Partagez
 

 Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty19.09.18 9:31


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Bonne sieste? - Lancé-je à Spencer en le voyant descendre les marches jusqu'à la console comme s'il venait de dormir trois ou quatre jours et que ce n'était pas suffisant. En vérité, ça ne fait qu'une heure ou deux, honnêtement je n'ai pas compté, et il a encore la trace de l'oreiller sur son visage. - Je t'avais dis que le poisson solaire est éprouvant à digérer. - En même temps, que peut-on attendre de plus d'un poisson doré à la chair scintillante? Cela dit, ce restaurant servait de véritables délices, alors je n'ai aucun regret. Personnellement, j'ai été moins aventureux, mais la forme arrondie que fait mon ventre à travers mon t-shirt démontre que je me suis fais plaisir. Mes chaussures ont été jetée dans un coin, les chaussettes aussi. Je suis pieds nus sur la plateforme de verre et ça me va très bien.

Je suis chez moi, je fais ce que je veux.

Après avoir remit de l'ordre dans la prison sous-marine, nous avons fait un petit détour par la Terre pour déposer Zek, le pauvre petit était exténué et en avait fait bien assez pour cette fois, et une fois mit au lit, le Tardis nous emportait à nouveau, juste nous deux cette fois. Sauf si un autre adolescent suicidaire se planque derrière un meuble.
J'ai réparé le décalcitracteur de fluide pendant que tu dormais. - Est-ce qu'il sait ce que c'est? Probablement pas, mais c'est impressionnant de réussir à le prononcer sans se planter, et c'est vrai, je l'ai réparé. Et je pue la transpiration et quelque chose qui ressemble à l'eau croupie, mais là tout de suite, je ne le sens pas. - Et je m'ennuyais alors j'ai réorganisé la bibliothèque et j'ai achevé la deuxième symphonie de Beethoven. - Grattant mon crâne, je pose mon regard sur lui. - Attend... Il est quelle heure? - Non parce que si j'ai fais tout ça en juste deux heures, je suis sur d'avoir établis un nouveau record! Encore une faille? Il s'est passé quelque chose? Je pose mon regard sur l'écran de la console et arque un sourcil. - En fait t'as dormi vachement longtemps! Tu m'expliques à quoi tu me sers si tu pionces en permanence? - Est-ce que j'ai oublié que ce matin-même, on a couru un marathon à travers une série de montagnes flotantes, que j'ai pas dormis, je me suis pas douché, et j'ai enchaîné tout ça ensuite pendant qu'il se reposait après avoir mangé? HOW DARE YOU questioning a Time-Lord memory! ... Bon ok.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty22.09.18 20:50


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


J'en suis encore à l'étape de me frotter les yeux pour tenter d'éliminer le résiduel de la fatigue en mon regard lorsque j'entends la voix du Professeur d'abord prendre des nouvelles de mon bien-être avant de me rappeler comme j'ai eu tord et lui raison. Ce n'est pas de ma faute après tout s'il a décidé de nous conduire dans ce restaurant et que ce poisson me semblait être l'aliment le plus tentant du menu. Il faut dire que n'étant pas encore très familier avec la cuisine extraterrestre je préférais encore peiner à digérer un poisson que devoir me forcer à manger quelque chose d'étrange pour ne manquer de respect à personne. Même sans connaître les coutumes de tous dans l'univers, je suppose aisément que ne pas manger son repas, si ce n'est le finir, n'est pas réellement une attitude à adopter face au cuisinier. « Le goût compense les... » Mon regard se pose sur la montre à mon poignet que je fronce les yeux pour observer. « Les quelques heures de sommeil dont j'ai eu besoin pour le digérer. » Et quelques heures c'est bien peu dire. Je glisse une main dans mes cheveux tout en continuant de m'approcher dans sa direction, tâchant de me redonner un minimum de contenance même si je sais que ça ne suffira pas. Pas après ce dernier voyage plus exténuant que prévu m'ayant vaguement rappelé quelques entrainements militaires. Il me faudra du café pour arriver à compenser ce que la douche prise avant de me coucher n'aura pas su me redonner en ce sens. C'est d'ailleurs une chose qu'il ne semble pas avoir pris le temps de faire pour meubler son prétendu ennui si rapidement mentionné, prendre une douche. Chose que l'odeur me caressant le nez à certaine distance de lui ne tarda à m'apprendre sans même que je n'aie eu besoin de poser la question.

Je me frotte le bout du nez en acquiesçant distraitement à ses propos, ne sachant pas ce qu'est un décalcitracteur de fluide pas plus que la seconde symphonie de Beethoven. La chose n'étant pas réellement dans mon registre. Rien ne l'étant réellement en fait lorsqu'il j'y pense puisque je n'ai jamais été plus attiré que nécessaire par la musique, ce qui en attristerait sans doute plus d'un. « Je sers visiblement à m'assurer que vous ayez un minimum d'hygiène corporelle plutôt qu'une envie soudaine de réparer des choses. Chose à laquelle nous allons d'ailleurs immédiatement remédier avant que l'odeur ne s'incruste dans ce pauvre Tardis. C'est réellement infecte. » On croirait presque un parent qui doit gronder son enfant pour le forcer à faire quelque chose qui ne lui fait en rien envie. « Aller. Tout de suite. » Je me place derrière-lui et le pousse en direction de la salle de bain la plus près dont je me souviens l'emplacement, commençant sommairement à me retrouver un peu dans cette grande boîte. Le café devrait attendre qu'il soit sous l'eau à se savonner pour le bien-être de tous. Poussé dans la salle de bain, je ne pousse tout de même pas la chose à l'aider à retirer ses vêtements. Espérant qu'il soit en état de le faire par ses propres moyens. Je me contente simplement de le fixer avant de sortir en fermant la porte derrière-moi et m'appuyant sur celle-ci. « Je ne bouge pas tant que vous n'êtes pas sous la douche. » Et ensuite je me précipite dans la cuisine pour apprécier un café dans la paix et le silence avant de savoir ce qu'il planifie pour la suite de nos aventures. Maintenant que je commence à être plus familier avec les voyages, je ne pourrai pas m'en sortir autrement. D'autant plus que même si ce n'était pas le cas, je ne laisserais pas partir seul. Qui va le forcer à se laver sinon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty23.09.18 0:13


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Je sers visiblement à m'assurer que vous ayez un minimum d'hygiène corporelle plutôt qu'une envie soudaine de réparer des choses. Chose à laquelle nous allons d'ailleurs immédiatement remédier avant que l'odeur ne s'incruste dans ce pauvre Tardis. C'est réellement infecte. - Hein? - Je tourne la tête vers lui, puis la console, puis le faisceau lumineux, puis je lève un bras pour humer le fumé et reviens à lui. - Bah ça va, on a vu pire. - Aller. Tout de suite. - Il se place derrière moi et me force à bouger, mais je résiste. - Non, mais, non, attends. On peut faire ça ici. Y'a un mode de nettoyage du vaisseau qui... - Une violente bourrasque d'air souffle mon visage, et uniquement mon visage, avant que l'écran n'affiche le visuel d'une suite interminable de fichiers titrés en gallifreyen, dont un surligné. Un cadre s'affiche alors avec quelques mots : "Système de lavage accéléré supprimé par le Professeur durant la troisième ère. Raison: Cette chose est aussi immonde qu'irrespectueuse de mon rang. Je ne comprend pas comment mes prédécesseur ont pu admettre tomber si bas." - Ah... Oh de toute façon elle a jamais rien fais de bien celle-là... - Marmonné-je en référence à mon troisième visage tout en cédant à la pression que me met Spencer.

Il est derrière moi, assez prêt pour que ce soit inconfortable, et je me retrouve obligé de coopérer car l'autre option n'est pas vraiment enviable. Il me guide jusqu'à la salle de bain la plus proche, que je ne savais pas exister d'ailleurs, et il me pousse à l'intérieur, me fixant d'un regard presque mort jusqu'à ce que je me décide à faire ce que j'aurais dû faire depuis des heures. - Tu comptes me savonner aussi?! - Lui lancé-je en lui balançant mon t-shirt à la figure... Sauf qu'il a déjà refermé la porte. - Je ne bouge pas tant que vous n'êtes pas sous la douche. - Pfff... N'empêches que moi j'ai réparé le décalditracteur! Toi t'as fais quoi? Hein? - Tiens, en voilà une nouveauté: je suis de mauvaise foi. Je ne le savais pas encore. Comme quoi on en apprend tous les jours.

Quoi qu'il en soit, acculé, je finis par me débarrasser du reste de mes vêtements cramés par la transpiration et un produit à l'origine inconnue, et je me glisse sous la douche. Je dois admettre que ça me fait du bien, pas que j'irais le lui dire en face, mais ça fait du bien. Les tensions de mes muscles se radoucissent, l'odeur nauséabonde et agressive est expulsée dans les canalisations, et au pris de trois savonnages, je sors de là aussi propre que si j'étais neuf. Quoi que lorsque je suis neuf, je suis généralement trempé par la transpiration, mais bref, faisons honneur à l'expression terrestre.
Forcé de traverser le Tardis totalement nu pour rejoindre ma chambre, j'y enfile de nouveaux vêtements et retrouve rapidement Spencer dans la cuisine, encore là à siroter son café comme si le monde n'allait pas exploser demain. Hein? Quoi? J'ai rien dis. Spoilers.

La prochaine fois, tu resteras avec moi. Y'a une zone dans mon dos que j'ai pas réussi à décrasser. - Je l'embête bien sur. Partager une douche avec lui ne me poserait pas de soucis, ça ne serait pas la première fois, pour lui comme pour moi, mais avoir ses mains qui me savonnent... me feraient probablement sentir comme cette fois dans la boite de nuit lorsqu'il a plusieurs fois essayé de me faire grimper au rideau: inconfortable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty25.09.18 3:35


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Il est pire qu'un enfant parfois et je ne sais si ça me décourage ou me désole simplement sur la finalité de voir que malgré un nombre d'années à son actif que je ne sais réellement, la maturité n'a pas forcément suivit en conséquence. Du moins, pas en toutes circonstances à voir comme il préfère me reprocher mon hygiène irréprochable et cette bonne décision que j'ai prise d'aller me coucher pour récupérer mon énergie plutôt que se reprocher à lui-même de ne pas l'avoir fait. Si c'est d'une babysitter et d'une bonniche dont il a réellement besoin, je ne suis pas qualifier pour répondre à ses petits caprices. Raison pour laquelle d'ailleurs je me suis contenté de le pousser à la salle de bain sans ciller au moindre de ses commentaires auxquels j'ai eu la bonne idée de ne pas répondre. Préférant plus qu'amplement m'éloigner le plus possible de cette odeur planant dans son sillage une fois la porte refermé dans son dos et l'eau ruisselant de l'autre côté de cette dernière. Voilà qui ne fera de mal à personne. Surtout pas à moi et mes pas me portant si naturellement en direction de la pièce la plus importante, la cuisine et ce café que je ne tarde à tenir au creux de mes mains pour en inspirer son fumet si réconfortant. Un fumet que j'ai d'ailleurs le temps de longuement humer tout autant que goûter alors que mon compagnon de voyage se décrasse, je l'espère, de la tête aux pieds. Présumant que la longueur de la chose est due à l'odeur persistante plutôt qu'à un quelconque malaise, ce que je saurai s'il tarde plus que nécessaire et que je me décide à aller vérifier de moi-même de quoi il retourne. Ce serait dommage tout de même que j'échoue dans l'exercice de mes fonctions parce que le Professeur a pris une simple douche, seul. Chose qui ne risque pas de changer malgré le commentaire que j'entends finalement lorsqu'il daigne poser le pied dans la cuisine pour m'y rejoindre. « N'y comptez pas. » Assurément pas. Surtout pas depuis que j'ai eu la vague impression de me remémorer quelque chose que j'aurais aimé oublier. Ça et autre chose que je compte bien faire comme si j'avais oublié d'ailleurs pour mon propre bien. « Alors, maintenant que vous êtes dans un meilleur état et que le... que vous vous êtes occupé pendant que je siestais, que voulez-vous faire? » Ce serait nier de dire que je ne commence pas à le connaître et que s'il n'a pas déjà une idée de notre prochaine destination, il improvisera sur le tas pour nous en trouver une. Malgré le résultat de la dernière fois et ce qu'il a bien voulu m'en dire. Je commence à voir comme il n'arrive pas à tenir en place, malheureusement pour moi, mais n'est-ce pas justement la raison pour laquelle je me dois de lui tenir compagnie après tout? Pour garder un œil sur lui et les bêtises qu'il aurait dû faire alors que sur la finalité c'est plutôt mon assimilation de son univers qui nous a porté préjudice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty25.09.18 14:08


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


N'y comptez pas. - Un sourire malicieux passe sur mes lèvres alors que j'attrape une pomme pour mordre dedans. Une pomme d'Adriel, un fruit ovale à la peau violacée et à la chair légèrement rosée, mais particulièrement juteuse, et un gout sucré à en mourir. Non, sérieusement, attention au diabète à trop abuser de cette chose. Pas que j'ai besoin de dormir, cela dit, mais un coup de sucre ne me fera pas de mal. - Alors, maintenant que vous êtes dans un meilleur état et que le... que vous vous êtes occupé pendant que je siestais, que voulez-vous faire? - Je hausse les épaules, une goutte de jus roulant au coin de mes lèvres que j'essuie d'un revers de main. - Je n'en sais rien. Tu as envie de faire quelque chose de particulier?

Je m'installe sur l'un des tabourets autour de l'ilot central, le regard s’intéressant temporairement au soleil artificiel qu'il me faudrait nettoyer plus tard, et je reviens à lui. - Avec ce qu'on a fait ce matin, je suppose qu'une activité plus calme serait de mise, non? Pour se détendre. Tu dois être courbaturé, non? - Je le sais entraîné, mais les courbatures sont un effet naturel de l'effort. Et puis, a-t-il déjà couru un marathon? Pire, a-t-il déjà fait ça sur dans des montagnes flottantes? J'en doute.

Je me suis jamais posé la question, mais t'aime aller à la plage? - Après tout, ça se porte pas sur le visage... Quoi que je pourrais le déduire, mais je sais qu'il déteste ça... Et j'ai appris à me contrôler de ce côté-là avec lui. Je ne déduis que lorsque je n'ai pas le temps de lui poser la question, autrement, je le laisse répondre par lui-même. - Parce que je connais une planète océan avec des millions de petites îles paradisiaques. Les touristes y louent une île, comme sur Terre tu louerais un transat sur une plage privée. - Je mord dans ma pomme à nouveau, glissant ma langue sur mes lèvres pour éviter que le jus ne coule encore. - Ça pourrait être sympa, pour une fois, de juste se poser sur le sable ou barboter dans l'eau. T'as pris ton maillot? - Et puis je me souviens que quand on est parti, on a pas pris le temps de lui prendre ses affaires, pas même lorsqu'on a ramené Zek. Pourquoi on y a pas pensé? - Je peux t'en prêter un.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty30.09.18 20:52


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Est-ce que j'ai envie de quelque chose de particulier? En voilà une question que je ne me suis pas réellement posé depuis le début de nos aventures, je dois bien l'admettre. Je me laissais davantage porter par le mouvement et les perturbations que par une quelconque envie de faire quoi que ce soit de particulier, d'autant plus sans connaître toutes les subtilités des diverses planètes et espèces qu'on peut y trouver. C'est un fait qui a été testé et prouvé. Cette question me surprend donc je l'admets, surtout que ça ne m'a jamais effleuré l'esprit puisque ce n'est pas vraiment ce qui constitue l'essentiel de mon travail à ses côtés. Je ne suis pas là pour choisir où on va ou énoncer une envie quelconque, mais plutôt pour subir et réfléchir sur le tas s'il arrive une situation dégénérant plus que nécessaire. Ce qui devient malheureusement une habitude que j'espère enrayer à force de temps et habitudes. Je reste donc silencieux un moment, me contentant de garder ma tasse entre mes doigts et l'écouter parler. Ce qui en soit n'a rien d'inquiétant. Ça l'est bien davantage lorsque je suis un peu plus volubile qu'à mon habitude. « Je supporte bien cette douleur. » Que je réponds finalement lorsqu'il me demande si je suis courbaturé. Évidemment que je le suis et pas seulement en raison de ma nature et de l'activité que nous avons pratiqué. Surtout parce que je me suis un peu trop négligé durant quelques semaines compte tenu des circonstances particulières et ma nécessité de m'assurer que mon corps était de nouveau en état avant de me surpasser à tord et le regretter. Un état appréciable de nouveau de ce que j'ai pu tester qui ne me motivera que davantage à reprendre le fil de mes entrainements sporadiques pour garder a forme. Emploi oblige malgré l'envie n'y étant pas forcément toujours. Les courbatures reviendront simplement hanter mon quotidien de leur pénible, mais satisfaisante douleur.

Puis je l'entends prononcer le mot plage et je détourne la tête de mon breuvage pour l'observer en haussant un sourcil. La plage? En est-il réellement à proposer un semblant de vacances à mentionner que nous pourrions y aller pour simplement nous poser sur le sable et profiter un peu de l'eau? Ça me semble presque irréel et surtout trop douteux pour ne pas cacher quelque chose en plus. Sans doute parce que j'ai du mal à l'imaginer ne pas plonger son nez partout dans les choses des autres pour y dénicher quelque chose, n'importe quoi, pour tuer l'ennui que lui procurerais des instants au calme à ne rien faire. Ne l'imaginant pas réellement non plus ne rien faire du tout. « Je n'ai jamais été très fervent de plage. Tout comme de profiter du sable ou de l'eau. Ce n'est pas réellement ma définition d'un moment de détente. » Que je mentionne en me doutant que je devrai expliquer ce qu'est la dite définition dans ce cas. Rien de bien calme malheureusement, enfin tout dépendant de quel point de vu ou voit les choses. Profiter du silence en escaladant de grandes montagnes dans la forêt est néanmoins tout aussi relaxant dans mon cas et surtout bon pour me vider l'esprit loin de l'agitation des villes et tout ce qui vient avec. Juste profiter de la nature et des bruits qu'elle a à offrir me suffit amplement, tout en me permettant de garder la forme évidemment. « Les années commencent à vous rattraper et vous avez besoin de temps pour vous reposer? » Que j'ajoute pour l'embêter un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty30.09.18 22:47


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Je n'ai jamais été très fervent de plage. Tout comme de profiter du sable ou de l'eau. Ce n'est pas réellement ma définition d'un moment de détente. - Je hausse les épaules, tant pis pour la plage. En réalité, je ne sais pas si j'aime ça ou non. À chaque nouveau visage, de nouveaux goûts apparaissent et d'autres disparaissent. J'aurais pu détester cette pomme à la seconde où j'ai mordu dedans. J'aurais pu renaître avec des pulsions meurtrières, ou une propension maladive à faire des câlins à tout le monde... Et les tuer aussi. Honnêtement, la régénération c'est une loterie, et même la chance n'entre pas en ligne de compte. - Les années commencent à vous rattraper et vous avez besoin de temps pour vous reposer? - Tu me croiras ou pas, me je suis dans la fleur de l'âge, jeune homme.

Mordant une dernière fois dans le fruit dont j'ai déjà mangé la plus grande partie, je jette le trognon dans la poubelle et vais me rincer les mains tout en mâchant, m'essuyant la bouche avec l'eau dans la foulée. - Et du coup? C'est quoi ta définition de détente? Non parce que quitte à décider d'une destination pour nous poser, autant que je le sache. - Reprends-je en m'essuyant avec le torchon. - Me regarde pas comme ça, je suis pas qu'un bourreau de travail. Moi aussi j'apprécie une petite pause de temps en temps. - C'est pas faute si en règle générale, ces pauses se transforment en fin du monde. Peu importe le monde d'ailleurs. Est-ce que c'est ma faute si les vilains sont toujours à l'oeuvre? Non, c'est pas ma faute. - Il y a deux vies, je passais un temps fou sur les plages et dans les nightclub. Bon, en fait, ce visage existait uniquement pour se la couler douce... - Et accessoirement abandonner à la mort toute sa planète, mais passons. - Mais ce Professeur-là... - Dis-je en pointant mon visage du doigt. - Je ne sais pas encore ce qu'il aime.

Vous vous réveillez un jour et vous êtes incapable de savoir si vous aimez marcher, courir, nager, jouer de la flûte ou de la guitare, écrire ou chanter... Et chaque jour, vous devez réapprendre qui vous êtes et ce que vous faites. C'est pour ça que les Time Lord sont rarement contre de nouvelles expériences: elles le sont généralement souvent, nouvelles. - So? All of time and space. Where do you want to go?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty14.10.18 14:13


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Dans la fleur de l'âge? Je crois que j'ai en effet du mal à y croire, mais encore faudrait-il que mes connaissances en matière de Timelord me permettent de pouvoir douter de ses propos. Raison pour laquelle je me contente de replonger la tête dans mon café sans ajouter davantage à cette réponse, attendant plutôt ce questionnement qui n'en saurait tarder. Celui me demandant ce qu'est cette notion de vacances que j'adopte, bien loin de la plage en étant souvent le synonyme pour le commun des mortels. Question arrivant bien au fil de ses propos, mais à laquelle je ne réponds pas dans l'immédiat. Mon attention est plutôt captivée par cette si brève explication des différences entre ses différents visages, ma mémoire ne manquant de se rappeler de cette journée où j'ai moi-même été témoin du fruit de mon échec deux ans plus tôt. Cet échec engendrant un changement de ce visage que je connaissais depuis si peu de temps pour celui auquel je commence à m'accoutumer, le changement de comportement étant assurément un élément frappant de cette fatalité qui ne doit pas toujours être des plus faciles pour lui. La chose s'associant en quelque sorte à la mort du prédécesseur pour laisser cette nouvelle personnalité prendre le dessus. Chose que j'espère éviter de voir se réaliser de nouveau bien que jusqu'à maintenant je n'aies pas toujours été de la plus grande des efficacités bien que j'aies sans mal prouvé l'ampleur de ma détermination à le protéger de cette mort que j'ai très largement frôlé. « Et bien j'imagine qu'il faudra découvrir ce que vous aimez dans ce cas, mais je peux vous assurer sans être devin que le calme et la tranquillité ne seront sans doute pas de bonnes pistes à explorer pour ce que j'ai pu en voir. Vous êtes bien trop curieux pour ça. »

J'esquisse un faible sourire puis pose la tasse vide devant-moi. « Ma connaissance de l'espace et ce qu'on y trouve est bien plus limité que la vôtre. Il serait difficile de dire où j'aimerais aller. » Mes doigts trouvent mon menton que je gratte distraitement, réfléchissant aux deux options que je vois se profiler en mon esprit. La simplicité de parler de cette balade en forêt qui pourrait très bien nous conduire sur terre et où je serai peut-être le seul à prendre plaisir d'ajouter de la douleur à la douleur déjà présente de mes muscles ou l'option disons plus appropriée à ce que je devrais réellement faire. Malgré la façon dont les dernières expériences de ce type se sont soldés. Du moins, du peu que j'arrive à m'en rappeler. « Laissez le Tardis choisir. Il peut le faire n'est-ce pas? » Je prends ma tasse vide et me déplace pour aller la nettoyer tout en précisant ma pensée. « Il faudra bien que j'apprenne à découvrir tout ce que 'All the time time and space' a à offrir si je veux être efficace après tout. Puis, Zek étant en sécurité, c'est le moment d'en profiter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty15.10.18 15:28


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Curieux? Moi? Bon, ok, il a raison. Un rien accapare mon attention, mais voir tout d'un œil nouveau a cette faculté aussi de rendre chaque chose intéressante. Intrigante. Captivante. - Ma connaissance de l'espace et ce qu'on y trouve est bien plus limité que la vôtre. Il serait difficile de dire où j'aimerais aller. - Dit-il après avoir posé sa tasse vide. Il n'a pas tort. Quoi qu'il pourrait tout à fait sélectionner une époque sur Terre, ou une planète de son système solaire. Mais effectivement, il n'a pas tort. Je l'observe hésiter, réfléchir, je vois presque les rouages dans sa petite tête, et puis finalement il reprend la parole. - Laissez le Tardis choisir. Il peut le faire n'est-ce pas? - Il peut, assez facilement d'ailleurs. - J'admet que j'aurais préféré qu'il choisisse par lui-même, qu'il prenne la décision, mais on ne peut pas tout avoir, n'est-ce pas?

Il faudra bien que j'apprenne à découvrir tout ce que 'All the time time and space' a à offrir si je veux être efficace après tout. Puis, Zek étant en sécurité, c'est le moment d'en profiter. - Si tu veux être efficace, je pourrais aussi te laisser dans l'école martiale galactique de la Chute des Ondes, mais je suis pas sûr que t'y survivrais alors bon... - Je pose mon regard sur lui alors qu'il laisse sa tasse à égoutter à côté de l'évier. - Non, sérieusement. Ils ont un taux de 65% de pertes officielles rien que durant les six premiers mois. Les gens s'y inscrivent en considérant d'office l'idée d'y mourir. - Je croise les bras, mon regard filant un instant dans le vague. - Quoi qu'entre ça et bosser dans les mines d'Atrinium... - Je reviens finalement à lui, réalisant avoir parlé à voix haute. - Bref! Console! Allez! On va se détendre, tranquillement, faire une petite sieste ou se balader dans un paysage idyllique. Ça va nous reposer.

Un escalier vers le haut, un autre vers le bas, nous voilà de retour dans la salle de contrôle et je fixe la console quelques longues secondes. - Ok, donc, déjà, ne met pas ta main dans le faisceau sinon t'auras plus de main. - Je dis ça d'un ton aussi naturel qu'inquiétant d'ailleurs. - Et toucher l'écran suffira pas. - Ajouté-je avant de tourner la tête vers Spencer. - Je sais pas comment on accède à l'interface télépathique avec cette nouvelle console. Un coup de main? - Dis-je plus fort en levant la tête. Sous nos yeux, une portion de l'écran de la console se transforme en une matière gélatineuse de couleur gris-rose. - Ah la voilà! Met tes doigts là-dedans. - Tellement glamour dit comme ça. Enfin, il y fout les doigts, et je coche quelques paramétrages sur l'écran tactile à côté. - Essaye de te vider la tête, pense à ce qui te détend. Le Tardis va lire tes souvenirs et sélectionner une destination à partir de... - Une violente secousse renverse le vaisseau et pendant quelques secondes nous nous retrouvons en suspension dans les airs, juste assez longtemps pour que je croise le regarde du soldat, avant de lourdement chuter.

Le sol aurait été un trop beau cadeau: personnellement, je me mange d'abord la paroi de l'écran géant avant de de tomber à moitié sur le fauteuil, la tête et les bras contre la plateforme de verre. Je suis sonné, j'ai l'arcade qui saigne, et plusieurs alarment hurlent en même temps, de quoi me filer la migraine. - Spencer? Spencer! Est-ce que ça va?! - La salle de base peu éclairée parait bien plus sombre encore que d'habitude alors que le faisceau lumineux semble réduit à son strict minimum: un filet dense de lumière blanche de la taille d'un gros tuyaux. L'écran géant est brisée, mon dos en souffre encore, et l'image de l'écran de la console saute. Parvenant à me relever, j'atteins la console et fait taire les alarmes. - Spencer!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty16.10.18 2:14


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Il ne peut pas être sérieux. Voilà la première chose à laquelle je pense lorsqu'il commence à me parler de cette école martiale galactique dont, selon lui, je ne sortirais pas même vivant. Je veux bien croire que ma définition de vacances, de pause, est bien loin de celle de beaucoup, mais tout de même pas au point d'aller me perdre dans une école extraterrestre alors que j'en connais encore si peu. Bien que je puisse concevoir qu'il s'agirait sans doute d'une bonne façon d'en apprendre un peu plus sur tout ce que je ne connais pas encore, je n'ai jamais été du genre élève très assidus. Malgré ma si bonne capacité à suivre les consignes et les ordres. J'ai toujours trouvé plus facilitant d'apprendre à force de pratique qu'à force de lecture, apprendre sur le terrain plutôt qu'en simple théorie. Ce qui semble être en partie le cas de cette école au taux de mortalité si élevée. Pourquoi diantre des gens voudraient-ils y aller et que devient le si léger pourcentage à y survivre? Sans doute la chose que je devrais le plus craindre en cet univers. Je secoue vaguement la tête en l'entendant divaguer sur des concepts que je n'arrive pas même à imaginer et le suis sans un mot de plus en direction de la console pour voir comment le Tardis sera en mesure de réaliser un tel choix. Préférant grandement être au courant de cette information que de la raison pour laquelle 65% de perte est chose commune en si peu de temps. Pas que je craigne la réponse, mais disons que je compte bien me contenter de mon entraînement militaire terrien et les morts déjà frôlées depuis que j'ai commencé à être l'ombre de ce cher Professeur.

Je me poste près de lui, écoutant ses inquiétantes consignes et admirant le réactif toujours si impressionnant du vaisseau alors qu'il semblait simplement se parler à haute voix. Je crois que je ne me ferai jamais à l'idée que ce transport est vivant. C'est finalement une substance ressemblant vaguement à cette 'glue' de mon enfance que j'avais habitude de coller sur tous les murs que pour en admirer la marque graisseuse qui nous apparaît. Forcément, je dois y mettre les doigts et je suis mitigé entre un sentiment de joie enfantine et un léger dégoût. Ce qui ne m'empêche pas de réaliser le geste tout en essayant de me vider la tête. Autrement dit, essayer de réaliser une tâche qui m'est complètement impossible puisque même si j'apprécie le zen, le calme et le silence partiel des balades en nature je ne suis pas de ceux à avoir la tête complètement vide ne serait-ce que l'espace d'une seconde. Elle m'apparaît plutôt comme une calculatrice ne pouvant s'empêcher d'évaluer chaque seconde de mon existence sous tous les angles pour calculer les probabilité de toutes choses. À échelle humaine et au mieux de mes capacités évidemment.

Peut-être est-ce d'ailleurs la raison pour laquelle le vaisseau ne tarde à être secoué d'une violente secousse en venant à nous faire flotter et assurément mon visage est marqué de mon scepticisme. Du moins, jusqu'à ce que je sente mon corps lourdement chuter et ma tête frapper fortement la console. Ce qui ne manque pas de me sonner un bon coup alors que j'essaie de me relever en posant les mains sur mes oreilles et fermant les yeux pour calmer la migraine fulgurante qui m'assaille si rapidement au bruit de toutes les alarmes beuglant autour de moi. Jusqu'à ce que j'entende hurler mon nom et me risque à retirer les mains de mes oreilles pour poser une main à mon crâne, mes doigts trouvant le liquide poisseux que je ne tarde pas à identifier. « Pitié ne hurlez pas comme ça. » Je m'assis et m'appui sur ce que je peux en tâtant la blessure qui me fait grimacer. Un peu plus fortement et je serais sans doute sombré dans l'inconscience, bien que je suppose avoir une jolie commotion. De quoi me donner une bonne raison de rester au calme pour ne pas empirer les choses. « Qu'est-ce qui s'est passé? Vous allez bien? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty16.10.18 23:24


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Pitié ne hurlez pas comme ça. - Sa voix me parvient depuis l'autre côté de la console et je la contourner pour m'accroupir à côté de lui, notant sans mal la désorientation dans son regard et le rouge sur ses doigts, et sur la console au-dessus. - Qu'est-ce qui s'est passé? Vous allez bien? - Did you just crashed my ship, Spencer? - Lui dis-je sur un ton se voulant drôle alors que je retrousse ma manche pour dévoiler le bracelet sonique. Plaçant ma main face à son visage, j'active l'appareil qui génère une fine lueur verte autour de ma main, mais avant que je puisse obtenir le moindre détail sur l'état de Spencer, plusieurs étincelles embrasent le bracelet que je suis forcé de retirer et de jeter plus loin pour éviter de me cramer le bras. - Shit, fuck, shit... - Un câble énergétique abîmé laisse exploser une série de grosses étincelles un peu plus loin.

Ok, sonique mort, laisse-moi regarder. - Je tends le bras vers l'extension du salon et utilise ma télékinésie pour ouvrir un tiroir et attirer un scanner médical dans ma main, de quoi me permettre d'observer le crâne de Spencer et l'état de sa blessure. Moi, j'ai mal, oui, mais ça n'est rien d'insurmontable. J'ai eu pire. - Ça va aller, faut juste que tu te ménages un peu, mais y'a rien de grave. Bouge pas. - Le laissant là, je me lève et rejoins le meuble duquel j'ai extirpé le scanner, je l'y remet d’ailleurs en l'échangeant contre un flacon contenant un gel opaque, et reviens vers Spencer. - Met ça sur ta blessure, ça va la cautériser. Ça pique un peu, mais tu survivras. - Non, vraiment, ça pique comme le désinfectant qu'on met sur les bobos des enfants.

Laissant son espace à Spencer pour qu'il puisse reprendre ses esprits, je me lève et me penche sur la console, tentant de déceler l'origine du problème dans cet écran qui déconne à plein tube. - Allez... Parle-moi! - Je lève la tête vers le faisceau de lumière, réalise son diamètre ridicule, et lève les yeux au plafond. - C'est pas le moment de faire la sieste! - Faisant le tour de la console, je rejoins une portion spécifique de laquelle j'extirpe un rectangle d'écran. La tablette que j'avais déjà utilisé auparavant une fois séparée de la console affiche une image claire et stable, de quoi me permettre de mieux naviguer dans le système. - Toujours une connerie avec ces ordinateurs... Hmm, je sonne comme l'un de tes généraux anti-technologie. J'aime la technologie. C'est pas mon... - Une nouvelle grosse étincelle blanche éclate. - Une seconde!

J'élimine tous les relevés d'avaries, que je réduis dans un coin de l'écran, et me concentre sur les rapports d'affections, cherchant l'origine de ce bordel. - Bon, au moins, je sais que c'est pas ta faute. T'as pas eu le temps de... Oh. - Je gratte mon crâne, peut-être la seule partie encore sans douleur de mon anatomie. - On a atterri. - Je pose mon regard sur Spencer. - Sauf qu'on a pas atterri. - Et puisque j'ai pas d'écran assez stable pour lui montrer, je suis forcé de le lui expliquer avec des mots simples et un schéma sur la tablette. - Le cailloux sur lequel on est n'existe pas. - Plus clair. - On est posé, le vaisseau ne détecte aucun vide comme si on était dans l'espace, mais les senseurs de relève absolument rien, comme si le solide était vide. Sauf que y'a pas de vide. Le Tardis détecte du solide vide, ou du vide solide... Va falloir te décider à faire un peu de sens! - Crié-je en l'air.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty23.10.18 1:50


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Je devrais sans doute m'inquiéter de ne pas être étonné que son questionnement premier concerne son vaisseau que j'ai, semble-t-il, fait s'échouer je ne sais où de par ce qu'il a décidé de déduire de mes doigts. Ce qui en soit est déjà bien assez perturbant pour mon cerveau nouvellement malmené par mes bon soins, il faut le croire. Je l'observe relever la manche pour afficher le bracelet qui s'y trouve, haussant un sourcil septique en voyant les crépitements qu'il ne tarde à émettre et les étincelles le forçant à le retirer. Aurais-je fait bien pire que simplement fait se crasher le vaisseau sans même le vouloir? Peut-être, mais seul je ne serai pas en mesure de le déduire plus amplement sans qu'il ne me donne des raisons de le croire. C'est son vaisseau après tout, son équipement, et il sera bien plus aisé pour lui de m'éclairer sur le sujet. J'attends donc, ne bougeant pas plus que nécessaire et tâchant d'éviter de frotter la plaie douloureuse à mon crâne pour ne pas engendrer une quelconque infection non désirée. J'ai déjà bien assez de cette fort probable commotion qu'un effort physique trop important pourrait empirer, à mon grand damne. « Vous ne m'avez toujours pas dit si tout va bien de votre côté Professeur. » Que je lui réponds lorsqu'il me confirme presque cette commotion à sa façon en disant que je n'ai en soit rien de grave, mais devrais me ménager un peu. Je ne suis après tout pas le seul à avoir été malmené même si je n'ai pas précisément vu ce qu'il a pu heurter en tombant de son côté là où la console parle d'elle-même dans mon cas. « Merci. » Que j'ajoute en prenant le gel qu'il me tend pour en étaler sur ma blessure, non sans laisser mes traits se crisper légèrement sous le désagréable picotement. Il y a des choses qui ne changent pas forcément en grandissant.

Restant assis un moment pour laisser le temps à ma tête de reprendre le dessus, je l'observe hurler contre ce que je suppose être le vaisseau qui, pour une fois, ne semble pas des plus coopératif. Voilà qui n'augure décidément rien de bon. Le perdant de vue alors qu'il fait le tour de la console et continue de sembler se parler à lui-même, j'en profite pour me redresser et finalement me relever tout en douceur. Prenant appui sur la console où je ne tarde à voir la trace de sang qui j'y ait laissé et y posant le flacon précédemment donné par le Professeur. « Atterri, mais pas atterri? » Que je demande une fois près de lui et après avoir eu l'heureuse confirmation que tout ceci n'est pas de ma faute. Du moins, selon ce qu'il prétend. Peut-être que le vaisseau en a décidé autrement. Il faut dire que nous n'avons pas réellement pris le temps de discuter tous les deux et avec raison j'imagine compte tenu de ma propension naturelle à ne pas essayer de parler avec des objets et autre d'ordinaire inanimés. Fronçant les sourcils, je le laisse donc m'expliquer ce qu'il en est et bien honnêtement je ne sais pas quoi en penser. « Et donc ce vide solide, on doit se risquer à ouvrir la porte pour le découvrir? C'est ce qui peut avoir déréglé le Tardis ainsi? Il ne semble pas des plus coopératif. » Je croise les bras et l'observe à défaut de savoir quoi réellement faire de plus. Ce n'est pas moi l'expert après tout et si l'expert lui-même ne sait pas réellement dans quel situation nous sommes coincés... « Vous croyez qu'il a décidé de nous offrir des vacances dans le néant? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty01.12.18 14:37


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Et donc ce vide solide, on doit se risquer à ouvrir la porte pour le découvrir? C'est ce qui peut avoir déréglé le Tardis ainsi? Il ne semble pas des plus coopératif. - Je lève la tête de la tablette pour le fixer un instant, ses réflexions censées me forçant à recentrer ma concentration. - Non, je pense que c'est les dégâts du crash. - Oui, j'ai dis qu'on avait atterri, mais je pense que c'était assez évident qu'on avait pas atterri sagement. - En tout cas les mal-fonctions, le reste... - Vous croyez qu'il a décidé de nous offrir des vacances dans le néant? - Un rire jaune s'étouffe dans ma gorge. - Crois-moi, c'est bien la dernière chose qu'il voudrait me faire... - Dis-je en me retournant, baissant la tête sur ma main droite remarquant mon poignet aux veines assombries sous ma manche.

Prenant une inspiration, je camoufle ça et reviens à nos moutons. - Le Tardis qui confirme avoir atterri sur une surface qui existe, mais n'existe pas. Ceci, mon cher, s'appelle un paradoxe, ou en tout cas ça en a les traits. - Jetant un œil à la porte, le regard dérangé par un éclat électrique au-dessus de nous. - Les senseurs ne font aucun sens donc je suis désolé de t'apprendre que tu as raison: on va devoir sortir. - Désolé parce que, honnêtement, sortir dans un paradoxe n'est pas vraiment quelque chose que j'ai hâte de faire. Il faut dire que ce n'est pas ce qu'on peut qualifier de très sûr. En terme de survie. Ou juste de vie. Quoi que, quand on y pense, même de mort. - Va t'habiller. Hors de question de sortir dans ce bordel sans être un tant soit peu équipé. - Dis-je en posant la tablette. - On est pas chez le Docteur.

Attendant que Spencer ait quitté la salle, je me débarrasse de mon haut et, ignorant la fraîcheur de l'air qui mord ma peau, j'observe l'avancée rapide des veines noires le long de mon bras et au niveau du haut de mon torse. - C'est pas censé arriver ça... C'est pas censé revenir... - Et je ne tiens pas à revivre ça. Plus jamais.
Le temps que Spencer revienne, j'ai moi-même pris le temps de rejoindre mon dressing, faute de pouvoir retrouver ma chambre assez vite, et m'y dégote de quoi sortir. Quelque chose que je n'ai d'ailleurs pas porté depuis... Oh, bien des vies. Un t-shirt gris clair au col ouvert de quelques boutons, ouverture par laquelle on ne voit pas, ou pas encore, les arabesques sombres sur ma peau;  et un pantalon en jean alien souple noir, parce que le jean humain est beaucoup trop handicapant. Les chaussures que j'ai choisi sont en faux cuirs marron, usées, le pantalon ourlé deux fois pour en révéler le montant. Mais l'élément que je n'ai plus porté depuis longtemps est bien ce caban noir, encore marqué de quelques usures produites par des tirs de laser.
Parce que quitte à sortir dans un paradoxe de réalité, autant être bien habillé. De toute façon, clairement, la tenue de bal du 13éme siècle n'était pas un choix bien pratique.

Tiens! - M'exclamé-je au retour de Spencer. Je m'approche de lui et pose sur son cou un petit badge rectangulaire avec quelques circuits en relief. - C'est un générateur d'atmosphère personnel développé au... 235ème siècle, je crois. - Et m'assurant qu'il s'est bien pris sur sa peau, j'appuie sur le bouton. Un voilà translucide se développe autour de sa tête avant de disparaitre, en tout cas à l’œil nu. - En gros, c'est comme un masque à oxygène, mais en mieux. Mieux vaut éviter de prendre le risque de sortir sans ça dans un lieu qui n'existe pas. Respirer du vide c'est loin d'être agréable. - Je pose moi-même un générateur sur mon cou et l'active tout en me rapprochant de la porte et, posant ma main sur la poignée, j'hésite puis me retourne. - J'y pense... Je ne sais pas ce qui se trouve de l'autre côté. Je ne peux pas garantir ta sécurité, ni la mienne. Le Tardis est déjà en train de se réparer, ça ne prendra qu'une heure ou deux. Tu peux rester ici si tu veux. Je ne te force pas à me suivre. - Nous avons combattus des lézards anarchistes et des criminels intergalactiques, mais un paradoxe, ou peu importe ce qui se passe ici, rends tout ce que nous avons fait totalement fade et obsolète. Le danger de l'inexistence elle-même est un fléau. - Personne ne te jugera si tu préfères rester là, et certainement pas moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty22.12.18 22:06


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Mes doigts se portent à la racine de mon nez tandis que je tente de comprendre tous ces propos qui ne font pas le moindre sens à mon esprit malmené de ma chute. Il faut bien admettre que prétendre à quelque chose avant de dire tout le contraire à peine quelques secondes plus tard n'est en rien pour aider la chose, rendant plus que tentant le vulgaire haussement d'épaules que je réprime au profit d'une mine pensive. Frottant mon nez comme pour dissiper un mal de tête qui n'existe pas encore. « Vous avez un réel don pour rassurer en situation de crise. » Que je mentionne toujours si sérieusement avant de prendre le chemin de ma chambre pour aller chercher des vêtements adaptés à une potentielle crise. C'est-à-dire les vêtements de militaire galactique comme je les nomme pour moi-même, à défaut d'avoir trouvé une meilleure appellation pour désigner les vêtements que le Professeur m'a donné lors de nos premières aventures. Pour ne pas dire lors de nos premières escapades irréfléchies et dangereuses. Ceci enfilé, je place à ma cheville le couteau qu'il m'a également offert ainsi que mon habituel en plus d'un pistolet à ma ceinture, ayant appris à mes dépends qu'il vaut mieux partir équipé du minimum que de rien du tout. Prêt, ou du moins aussi prêt que je peux l'être sans savoir dans quelle situation je vais réellement me trouver au cours des prochaines minutes, je retrouve l'espace où j'ai laissé le Professeur. Admirant comme il s'est également changé pour enfiler quelque chose que je ne l'ai jamais vu porter auparavant.

S'exclamant, il ne tarde à s'approcher de moi pour installer quelque chose à mon cou dont l'explication me laisse bien malgré-moi septique bien que plus rien de nature extraterrestre ne devrait me surprendre au point où j'en suis. Sans doute la nature humaine qui tente de garder le dessus sur mon esprit majoritairement non rassuré en raison de la combinaison de la commotion et des armes que j'ai en ma possession bien plus que par le générateur d'atmosphère. D'autant plus qu'en l'entendant mentionner que nous allons sortir dans un lieu n'existant pas, je ne peux m'empêcher de penser que respirer devrait presque être la dernière de mes préoccupations. Je le suis près de la porte, me stoppant à quelques pas pour écouter comme il semble tout aussi peu rassuré que moi face à cette situation. Lui qui en a tant vu. « Vous savez pertinemment que je ne vous laisserai pas sortir seul. » Je ne le pourrais pas, risque ou pas. D'abord, parce qu'il y a bien longtemps que j'ai décidé d'affronter le danger, ensuite parce que c'est précisément mon travail en sa compagnie de m'assurer qu'il se sort indemne de toute situation et finalement parce qu'ayant plutôt été l'homme a sauvé lors de nos dernières sorties je lui dois bien ça. Je lui dois bien de ne pas le laisser seul face à ce grand vide, quel qu'il soit. Que ça lui plaise ou non. « Vous devriez savoir que la mort ne m'effraie plus depuis longtemps. » Je souris brièvement puis lui fait signe que je suis prêt à le suivre dès qu'il sera prêt à ouvrir la porte, main sur mon arme et souffle toujours si calme accompagnant chacun de mes pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty23.12.18 14:04


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Vous savez pertinemment que je ne vous laisserai pas sortir seul. - Je pourrais le droguer et le saucissonner dans un coin aussi, mais il y a des chances qu'il puisse se libérer et venir m'en coller une... surtout que je lui ai donné le couteau pour ça. Bravo, moi. - Vous devriez savoir que la mort ne m'effraie plus depuis longtemps. - Pas spécialement rassuré pour autant, j'acquiesce néanmoins face à ce courage, ou cette témérité, et je prends une bouffée d'air avant d'ouvrir la porte.

Mon regard se dirige d'abord vers le bas. - Au moins y'a un vrai sol... - Dis-je distraitement en sortant. Encore dans la bulle protectrice du Tardis, c'est bien la seule chose qui importe, un sol sur lequel marcher sans passer à travers. Lever les yeux en revanche, rend le paysage bien plus grotesque: l'espace, infinie et sombre, ces millions d'étoiles habillant mon champ visuel. Le silence également qui va avec, seulement dérangé par le Tardis dans mon dos et mes pas sur le sol terreux, comme un sol aride et sec avant le précipice. Car oui, dans la précipitation, le Tardis s'est crashé au bord de ce sol mystérieux et à peut-être cinq mètres de là, le vide intersidéral reprend ses droits. Autour de la cabine rouge d'ailleurs, le sol s'est craquelé sous l'effet du crash. - On est pas passé loin. - Lâché-je en me retournant vers Spencer, mon regard captant alors autre chose.

Immense. Sombre. Usé et gotique. Par delà le Tardis s'élève un immense château aux reliefs acérés et aux toits écrasés par le poids de l'univers au-dessus. Il n'y a rien d'autre. Pas plus de sol que la zone devant les quelques marches épaisses menant aux larges portes de bois. Rien de plus que l'espace infini englobant cet immense et impossible bâtiment flottant dans le vide.
Il fait froid. Un froid qui ne génère ni glace, ni neige, ni la moindre vapeur dans notre souffle. Il fait un froid persistant, pénétrant. Un froid qui s'insinue dans les chairs et dans l'âme. Un froid que je connais, et qui me file un frisson. Un froid qui ne devrait pas exister en ces-lieux.
Vous avez pas un dessin animé avec un château flottant sur la Terre? - Dis-je pour détendre un peu l'atmosphère, comme si ça allait marcher d'ailleurs... Quittant la zone de confort du Tardis, je m'avance vers l'immense et imposant, mais magnifique bâtiment, ses tours pointues comme des ombres menaçantes aux angles si net et parfait qu'ils en sont à la fois terrifiants et subjuguants. Et traçant une ligne imaginaire avec ma main dans le vide, je réalise. - Bonne idée ces générateurs atmosphériques. - Dis-je en ne sentant pas la moindre friction d'air. - Je ne sais pas pourquoi on est pas en train de flotter, mais il n'y a pas d'air ici. - On devrait geler aussi, subir les affres du vide spatial même si on ne le respire pas encore... Quel est cet endroit?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty24.12.18 3:13


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Le silence... Un silence étouffant et presque surréaliste. Voilà ce qui m'a frappé une fois le Professeur ayant ouvert la porte du Tardis et mentionné qu'il y a un sol sous nos pieds. Un silence qui m'est habituellement rassurant et agréablement réconfortant, mais pas en cet instant. Il est presque la source d'un malaise que je peine à réprimer. Tout autant que la fascination brillant au fond de mon regard complètement médusé par le spectacle qui s'offre à moi. Cette infinité d'étoiles brillants plus que jamais dans la noirceur infinie d'un univers dont je connais si peu de choses. Cette infinité d'étoiles qu'il est si difficile d'ainsi pouvoir admirer sur Terre où la civilisation se fait un malin plaisir de nous brimer de cette vision idyllique, mais pas ici. Ici le ciel en est tapissé, complètement submergé par les boules lumineuses qui me laissent littéralement sans voix. Un paysage qui me fait maudire toutes les pensées que j'ai pu avoir à l'encontre des voyages qu'on m'a tout de même un peu imposé. Pour ceci, pour cette trop courte minute où je reste figé sur le pas de la porte, le voyage en vaux assurément le détour. Malgré tout le reste. De quoi me faire amplement comprendre les astronautes bien que ça n'ait jamais été l'une de mes passions premières tout... ça. L'espace, l'univers et les aliens qui s'y baladent et y vivent.

Je ne tarde tout de même pas à reprendre mes esprits afin de suivre le Professeur hors du Tardis et admirer comme, en effet, c'est passé très près d'être une situation bien pire qu'il n'y paraît. Du moins, c'est ce que j'ai cru jusqu'à ce que je vois le regard du Professeur passer bien au-dessus de moi afin de fixer quelque chose. Une chose que je m'empresse d'observer à mon tour pour répondre à la question s'étant si fortement imposée à mon esprit. Qu'est-ce qui peut bien se trouver au beau milieu du presque néant de l'univers? Et la réponse me surprend encore. Devant mon regard complètement médusé s'élève un énorme château tout aussi sombre que l'environnement dans lequel il est érigé. Un château au toit semblant peiner à supporter quelque chose que je ne vois pas. Le poids du néant peut-être si le néant a un poids et, comme toujours, ce n'est rien pour me rassurer. D'autant plus que, connaissant mon compagnon de voyage, il est hors de question de partir d'ici sans avoir exploré la structure. Encore une chance de mourir à n'en point douter vu ma chance. Quoique, si ce n'est le château ou ce qui peut potentiellement se trouver è l'intérieur qui s'en charge, peut-être le froid suffira-t-il. Un froid qui ne me fait expulser aucune vapeur lorsque je daigne enfin parler, bien que cela ne m'empêche en rien de croiser les bras dans le vain espoir de me réchauffer.

« Nous avons bien des choses flottantes dans nos dessins animés et histoires sur Terre. » Mon regard passe du Professeur à la structure et vice-versa alors que je fronce les sourcils face à tout ceci. Réellement en rien rassuré et encore une fois face à quelque chose que moi, pauvre humain que je suis, ne comprends absolument pas. « Et je suppose que malgré l'absence d'air et le froid mordant qui règne dans cet endroit si près du... précipice du néant, votre confiance absolue en nos générateurs d'air et votre curiosité démesurée nous conduiront à l'intérieur de ce château. » Je suppose que nous n'avons pas réellement d'autres options jusqu'à ce que le Tardis soit en état de toute façon. Et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty24.12.18 16:10


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Nous avons bien des choses flottantes dans nos dessins animés et histoires sur Terre. - Je ne réponds rien. Aucune utilité, et mon regard est déjà captivé par l'immense porte de bois qui semble être l'entrée principale du château. Je pourrais être émerveillé. Je pourrais être excité à l'idée d'une telle construction voguant dans l'immensité de l'espace. Je pourrais être curieux de comprendre, m'amuser d'une telle oeuvre d'art, mais lorsque Spencer met en avant ma curiosité maladive, l'ambiance des lieux me force bien malgré moi à m'offenser. Pas par critique de ma curiosité, mais bien parce qu'elle n'a aucun poids ici.

Ma curiosité n'a rien à voir avec ça. - Dis-je d'un ton un peu plus grave, de quoi déjà l'alerter de la situation. - Précipiter un Tardis hors du vortex n'est pas quelque chose de fréquent, ni de facile. Certains diraient que c'est impossible, moi je sais que ça l'est. Ça n'est pas pour autant normal. Et ce paradoxe... - Je masse machinalement mon poignet gauche en me souvenant l'absence du bracelet sonique. Il faudrait faire sans. - Nous avons été happé par un sol qui n'existe pas, croit-moi bien quand je te dis que ma curiosité n'est rien à côté de mon instinct de survie à ce stade. - Revenant au vaisseau, j'en referme la porte en observant l'un des câbles se hisser vers le plafond, et j'observe le reflet impossible dans les carreaux de la cabine se tordre sous mes yeux, preuve de l'altération qui s'effectue en continue. - S'il y a bien une chose de vrai, c'est que je n'ai confiance en rien ici. Et tu devrais en faire autant.

Abandonnant le Tardis à ses réparations, en espérant le retrouver-là à notre retour, et en espérant revenir surtout, je m'élance à pas prudents vers les portes. Le sol est sec, aride, la terre craquelée. Pourtant en marchant je constate la présence de quelques brins d'herbes. Est-ce une espèce capable de survivre sans eau? Ou est-elle ainsi pour une autre raison? Je la pousse du bout du pied, La vois bouger puis se replacer à son exacte même place ensuite, et tout en pinçant mes lèvres, je traverse la distance jusqu'aux portes, sentant la noirceur de mes veines gagner encore un peu de terrain. - Je sais pas toi, mais moi j'ai pas l'impression qu'il y ait grand monde à la maison... - Je pose ma main sur le bois, en sens les nervures sèches et usées. Il n'y a pas de serrure, mais une serrure pour une porte de cette taille serait risible. - Sésame ouvre-toi... - Déployant ma télékinésie, je ressens chaque gond, chaque faille. Je ressens la large planche de bois qui barre les portes de l'intérieur, mais également le verrou mécanique incroyablement complexe qu'il me faut une trentaine de secondes à cerner avant d'en actionner les rouages.

Dans un son sourd, nous entendons la planche de bois tomber au sol, puis dans une série de cliquetis métalliques c'est le verrou que nous percevons, et finalement, d'une dernière impulsion, je pousse les portes qui s'ouvrent vers l'intérieur en repoussant la planche échouée par terre au passage.
Le sol intérieur est dallé de large pierres, le plafond particulièrement haut qu'on le voit à peine dans la pénombre. Sur les côtés, de magnifique escaliers en pierre blanches s'élèvent le long des murs et en face, une haute arche donne accès à la suite, je suppose. - Oh... - Ayant fourré mes mains dans mes poches, j'y découvre une sphère hexagonale noire. - Comme quoi, ça a du bon d'avoir peur du noir... - Appuyant sur l'un des hexagones, je jette la sphère dans les airs et l'observe se mettre à flotter avant de s'illuminer d'une lumière blanche assez vive pour éclairer notre route, mais comme étouffée, pour ne pas être trop agressive.
Et sous l'effet de la lumière qui se reflète dans les dizaines de miroirs qui arpentent les hauts murs, les escaliers semblent se mettre à luire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty31.12.18 20:20


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


La base même de l'armée est le respect des ordres, de la hiérarchie mise en place pour assurer un bon fonctionnement de cette machine de guerre dont le but premier, bien au-delà des vies qui seront sauvées par millier, est d'anéantir toute forme de menace. Une chose qui ne peut se faire à la légère et sans une assurance frôlant le 100% de la validité des informations récoltées. Une action qui doit se poser à force de gestes méthodiques et d'une planification démesurée pour que tous les participants se trouvent sur la même longueur d'ondes lorsque le moment viendra de frapper. Bien sûr, tout ceci nécessite que des personnes spécialisées en infiltration arpentent le terrain, prenne des notes et nous fournissent une approximation de l'environnement auquel nous seront confrontés. Urgence ou non. Chose que je ne suis pas, un agent d'infiltration. Je suis même bien loin de l'être même si j'ai une cervelle pour penser et une capacité d'analyse pas si mal développée bien qu'en rien parfaite. Je suis un homme de terrain, un soldat ayant l'habitude de posséder en ses mains toutes les cartes nécessaires avant de se lancer malgré le fait que les imprévus pourront à tout moment pointer le bout de leur nez. Cela fait parti du métier que j'ai décidé d'exercer et qui m'a placé en cette situation avec le Professeur suite à un ordre de mes supérieurs. Ce qu'il n'est pas, pas plus qu'il n'est de l'armée. Il est même tout le contraire de ce que j'ai dû avoir comme collègue de travail durant de nombreuses années, plus prompt à se lancer tête baissée qu'à prendre le temps d'analyser avant de se lancer. Alors oui, je trouve que c'est une curiosité mal placée, que c'est tout le nécessaire pour nous placer dans le pétrin et me faire frôler la mort de nouveau à moi qui ne connaît rien de ce château et cette situation en particulier. Aussi grave puisse-t-il essayer de faire paraître ses propos. Je trouve que ce serait plus sécuritaire face à cette situation qu'il présente d'une gravité démesurée de rester dans le Tardis et qu'il prenne le temps de m'expliquer exactement de quoi il retourne avant que nous nous lancions encore une fois tête baissée comme des abrutis dans cette chose en rien rassurante. D'autant plus en ayant si prestement mentionné son manque totale de confiance en quoi que ce soit ici alors que nous avons un vulgaire globe invisible pour nous empêcher de suffoquer dans l'espace, mais est-ce que je mentionne plus en profondeur l'étendue de mes pensées? Non.

Je me contente de secouer la tête et préparer mentalement ce 'je vous l'avais dit' que j'espère tant lui renvoyer au visage lorsque nous serons dans la merde jusqu'au cou. Non pas sans avoir si ardemment essayé de donner mon 100% face à cette chose dont je ne connais absolument rien. Rien de ce château, rien de ce principe de vortex, de cette absence de sol ou de tout ce que ça implique puisqu'il se contente de grands mots et d'une voix porteuse de gravité pour seule explication rationnelle que je peux réellement comprendre. Ce qu'il peut m'énerver parfois, mais ce qu'il peut être têtu de toute façon. On croirait voir un enfant. Un enfant que je suis en gardant une main à ma ceinture par réflexe, prêt à dégainer mon arme au besoin si nous nous trouvons face à un être hostile dans cette environnement qui suinte l'hostilité. Tentant de rester concentré et attentif à l'environnement bien plus qu'à ce qu'il peut marmonner sur le trajet vers cette porte qu'il fait s'ouvrir devant nous. Sans doute cela fait-il en enfant de moi également, mais tout autant une homme tentant de faire le meilleur des usages de ses connaissances militaires. L'intérieur de cette chose n'aidant en rien à assurer une réelle capacité à prévoir le danger tant tout, une fois illuminé de cette chose que je ne connais pas, lui comme un miroir. De quoi brouiller les sens, tromper le regard et faire pulser plus amplement mon cœur contre mon torse à m'en assourdir les oreilles de la pression du sang se faisant pressante en mon être. « Il n'y a surtout pas meilleure façon d'alerter les occupants d'une présence... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty03.01.19 0:02


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Il n'y a surtout pas meilleure façon d'alerter les occupants d'une présence... - Parce que tu t'attends à toute la cours victorienne, dans un château à la dérive dans l'espace profond? - Je fais quelques pas en avant, le son de mes chaussures sur les dalles se répercutant en écho court dans les hauteurs du hall jusqu'à ce que j'atteigne le centre de la salle. - À mon avis, s'il y a quelqu'un, il sait déjà que nous sommes-là. - Je tourne la tête vers lui et chuchote exagérément. - On s'est crashé devant sa porte, je te rappelle.

La peau nervurée de noir me démange, comme une brûlure douce et passive que mes vêtements irrite, mais j'essaye de passer outre, me focalisant sur la situation et tout ce qui ne va pas. - Un château dans l'espace... Très dramaturgique... - Et pas de sonique pour scanner tout ça. Super...
Dans le silence du hall que seules nos respirations étouffées par les scaphandres invisibles semblent déranger, un murmure s'élève. Un rire si léger que je peine à le percevoir, mais il s'éteint aussi vite qu'il est survenu. - Tu as entendu ça? - Dis-je en faisant volte-face. Il venait de l'aile gauche, en haut des escaliers qui luisent de façon stable désormais. M'en rapprochant, je réalise leur pâleur, et la porosité de leur constitution lorsque mes doigts glissent sur la rampe. - Hmm, pierre lunaire... - Tournant la tête vers Spencer, je m'explique. - Elle absorbe la lumière et la rediffuse, c'est sans danger, mais particulièrement onéreux, surtout pour la sculpter ainsi.

Gravissant les quelques marches, j'attire la sphère lumineuse vers nous pour qu'elle éclaire notre chemin et si je remarque le motif central au sol du hall, un cercle blanc et trois cercles de différentes tailles à l'intérieur, comme des bulles, je n'en tire rien pour le moment. Au lieu de ça, j'atteint le palier et un long couloir tout aussi sombre et luxueux, les murs tapissés d'une nouvelle flopées de miroir alternés de quelques grandes fenêtres donnant sur l'avant du château, où le Tardis est toujours en train de s'auto-réparer. Levant la main, j'attrape la sphère lumineuse et l'observe plus attentivement, cherchant le défaut. - Bizarre... La lumière devrait se refléter plus que ça...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty09.01.19 1:58


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Je roule des yeux à son commentaire suivant le mien concernant l'annonce si peu subtile de notre présence. Non pas que je sois stupide au point de croire que si occupants il y a ils pourraient ne pas être au fait de notre présence. Après tout, comme il le dit si bien, nous nous sommes écrasés devant leur porte. Cela n'empêche en rien de faire preuve de subtilité dans notre approche, chose que nous aurions pu faire si nous avions au moins pris le temps de nous assurer que ce bâtiment ne contenait pas d'autres entrées. Tout sauf forcément passer par la porte avant dans un grand fracas. Tout sauf le faire en éclairant l'endroit sans penser davantage alors que la noirceur aurait pu nous aider, davantage encore les miroirs si la source ne venait pas de nous. Trop tard pour tout ceci malheureusement, mais ça ne semble pas l'inquiéter plus que nécessaire ce cher Professeur. Moi? Disons simplement que certaines des dernières situations dans lesquelles nous avons été plongés ont gentiment rappelées à mon cerveau tout ce que j'ai pu apprendre de l'armée et que j'avais délaissé au profit d'une certaine confiance en celui que je dois accompagner. Trop de confiance peut-être. Je ne sais pas, ne sais plus trop quoi penser de tout ceci et cette approche à laquelle j'essaie depuis si longtemps de m'adapter sans m'oublier. Capacité d'adaptation certes, mais sa technique... Bref. Ressasser tout ceci dans mon esprit encore et encore ne nous apportera rien. Réagir brusquement et stupidement sous le coup des émotions que je dois contrôler non plus. Je prends donc une grande inspiration tout en resserrant mes doigts plus fortement sur mon arme, prêt à la prendre rapidement au besoin. Mon regard se fait attentif au détail, observateur de cet environnement particulier pour tenter de m'en approprier la disposition et être prêt à toute éventualité. Puis je l'entends, ce rire léger me faisant froncer les sourcils et fixer la direction dont il semble provenir. « Oui... » Un rire, ce n'est jamais une bonne chose. Mes doigts sont douloureusement refermés son mon pistolet que je ne dégaine pas pour autant, préférant être prêt que sembler violent à me balader avec une arme à la main. Je suis le Professeur jusqu'à l'escalier dont il explique vaguement le matériel, gravissant les marches à sa suite tout en continuant de scruter le décor. Observant ce long couloir qui se dévoile à nous en haut et dans lequel je m'avance à pas léger alors que mon compagnon de voyage mentionne un détail sur la lumière. J'observe les miroir, les fenêtres, et cherche si porte il peut y avoir sur le mur faisant face au fenêtre. Mon regard scrutant compulsivement autour de moi, mon souffle calme malgré l'adrénaline fortement diffuse en mon corps. Je déteste cet endroit et surtout ne rien savoir de cet endroit. « Un soucis avec la lumière? » Que je mentionne finalement en observant l'extérieur par la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty10.01.19 15:54


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Au moins ne suis-je pas fou. Ou pas entièrement. Il a entendu ce rire lui aussi, mais ce couloir est vide. Vide de tout. De personnes, d'air, de meubles... de lumière également. - Un soucis avec la lumière? - Je sais pas. C'est vrai que ce truc a quelques centaines d'années, mais... - Cherchant du bout du doigt une légère encoche dans la structure de la sphère pas sphérique, je finis par faire coulisser une partie des faces pour révéler l'intérieur du globe: un enchevêtrement brouillon de câbles, circuits imprimés et fluides gélatineux transparents. - Avec tout ces miroirs, la lumière devrait se répercuter dans tous les sens. Là, on y voit rien... - Je déconnecte un câble, la lumière s'éteint, nous plongeant dans la pénombre naturelle seulement perturbée par la lueur spatiale provenant de l'extérieur. - Ah bah c'est bien ça maintenant... - Néanmoins fort d'une excellente mémoire visuelle et musculaire, je parviens sans mal à reconnecter le fil correctement et la lumière, éblouissante, émet à nouveau. - Mouais, c'est pas mieux qu'avant...

Dans un soupir, je laisse le globe s'élever dans le vide à nouveau et fait quelques pas en avant. - Il y a quelque chose qui cloche... - Je tourne la tête vers Spencer. - Oui, je sais. Je liste les évidences quand je sais pas ce qui va pas. À "château dans l'espace", il y avait déjà un énorme truc bancal dans cette histoire. - Et c'est pas les veines noires qui grignotent ma peau qui vont arranger tout ça. Irritée, je ne peux m'empêcher de gratter la base de ma gorge, là où mon col me brûle presque. Je ne peux que remercier le manque de lumière qui dissimule encore ces traces, mais ça ne durera pas bien longtemps. Encore quelques pas, j'atteins la seconde fenêtre par laquelle j'observe à nouveau le Tardis, mais dans mon dos j'entends la respiration de Spencer qui prend un rythme inhabituel, et je me retourne. - Est-ce que ça va?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty19.01.19 17:02


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


C'est en des situations comme celle-ci que je sens mon entrainement payer, que je sens comme mon dur labeur a su modeler mon corps comme il se devrait. Je sens ce qu'on a fait de moi prendre le pas sur ma nature humaine, sur le stress qui aurait pu hérisser mes poils sur mes bras lorsque la faible lumière du Professeur s'est éteinte derrière-moi. Je sens ce calme plat qui ne fait que tendre mes muscles et les préparer à réagir. C'est un peu ça que l'armée a fait de moi sur la finalité, une machine qui en oublie jusqu'à ses propres émotions le temps de réaliser la mission. Un homme qui oublie d'avoir peur ou du moins de laisser la peur prendre le contrôle de son être. C'est pour le mieux sur le terrain, cette lucidité gagnée à force de travailler à fermer tout ce qui peux se passer en nous. Un aspect que je sais m'avoir échappé plus amplement depuis que je suis avec le Professeur. Non pas parce que l'entraînement manque, les situations comme celle-ci en sont la preuve. Plutôt parce que l'armée a compris une chose que mon compagnon de voyage ne pourra assurément jamais m'offrir. L'armée a compris que le comportement des autres aura une influence sur le nôtre, qu'en terrain ennemi seuls les plus forts arriveront à garder un calme exemplaire face à la panique de certains des leurs. Ils ont compris que ceux qui n'ont pas réussi à tout éteindre en eux seront plus aptes à flancher devant la panique profonde de celui se trouvant près d'eux. Ils savent que le comportement fait tout et autant le Professeur peut-être calme la majeure partie du temps, autant quelque chose chez lui en vient inévitablement à casser ce pli si rigide en mon être. Sans doute les bêtises auxquelles je commence un peu trop à m'accoutumer. Pourtant, je vie dans le déni le plus profond de ce changement, restant, pour le mieux, convaincu que ma respiration si posée me prouve le contraire.

Du moins, j'en fut convaincu jusqu'à ce que je la sente se bloquer. Littéralement se stopper une longue minute alors que j'observais le Professeur passer près de moi pour admirer à son tour l'extérieur du château. Alors, surtout, que je continuais d'observer autour de nous à la recherche de quelque chose d'anormal. Disons quelque chose de bien plus anormal qu'un château dans l'espace, comme il l'a si bien mentionné quelques instants plus tôt. Et c'est lorsque je l'ai vu, ou plutôt que cette absence m'a frappé, que j'ai cessé de respirer. Retrouvant le contrôle de mon souffle qui se fit un poil chaotique le temps de me laisser retrouver l'air dont j'avais privé mes poumons. Est-ce que ça va? Oh non ça ne peut pas aller. Je pointe du doigt les miroirs au mur nous faisant face, voyant très clairement mon corps s'y profiler. Ce qui n'est pas le cas de celui du Professeur. L'ai-je seulement déjà vu se tenir face à un miroir? « Est-ce que ça entre dans la catégorie bancal? » Paniqué? Ce n'est pas réellement le terme que j’emploierais pour décrire la raison de cette petite échappée de mon souffle. Plutôt... perturbé par l'idée que le Professeur pourrait disparaître et m'abandonner dans un château dans l'espace sans moyen de retour et avec une vulgaire bulle invisible à durée indéterminée pour me protéger d'une mort certaine. « Ce serait bien d'être au courant si vous avez la sensation que vous disparaissez subitement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty19.01.19 22:16


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Est-ce que ça entre dans la catégorie bancal? - Je fronce les sourcils d'autant plus et me retourne, fixant le miroir. Fixant le reflet dans le miroir. Fixant le miroir d'en face dans une boucle infinie. Ma main claque ma joue, pour m'assurer de sa réalité dans une douleur passagère. - Ce serait bien d'être au courant si vous avez la sensation que vous disparaissez subitement. - Mon autre main claque mon autre joue, les deux tenant ma tête entre elles avec exagération alors que je me retourne vers Spencer, les joues écrasées et la bouche ouverte par la compression, mon regard confus. - Je suis là, je crois. - Un regard précipité vers le miroir en face, vide de toute silhouette professorale, et j'approche un peu vite de Spencer. - Touche-moi. Je peux me toucher tout seul, mais... - Et je m'entends dire. - Enfin me toucher, pas me toucher, mais tu sais, me... AIE!

Le poing de Spencer vient de s'écraser contre mon épaule et je masse la zone un peu endolorie. - Toujours là, c'est déjà ça. - Pas spécialement rassuré pour autant, je me rapproche de l'un des miroirs, ressentant cette angoisse, cette pression qui vous étouffe quand quelque chose ne va vraiment pas. Avez-vous déjà regardé dans un miroir sans vous y voir? Ça fait vraiment bizarre. - Qu'est-ce que c'est que ce truc-là... - Dans une contorsion approximative, me fiant à mon reflet inexistant, je trouve l'épaule de Spencer d'une main aveugle, seulement après avoir trouvé son bras, le haut de son torse, son cou, puis finalement l'épaule. - Et toi t'as encore le tiens... Et je suis pas un vampire... Et j'ai pas de manipulateur d’apparence actif... - Je tourne la tête vers lui après avoir lâché son épaule. - Oui, un manipulateur d’apparence annule le reflet, parce que je le miroir ne sait pas quoi refléter. - Vais-je aussi dire quelque chose au sujet des vampires? Non.

C'est... Super... Perturbant... - Tu peux bouger comme un con devant ce miroir autant que tu veux, t'as pas de reflet... C'est ce que je me suis dis après quelques secondes, sauf que je n'explique pour autant pas le phénomène.
Et puis... - Oh. - Soufflé-je. J'approche mon index de la surface vitrée délimitée d'un cadre en bois vernis. À mon approche, une sensation de froid surprend mon doigt, un minuscule et indole arc électrique se fait voir, et une ligne noire grignote ma peau avant de disparaitre en-dessous. - Oh... - Réalisé-je. Mon regard balaye le couloir, son longueur, sa pénombre là où nos yeux ne peuvent voir, les reflets infinis qui se répercutent dans chaque miroir, et je fais de pas en arrière. - Ooooh.... - M'exclamé-je un peu plus fort.
Ma main trouve mon col, elle sent la froideur qui émane des arabesques noires ayant désormais entamées la base de ma gorge. - On doit sortir. On peut pas rester-là. - L'énergie ayant touché mon doigts a accéléré la croissance de la noirceur qui me gagne. - Il faut qu'on sorte de là imm...

Mais lorsque je me retourne vers Spencer pour le pousser vers le hall, une silhouette me surprend. Une silhouette dans le dos du soldat. Une silhouette en tout point identique à lui, ou l'est-elle? Les cheveux sont rasé sur le côté, court sur le dessus. Une cicatrice longe le côté de son crâne, juste au-dessus de l'oreille droite. Il porte un uniforme militaire clairement différent de son uniforme habituel: un ensemble camouflage blanc. Sa mâchoire semble plus saillante, son corps plus affiné, mais aussi plus sculpté par je ne sais quel entrainement et son regard... Ses yeux bleus semblent aussi froids que la peur et l'appel de la violence qui s'animent dans sa tête, alors que sa main, lente et stratège, gagne déjà son arme de poing à sa ceinture...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Spencer O'Donney
NEW HEROES
• • •
this planet is protected



MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 26/07/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty17.02.19 20:07


Watch yourself in the mirror.
Ft. Le Professeur


Des choses étranges j'en ai vu au cours des deux dernières années. Bien des choses que je ne croyais pas même exister, les présumant n'être rien de plus que le fruit d'une quelconque fiction. Bien plus près des choses auxquelles j'accrochais mon manque cuisant d'imagination que de tout ce que la réalité a pu dévoiler à mon regard si rigide. Pourtant, je m'étonne encore de la surprise me frappant tout comme je frappe l'épaule du Professeur lorsqu'il me demande de le toucher afin que nous puissions nous assurer d'un commun accord qu'il est bel et bien encore tangible malgré cette perturbante absence de reflet. L'étrange semblant avoir une infinité que je ne peux pas même anticiper et à force de temps je ne peux que me demander si la chose va engendrer une certaine folie en mon esprit ou plutôt un effet de normalité face à ce qui ne devrait pas l'être. « Une idée de ce que ça peut être? » Puisqu'à en juger par l'expression sur son visage ça ne peut pas être normal ou commun même pour lui. Je croise les bras, observant les mimiques qu'il réalise pour tâcher de trouver l'étendue de la situation ne semblant pas m'affecter, sentant sa main me palper le haut du corps tout autant que je la vois réaliser le trajet dans le miroir où je vois parfaitement mon reflet. Il mentionne... des vampires? Ainsi qu'un manipulateur d'apparence sans toutefois sembler convaincu par ces différentes options. Que nous reste-t-il dans ce cas? Quelque chose que même lui ne connait pas? Quelque chose de suffisamment inconnu pour qu'il ressente le besoin d'agir de la sorte devant cette chose qu'on ne devrait peut-être pas même qualifier de miroir après tout.

Ma main se porte à mon menton que je gratte distraitement, pensif sans réellement savoir à quoi penser. Observant simplement encore et toujours les actions du Professeur jusqu'à ce qu'il approche son doigt de la surface et qu'un léger arc électrique y apparaisse, me faisant froncer les sourcils. « Oh? » Que je demande avant de le voir porter la main à son col et y remarque les arabesques noires qui semblent remonter le long de sa gorge. « Qu'est... » Je n'ai pas le temps d'en dire plus, stoppant ma phrase lorsqu'il stoppe le sienne pour me fixer. Du moins, je le croyais jusqu'à ce que je prenne le temps d'observer plus amplement son regard et que je remarque qu'il fixe plutôt quelque chose derrière-moi. Serrant les dents, déglutissant, je porte la main à mon arme en me retournant lentement pour voir de quoi il retourne et... j'aurais difficilement été en mesure d'imaginer ce qui me fit face à ce moment-là. Moi. Du moins, quelque chose qui me ressemble grandement sans être une copie conforme de ma personne pour autant. Il est bien plus musclé que je ne l'ai jamais été et marqué d'une large cicatrice que je ne peux pas me vanter posséder, mais ce n'est pas ce qui tend mes muscles. C'est son regard, ce regard assassin que je sais parfaitement comment interprété. Ce regard marié au mouvement de sa main qui aura notre peau si on ne part pas immédiatement comme le Professeur allait si bien le dire.

Dégainant mon arme, je vise sa jambe dans l'espoir de le ralentir un peu et nous donner une chance par la même occasion, hurlant au Professeur en sachant pertinemment que mon double ne se laissera pas entièrement stoppé par si peu. « Courrez! » Et à peine prononcé, voyant la balle s'enfoncer dans la chaire de la jambe de mon vis à vis en souillant son habit blanc, je ne tarde à sentir la réplique douloureusement frapper mon bras. Grimaçant, je profite de sa blessure pour y donner un bon coup de pied avant de me détourner pour courir à mon tour et passer le coin du couloir où je rejoins le Professeur pour le pousser dans la première pièce croisée. Haletant, le souffle court, je passe par-dessus la douleur cuisante pour pousser tout meuble à disposition devant la porte. Ça devra suffire, même brièvement. « C'est quoi cette chose dans votre cou? » Et le double? Il sera ma principale préoccupation lorsqu'il sera de nouveau devant moi et que j'aurai l'assurance que le Professeur ne va pas simplement me crever dans les bras. Double qui ne devrait pas tarder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t132-baby-sitter-seriously
The Professor
INDEPENDANTS
• • •
my ship, my rules!



PSEUDO : Ectra
MESSAGES : 287
INSCRIPTION : 17/04/2017


Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty19.02.19 15:17


Watch yourself in the mirror.
Ft. Spencer O'Donney


Courrez! - Je le laisse ralentir son double, même si j'aurais probablement dû le faire à sa place. En vérité, j'ai la tête ailleurs, les pensées qui fusent si vite que j'en ai du mal à me concentrer. L'absence de reflet, l'arc électrique, la froideur... Spencer ne met pas bien longtemps à se retrouver à mon niveau, courants tout deux à toutes jambes après quelques coups de feu et lorsque son autre fait à nouveau usage de son arme, les balles s'incrustants dans les murs sans toucher le moindre miroir, l'une d'elle explosant notre lumière flottante nous avons déjà tourné à l'angle du couloir. Avons-nous déjà atteint le bout de l'aile du château? Ce qui est sûr, c'est que je ne vois plus le Tardis d'ici, et lorsqu'il me pousse dans la première salle venue, la question ne se pose même plus.

J'ai les cœurs en guerre, la respiration rapide, le cerveau qui fume et je fais les cents pas pendant que Spencer tente de barricader la porte.
Deux fenêtres de chaque côté d'un grand lit en baldaquin permettent à la lumière stellaire d'éclairer cette magnifique chambre et je pose mes fesses au pied du lit, plutôt confortable à vrai dire, alors que Spencer se rapproche. - C'est quoi cette chose dans votre cou? - Est-ce que c'est vraiment le moment? - Ce serait tout de même mieux plus tôt que trop tard, je suppose. De là à avoir envie d'en parler... Je me souviens du vide. Je me souviens des abysses infinis et du néant. La noirceur lacunaire de l'entre-mondes sans lumière, sans bruit, sans vie... Ou presque.
Sur les murs de la chambre, quelques tableaux décorent un peu, mais le seul miroir présent est un grand miroir sur pied, proche d'une armoire en bois brut. - Surveille l'autre porte... - Dis-je en me levant.

Le regard rivé vers le miroir, je m'en approche avec prudence, mes cœurs serrés probablement autant que ma gorge, mais lorsque je me retrouve face à lui et que je croise mon propre regard dans mon reflet, une vague de frustration me submerge. - Et celui-là c'est un vrai miroir! Bordel! - J'aurais bien frappé dedans, mais il parait que ça porte malheur, alors plutôt que de me blesser inutilement je me retourne vers Spencer, dégageant ma gorge pour révéler les marques noires qui gagnent du terrain. - On a pas le temps pour une petite histoire alors écoutes-moi. Ce truc me grignote, et plus on reste ici, plus il gagnera du terrain. Soit on se barre, soit on trouve comment désactiver tout ces portails, autrement je suis mort, ou tout comme. - Alarmiste? Non, réaliste et surtout particulièrement précis. À aucun moment dans ces quelques phrases je n'ai exagéré la moindre chose, et c'est ça qui est effrayant. Effrayant également que je ne prenne pas sur moi pour le préserver de cette menace, chose que j'aurais faite en d'autres situations. Pas cette fois. Pas là. Plutôt mourir.

Reprenant mon souffle en refoulant l'angoisse qui monte, je pose mon regard sur la porte barricadé. Nous n'avons pas beaucoup de temps. - Ces miroirs sont des portails vers des univers parallèles et d'autres versions de toi vont débarquer, eux et probablement d'autres soldats appartenant à la même organisation que celui qui vient de nous tirer dessus. Tout cet endroit est une bombe à retardement à l'équilibre ultra instable, pas étonnant que le Tardis se soit crashé. - Un coup d’œil à la seconde porte et aux fenêtres donnant sur la vaste court intérieure du château, et je reviens à Spencer. - On peut pas rester ici indéfiniment, ils vont nous débusquer. Faut qu'on bouge et qu'on retourne au Tardis. Une fois dedans, on sera en sécurité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doctorwhorpg.forumactif.com/t45-the-professor
Contenu sponsorisé



Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty
MessageSujet: Re: Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer   Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer Empty

Revenir en haut Aller en bas

Watch yourself in the mirror. || Ft. Spencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTOR WHO :: through time and space :: the omniverse-