et le mot faille qu'il ne tarda pas à prononcer ne m'éclaira en rien sur le sujet il faut l'avouer. Fronçant les sourcils sans comprendre un traitre mot de ce qu'il venait visiblement de découvrir. Pas besoin de les piéger? J'espérais réellement qu'il avait trouvé une solution pour nous sortir de ce faux pas, lui faisant sans doute un peu trop confiance à ce sujet pour simplement le suivre sans protester. Je l'avais dit moi-même après tout. C'est lui l'expert.

Arrivé dans une salle de classe en bien piteux état, je pose le regard sur un halo doré supposant être la faille qu'il a brièvement mentionné. Assimilant le fait que je vais devoir le couvrir pour qu'il soit en mesure de la refermer. C'est risqué, mais est-ce que nous avons réellement le choix? Ce qui ne m'empêche pas de pencher la tête en l'observant totalement découragé un moment avant de me déplacer vers le grand bureau à proximité. « Je ne laisserai plus personne vous tuer. » Aussitôt dit, aussitôt fait. Le Professeur activant quelque chose créant cette lumière bleu ouvrant cette faille que j'ai du mal à quitter des yeux quelques secondes. Elle était là. Cette prison qu'il a mentionné. Je secoue la tête pour reprendre mes esprits et déplacer le large bureau de façon à nous offrir un minimum de couverture alors que je me place à l'arrière. Prêt à tirer en direction des envahisseurs dès qu'ils pointeront le bout de leur nez dans la classe. Hors de question qu'il se fasse toucher de nouveau. Même si je dois prendre de nouveau. Ça je me le suis juré lorsque c'est arrivé la dernière fois. Il ne crèverait pas de nouveau. Pas sous ma garde. « Rassurez-moi Professeur. Il n'y a pas de chance que cette faille nous aspire du même coup n'est-ce pas? » Parce que je le sens ce courant d'air et sans savoir la question se pose assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   17.10.17 0:41


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


« Rassurez-moi Professeur. Il n'y a pas de chance que cette faille nous aspire du même coup n'est-ce pas? » - Le mouvement de l'air se faisait de plus en plus vif et je tournais la tête vers lui après avoir balayé la pièce du regard. - Non, je ne renvois que ce qui en est sorti. - J'avais identifié la fréquence spécifique de la faille et rappelait seulement ce qui avait traversé. L'air, oui, mais surtout les deux aliens et ce qu'ils avaient amené avec eux.

J'entendais les cris et les voix. Je comprenais ce qu'ils disaient mais l'ignorait, concentré sur ma tâche. Je devais maintenir le flux, faire une confiance aveugle à Spencer pour le reste. C'est lorsque le mur explosait sous le tir de l'arme à plasma que tout partait en vrille et je tenais ma position. J'entendais les tirs, j'entendais les cris et les explosions. J'entendais les coups de feu contre les tirs d'énergies. Je voyais le cadavre de l'alien à quatre bras traverser la faille et finalement le suivre l'autre, sans une égratignure.

Un dernier tir de désespoir me frôlait et je sentais la brûlure, diffuse et superficielle, chauffer mon épaule avant de refermer la faille. La lueur bleu englobait le doré dans le vide et je pouvais voir sous mes yeux la prison disparaître et le liseré lumineux s'estomper dans le vide avant que le silence ne se fasse. Silence gâché par un morceau de ciment qui tombait à l'étage.

Je levais la tête, enfin capable d'observait ce qui m'entourait pour voir l'état lamentable et particulièrement précaire dans lequel l'école était. Le plafond était éventré sur deux niveaux, les murs tenaient tout juste et je pouvais voir jusqu'à l'autre bout du bâtiment. Cet endroit était un véritable gruyère et je doutais qu'il tienne debout bien longtemps. - Spence, faut qu'on sorte de là! - Je tournais mon regard sur lui et mes yeux grandissait de terreur. - Spencer!

Je perdais pied et courait vers lui. Sang. Brûlure. Le bureau retourné n'avait apporté qu'un abri temporaire, très temporaire, et tout le reste il l'avait encaissé. Ses vêtements étaient carbonisés, sa peau rouge, les chairs à vif. Il parvenait à respirer mais je n'étais pas sur de savoir comment. Il était dur, fort, mais là ça tenait du miracle ou de la magie et je serais la mâchoire. Il était conscient, mais là encore j'avais du mal à comprendre comment. Son corps... Défiguré. Meurtri. Calciné. Je n'avais jamais douté de sa force mais là même mon visage se déformait. - Restes avec moi, Spence. Je vais nous sortir de là. - Je levais le regard, les cœurs battant à tout rompre, cherchant une issue rapide. - Ça va aller.

Je ne pouvais pas le porter, je risquais d’aggraver son état. Je ne pouvais pas le soulever ou le faire flotter pour les mêmes raisons. Je voyais son corps parcouru de spasmes et de tremblements et ça me retournait l'estomac. Ses yeux glissaient vers le haut. - Spencer! Spencer reste avec moi! - La douleur l'animait. La douleur et rien de plus. - Regardes-moi! - Je plaçais mon visage face au sien, mes yeux face aux siens. Mes pupilles qui laissaient voir un liseré doré impossible et je captais son regard comme s'il était attiré par le mien. - Tout va bien, Spencer. La douleur est diffuse. Restes conscient encore un peu. - Mais je manquais de concentration. L'influence du sortilège ne serait que temporaire.

RAAAH! - L'air s'agitait à nouveau. Brassage impossible d'un vent inexistant portant avec lui une douceur que je pourrais reconnaître entre des milliards. Je sentais la distorsion qui faisait lever les poils sur ma peau. J'entend la vibration dimensionnelle qui nous englobait doucement et la pénombre s'imposer alors que le bâtiment tremblait. Lorsque l'école s'effondrait sur elle-même, et sur nous, il était déjà trop tard.

Le tambour raisonnait et je levais la tête vers la console du Tardis qui s'était matérialisé autour de nous, nous protégeant de l'effondrement. Je la fixais une seconde, assez longtemps pour laisser des pensées et interrogations traverser mon esprit avant que l'urgence reprenne le dessus lorsque Spencer crachait du sang. - Medbay! - Le mur à droite de la porte du vaisseau se mouvait, perdant toute structure pour se reformer en une porte blanche qui glissait sur elle-même. Un brancard flottant volait jusqu'à nous et j'utilisais ma télékinésie pour surélever légèrement Spencer afin que le brancard puisse prendre le relais. - Ça va aller...

Je suivais le brancard jusqu'à la porte que je traversais juste après alors qu'il était déjà entrain d'analyser l'état de Spencer. Lorsque j'entrais dans la salle médicale, le grand écran affichait déjà les données et résultats et je pouvais observer à quel point il en bavait. Une seringue automatisée venait se planter dans le bras de l'humain, lui injectant une dose anesthésique qui le plongeait en quelques secondes dans un sommeil profond. Un temps trop long à mes yeux se déroulait alors, un temps qu'il passait sous les rayons lumineux d'une machine qui reconstruisait ses chairs et sa peau. Ses vêtements totalement calcinés avait été éliminé pour que la machine puisse faire son travail pendant que je faisais les cent pas à ses pieds. Jusqu'à ce qu'un tintement m'annonce qu'il reprenait connaissance et que je me rapproche.

Je voyais ses yeux, je croisais son regard flou pour la première fois depuis des heures et bien malgré moi un profond soupir échappait mes lèvres. - Ne bouges pas, la reconstruction n'est pas encore terminée. Ça va aller, Spence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   24.10.17 2:41


Smoke of the burning tree.


Un fin soupire de soulagement s'échappa de mes lèvres lorsqu'il mentionna que la faille ne risquait pas de nous aspirer au passage. La dernière chose dont nous avons besoin en ce moment c'est un séjour dans cette prison d'où les envahisseurs arrivent, selon ses dires. D'autant plus dans l'état dans lequel nous nous trouvons. C'est-à-dire dans un état suffisant pour tenter de mener à bien la tâche de les renvoyer, mais pas suffisamment en bon état pour affronter une horde de prisonniers extraterrestres possiblement armés. J'entendais d'ailleurs les voix des principaux concernés résonner non loin, me plaçant adéquatement à l'arrière du bureau pour arriver à ne pas être dérangé par la brûlure à l'arrière de ma cuisse. Mon arme visant la porte de la classe. Mauvaise porte. Le mur près de celle-ci ne tarda pas à exploser et les premiers coups fusèrent, autant de leur part que de la mienne. L'envahisseur à quatre bras fût ma première cible puisque jugé comme étant le plus dangereux. Le tuer n'était pas nécessairement le but de la situation du moment, mais c'est néanmoins ce qui se produisit après un échange de tirs. Les tirs me frôlant, certains me touchant, et les hurlements incompréhensibles promettant sans doute mille maux que je n'arrivais pas à comprendre et qui n'empêchèrent pas le multi bras de cesser de bouger lorsqu'enfin je réussis à le toucher. Une victoire qui fût de bien courte durée. Une distraction qui permis au second de viser le Professeur lorsque mes yeux se posèrent dans sa direction. NON. Je l'ai pensé bien davantage que je l'ai hurlé en me jetant devant le Professeur sans la moindre once d'hésitation. Accusant les coups à défaut d'arriver à les lui faire éviter. Les aliens devaient passer la faille et il devait rester concentré pour que cela se produise. Est-ce que ça a fonctionné? Peut-être. Sans doute. Je n'aurais pu le dire. Je n'aurais pu dire quoi que ce soit à dire vrai.

En l'espace de quelques instants tout était devenu douleur. Une douleur cuisante crispant douloureusement mes muscles et se répandant en spasmes incontrôlables en mon organisme. Une douleur que je peinais à exprimer tout comme je peinais à respirer. Je peinais à tenir le coup, n'ayant jamais senti une douleur si effroyable de mon vivant. S'en était terminé. J'en ai été convaincu l'espace d'une seconde. La seconde de trop entre le moment où je me suis trouvé paralysé par la souffrance de ma chaire qu'un simple courant d'air semblait affliger davantage et le moment où j'ai vu le visage du Professeur se dessiner à mon regard. Il allait bien. Il semblait bien aller et j'aurais voulu lui exprimer comme je me sentais soulagé, mais je n'y arrivais pas. Je sentais mes muscles se tordre, voyais des points noirs se matérialiser devant mes yeux. Je sentais l'air me manquer et la douleur se renforcer toujours davantage. Je me suis senti glisser... Jusqu'à ce que son visage se place face au mien, ses yeux fixant les miens s'humectant douloureusement de larmes s'écoulant sur ma peau échauffée. Mes paupières se fermant et ma bouche s'entrouvrant sans qu'un bruit n'arrive à s'en échapper au contact de ce nouveau courant d'air mordant ma chaire à vif. Pas l'ombre d'un bruit avant de sentir le goût ferreux du liquide emplissant ma bouche. M'étouffant même si j'essayais d'user du peu de force pouvant subsister en moi pour le cracher. Le sang n'était signe de rien de bon. Ma respiration ne tarda pas à s'accélérer, coincée dans ma gorge. La panique qui prenait le relais et voilait mon regard n'ayant pas même remarqué le changement d'environnement. Je n'entendais qu'un bourdonnement lointain et une voix déformée. Un léger mouvement semblant me porter avant de sentir cette pression à mon bras puis... plus rien.

Lorsque j'ouvris les yeux de nouveau je me sentais lourd et las. J'avais l'impression d'avoir la tête dans un épais nuage de brume qui me força à cligner plusieurs fois des paupières avant d'arriver à garder les yeux ouverts. L'envie n'y était pas vraiment, mais la voix du Professeur suffit à m'en convaincre. Plutôt les paroles qu'il prononça. « La reconstruction? Je ne comprends pas. » Je pris une grande inspiration, m'efforçant de ne pas bouger comme il me l'a si gentiment conseillé. « Qu'est-ce qui s'est passé? Vous allez bien? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   24.10.17 16:58


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


« La reconstruction? Je ne comprends pas. » - Je souriais en croisant son regard. Je le sentais lointain, usé, effets secondaires du produit qui l'avait propulsé dans un sommeil profond. Ça se dissiperait, mais ce n'était pas un mal pour le moment. Ça lui évitait de trop sentir la reconstruction en cours. Pas que ce soit douloureux, mais la sensation pouvait être inconfortable par moment. - « Qu'est-ce qui s'est passé? Vous allez bien? » - Un nouveau sourire passait sur mon visage, bienveillant. - Je vais bien, rassures-toi. - J'avais eu tout le temps de cogiter ce qui s'était passé, de compiler les scénarios et un seul faisait le plus de sens, un qui me dérangeait à bien des niveaux. - Ton corps était dans un sale état, Spence. Tu as dû encaisser plusieurs salves et quand je t'ai rejoins, tu étais vraiment... C'était pas beau à voir. Mais ça va aller. Cette machine reconstruit les tissus, tu seras comme neuf dans pas longtemps. - A vrai dire, quelques minutes seulement, peut-être une dizaine. Il aurait perdu ses cicatrices, ses tatouages s'il en avait, mais au moins il était en vie et c'était l'essentiel.

Je tirais une chaise et m'installais à son chevet. J'avais passé toutes ces heures à faire les cents pas et maintenant qu'il était conscient, je ne ressentais plus le besoin de tourner en rond à attendre. Je voulais seulement profiter de voir ses yeux ouverts et pour surveiller que le processus se passe bien, je n'avais pas besoin d'être debout. - J'ai réfléchi à ce qui s'est passé, à ton état. J'ai rien vu, j'étais occupé à fermer la faille, et oui on a réussi, mais je crois que tu t'es interposé pour que je ne sois pas blessé. - J'aurais pu être heureux de ça, montrer ma gratitude parce que j'en avais énormément pour lui, mais mon air était plus grave. - Tu n'aurais pas dû faire ça. Pas pour moi. - Parce qu'il pouvait nier autant qu'il le voulait, moi je savais parfaitement que ce geste n'avait rien à voir avec le simple fait de protéger le processus de fermeture de la faille, ou sauver la planète. Il l'avait déjà fais, plusieurs fois, à plus petite échelle. Je n'étais pas dupe. - Tu aurais pu mourir, Spence, et je ne le tolérerais pas. - Not on my watch.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
avatar
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 26/07/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   06.11.17 18:43


Smoke of the burning tree.


Je senti une certaine pression se retirer de mes épaules lorsqu'il mentionna bien aller. Je peinais encore à faire le tri dans les images s'imposant à mon esprit. Tâchant de trouver ce qui avait bien pu se passer pour que je me retrouve couché à cet endroit à subir une reconstruction. Terme qui en soit n'augurait rien de bon. Ce qu'il ne tarda d'ailleurs pas à confirmer de ses propos tandis que mon regard glissait dans la salle que je supposais être à bord du Tardis à défaut d'arriver à la reconnaître pour le moment. Comment est-ce que j'avais pu arriver ici? Ce n'est pas ce qui constitua le détail de son explication et sans doute avec raison. Je sentis mes yeux légèrement s’écarquiller au fil de ses propos, combattant mon envie de bouger pour constater par moi-même l'état des choses. D'autant plus en sentant un léger courant d'air lécher cette part de mon anatomie que je ne pus que conclure totalement explosée. Je reste pourtant immobile, analysant ses mots et y comprenant que vu l'état des choses et cette reconstruction ne me rassurant en rien sur mon état à sa suite... j'aurais pu ne pas même retrouver conscience après ce qui s'est passé. Après avoir pris les coups de feu pour qu'il puisse arriver à les renvoyer par la faille. Je me souvenais. Les coups de feu, la douleur... cette douleur que je n'arriverais pas même à décrire. Je me souvenais cette scène surréaliste et le mouvement réalisé sans la moindre once d'hésitation, sans penser aux conséquences de la chose. Le geste me semblant tout simplement être la chose à faire. Ce qu'il ne vit pas de cet œil et je ne peux que le comprendre même si le flot de ses nouveaux propos n'arriva d'abord qu'à me soutirer un soupir sonore.

« Je ne l'ai pas fait que pour vous Professeur. J'admets volontiers que je ne supporte pas vous voir blesser, surtout lorsque vous êtes avec moi. Ce n'était tout de même pas une simple question de vous protéger. C'était une question de vous permettre de faire le nécessaire pour envoyer des individus indésirables avant que d'autres dégâts ne soient fait. C'était faire ça ou risquer qu'ils arrivent à s'en sortir en arriver à vous toucher et sortent de l'école pour tuer des gens. Le risque était trop grand... » Je secoue brièvement la tête à défaut de me résoudre à bouger quoi que ce soit d'autre tant qu'il ne me dira pas que c'est sécuritaire de le faire. Très peu pour moi de ne pas l'écouter lorsqu'il s'agit de technologie extraterrestre. « Je sais que ce n'est pas la même pour vous et pour moi et que nous n'avons pas la même vision des choses. Je sais... j'ai vu ce qui arrive si vous en venez à mourir. Comprenez cependant que c'est un choix que j'ai pris et assumé pour ma part. En m'engageant dans l'armée, j'ai posé ma vie entre leurs mains. Entre celles de Kate en ce moment. Je l'ai fait de mon plein gré et en pleine connaissance de cause. Ça fait parti de mon travail de faire le nécessaire pour protéger les autres. C'est mon choix et je vis très bien avec. J'aurais pu mourir oui. Je le comprends tout à fait et je comprends que ça ne soit pas une option envisageable pour vous... mais je vais mourir un jour, je suis humain, et je préfère que ce soit en ayant fait la bonne chose qu'en ayant eu une seconde d'hésitation de trop. » Je soupire une nouvelle fois avant de terminer. « Merci d'avoir repoussé ce moment. Et dites-moi... est-ce qu'il y a des effets secondaires à tout ceci? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
avatar
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 217
INSCRIPTION : 17/04/2017


MessageSujet: Re: [EVENT 1] Smoke of the burning tree.   13.11.17 16:31


Smoke of the burning tree
Ft. Londonians


« Je ne l'ai pas fait que pour vous Professeur... » - Je m'adossais à la chaise et croisais les bras sans quitter son regard une seule seconde. Je le laissais parler malgré la faiblesse de son corps. Cette machine pouvait bien reconstruire les tissus, elle ne rétablissait pas magiquement ses forces et il aurait besoin de temps pour se remettre même si ses tissus allaient bien. J'avais déjà vu des gens, aussi blessés que lui, expérimenter des douleurs fantômes malgré la reconstruction, comme un amputé aurait mal au bras qu'il n'a plus. Phénomène dérangeant pour la personne mais heureusement temporaire et il continuait de parler, se justifier, mais rien à mes yeux ne justifiait son sacrifice. Rien alors que j'étais le premier à sauter au devant du danger pour en protéger d'autres. Le Docteur avait dû avoir un bien plus grand impact sur mon retour que je l'aurais pensé.

«... mais je vais mourir un jour, je suis humain... » - We'll see about that... - Que je marmonnais dans ma barbe trop bien rasée pour y marmonner quoi que ce soit. Un soucis se posait, un soucis sur lequel je n'avais pas le moindre pouvoir, mais je n'étais pas certain de savoir lequel: le fait qu'il soit périssable? Ou le fait que je refuse de l'admettre. Le paradoxe des sentiments. Parce que je l'aimais beaucoup cet humain que Mendax qualifiait d'animal de compagnie. Après deux ans de co-habitation, c'était presque normal. Mais s'il s'était habitué à l'idée de se sacrifier pour moi, la planète ou peu importe, j'avais peut-être une mauvaise influence.
Je pouvais revenir, pas lui.

« Merci d'avoir repoussé ce moment. Et dites-moi... est-ce qu'il y a des effets secondaires à tout ceci? » - Une impuissance totale et il y a aussi eu des cas d'indigestions des produits à base de lait de Grapol. - Je le fixais, attendais une réaction, y mettant tout mon sérieux mais un sourire finissait par me trahir et je passais une main sur mon visage comme pour en retirer l'inquiétude qui y avait régné depuis tout ce temps. - Il n'y a rien de durable. Le processus reconstruit les tissus avec ton ADN comme base, autrement dit il n'y aucune différence entre ton corps d'origine et... les greffes que tu vient de recevoir. - Autant utiliser des termes qu'il comprenait, c'était plus rassurant que le jargon scientifique futuriste.

Ton corps était pour ainsi dire carbonisé et tu avais trois blessures profondes que j'ai eu peur de ne pas réussir à guérir. - En vérité c'était trois trous, purement et simplement. Les tirs avaient traversé et heureusement rien de vital n'avait été touché, de quoi donner plus de temps à la machine pour tout reconstruire. J'avais des images de son état pré-opératoire s'il lui prenait l'envie de voir par lui-même. - Considère que ton corps est tout neuf. Plus une seule cicatrice, plus un seul tatouage. Je sais pas si tu en avais, mais il faudra les refaire. Ah, et t'as plus un seul poil. La machine a reconstruis les bulbes mais il faudra attendre que ça repousse naturellement. - Pas que ce soit quelque chose de vraiment important, sauf s'il était dépendant de ses poils.
Croyez-moi, j'en ai croisé.

Je jetais un regard à l'écran pour observer la progression du processus et revenais à lui. - Encore deux minutes et tu pourras sortir du caisson. - Un sourire confiant occupait mon visage, pour le rassurer, et mon regard glissait son son corps lisse avant de réaliser sa nudité. C'était un détail sans importance pour moi, mais ça n'était que moi. Je me levais et rejoignais un pan de mur nu sur lequel je trouvais un clavier tactile intégré dans la paroi. J'y tapais quelques mots et activais la demande. Plusieurs lignes se dessinaient sur le mur, formant très rapidement un rectangle vertical de cinquante centimètres de large sur deux mètres de haut. Le rectangle s'enfonçait dans la paroi et coulissait pour laisser apparaître une barre en métal à hauteur de ma tête. Pendu à cette barre, j'avais fais monter du dressing quelques vêtements. Rien d'extravaguant, en tout cas pour moi, mais surtout rien de son époque à vrai dire. Il ferait avec.

Une sonnerie tintait quatre fois et je me rapprochais pour porter mon attention sur le petit écran rattaché au caisson. - Ton corps est comme neuf mais tu as été beaucoup éprouvé par les blessures, alors ne force pas trop. Quand tu seras remis, je voudrais aller jusqu'à cette prison pour régler cette révolte. Je n'aime pas savoir des criminels se balader dans l'espace temps comme ça. - Je posais mon regard sur lui. - Enfin si tu veux, je ne t'oblige à rien bien sur. - Après tout, le traumatisme était réel et avec une machine à voyager dans le temps, il pouvait se reposer autant qu'il le voulait. Enfin... En espérant qu'il n'y ait eu qu'une seule faille. Sinon les dégâts pourraient déjà être catastrophiques.

Le voile lumineux du caisson s'estompait, comme aspiré par le bloc sur lequel il était allongé et tous les senseurs et les extensions se retiraient. Je lui tendais ma main pour l'aider à s'asseoir. - Vas doucement, ne te lève pas de suite. Tu vas surement avoir un petit vertige, tu as besoin de repos mais je veux être sûr que ton corps va bien et c'est pas en te laissant allongé que je vais le voir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor

[EVENT 1] Smoke of the burning tree.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTOR WHO :: London, England :: east london-